LA GUERRE PIOLLE/FERRARI FAIT DES DÉGÂTS

Je sens que je vais adorer le spectacle des petits meurtres entre amis” lance Jérôme Safar à propos de la guerre Piolle/Ferrari.

En étant contraint d’avouer négocier la présidence de la Métropole directement avec Olivier Faure le patron du PS national, suite à nos révélations, Eric Piolle a aussi révélé avoir engagé la course à sa survie par un renversement d’alliance. Passer de Mélenchon à Faure. Des Insoumis au PS. Car le grand écart est impossible sous peine de craquage musculaire grave. Contrairement à ce qu’il pense, tout le monde ne peut pas comme Lui, dire tout et son contraire.

C.FERRARI (PS repenti) PUBLIQUEMENT SACRIFIÉ

Ce faisant il a sacrifié publiquement et officiellement le malheureux Christophe Ferrari qui s’est vu brutalement ramené à sa condition : otage et factotum d’une majorité qu’il n’a jamais eu. Il a été mis fin avant la fin du mandat à la fiction d’un Président de la Métro.

C.FERRARI PEUT FAIRE JOUJOU AVEC LE PLANÉTARIUM

Il lui a été accordé un chèque de 12 Millions d’€ pour faire joujou à Pont de Claix avec un planétarium mais même en le lui accordant Eric Piolle l’a ramené à ce qu’il est en parlant de “caprice d’élu”. Un joujou qui pourrait d’ailleurs lui être retiré par une autre majorité en mars prochain.

IL N’A PAS SENTI QUE SON FAUTEUIL DISPARAISSAIT

Le Napoléon de Pont de Claix est politiquement très affaibli. Les Rouge/Verts l’ont contraint à virer Fabrice Hugelé l’un de ses vice présidents pour déviance Macroniste. Ferrari avait quitté le PS canal historique pour leur donner des gages et voilà que Piolle négocie avec ses anciens amis dans son dos. Même le groupuscule Hamon a été préempté par Y.Mongaburu (Verts/Ades). Il ne lui reste plus aucune force politique pour se faire réélire. Pendant qu’il se gonflait de mots creux, il n’a pas senti que son fauteuil disparaissait. La douleur de l’opération se réveille seulement maintenant.

E.PIOLLE SE SUBSTITUE à C.FERRARI

D’ailleurs Eric Piolle s’est même substitué à Christophe Ferrari en lançant une opération séduction des élus de la Métro pour conquérir la présidence. Il a écrit et téléphoné à tous les Maires pour leur proposer d’accroître la représentation des communes (sauf Grenoble).

E.PIOLLE SACRIFIE GRENOBLE POUR SA POMME

Au passage les grenoblois sont heureux d’apprendre qu’ils paieraient aussi l’élection de leur ex Maire à la Présidence de la Métro par un affaiblissement de leur ville ! Jusqu’au bout Eric Piolle aura oublié un détail : il est là pour servir Grenoble, pas pour se servir.

Mais son opération séduction tourne au vinaigre parce que les élus sont plus difficiles à tromper. Le “Dauphiné” (16/6/19) fait état de leur vives réactions.

“IL EST SACRÉMENT GONFLÉ PIOLLE”

Sous le titre sans équivoque de “Il est sacrément gonflé Piolle” les élus dénoncent : « Il fait comme si l’idée venait de lui, alors qu’on était tous d’accord. On attendait juste sa décision… D’ailleurs, on imaginait même qu’il allait dire “non” car, avec cet accord, la municipalité de Grenoble ne gagne aucun siège supplémentaire. Par contre, elle perd proportionnellement un peu de poids, puisque les autres en gagnent… »

E.MARTIN : “LE DERNIER MOT REVIENT à PIOLLE”

Un autre élu ajoute : « Lors de la conférence des maires du 4 juin, où Éric Piolle a été représenté par la “très diplomate” Élisa Martin qui a souligné que le dernier mot reviendrait de toute façon à Éric Piolle, ce qui est vrai, mais quand même, tout le monde a dit être partant pour cet accord. C’était clair. »

UNE RÉACTION D’HONNEUR N’A PAS ÉTÉ ENVISAGÉE

Il s’est même trouvé Stéphane Gemmani (girouette) ,qui s’y connait, pour citer la fable de la Fontaine “le coche et la mouche”. On ne pouvait pas trouver mieux pour le dire.

Mais le malheureux Christophe Ferrari qui apprend comment il va terminer son mandat par la presse doit être en train de réfléchir et de réunir des commissions comme à son habitude. Une réaction d’honneur face à sa fonction publiquement piétinée n’a pas été envisagée !

E.PIOLLE FAIT SIENNE LA PROPOSITION DU PRÉSIDENT…

Il a simplement rappelé qu’il avait envoyé une lettre à Éric Piolle, le 14 mai dernier, pour l’inciter à valider un accord local.  Questionné par “Le Dauphiné” il avale couleuvre et chapeau en même temps : « Nous nous félicitons qu’Éric Piolle fasse sienne la position du président de la Métropole et des 48 autres communes de notre territoire. » (16/6/19)

UNE FUITE ET UN AFFOLEMENT QUI N’ÉCHAPPENT à PERSONNE

Sur le fond la fuite en avant d’Eric Piolle est significative d’un affolement qui ne peut plus échapper à personne : le Maire sortant cherche à éviter le verdict des Grenoblois sur son bilan. Mais le renversement d’alliance, sa course à la présidence de la Métro vont produire des effets déstabilisateur de tous les côtés.

ON RIGOLE DE “L’ARC HUMANISTE” (!)

Eric Piolle aura du mal à faire passer Céline Deslattes, Georges Burba, Paul Bron, Laure Masson, ex seconds rôles de la municipalité Destot -qui ont contribué comme les autres à la ruine de la ville dénoncée par le même Piolle !- pour le summum de “l’arc humaniste”. On rigole.

LA VÉRITÉ DEVRAIT ÉCLATER MÉDIATIQUEMENT

Coincé de toutes parts, sans échappatoire, incapable d’affronter la colère des grenoblois Eric Piolle ne trompe plus personne. Il serait surprenant que la vérité de sa situation n’éclate pas médiatiquement bien avant les élections municipales. Le démarrage des affaires judiciaires pourrait sonner le hallali.

C.FERRARI NOYÉ AVANT LE NAUFRAGE

Au fur et à mesure les barrages actuels dictés par la prudence ou la révérence au pouvoir établi -au soutien pour quelques uns- vont obligatoirement céder et tout emporter.

Christophe Ferrari, lui, aura été noyé avant le naufrage.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

One Comment

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *