GABEGIE de C.FERRARI : 54 500 € PAR AGENT

Eric Piolle et Christophe Ferrari achèvent leur mandat à la Métro par un feu d’artifice de dépenses de fonctionnement : 86 M€ de bureaux à construire en bordure du bd Jean Pain, face au stade des Alpes pour loger 600 agents supplémentaires (DL du 12/2/19). Un Grenoblois a fait le calcul : 54 500 € par personne!

LES IMPÔTS et la TAXE FONCIÉRE LES PLUS ÉLEVÉS de FRANCE

Cette gabegie est une véritable provocation dans une Métro a bout d’impôts et de dettes pour des Grenoblois qui paient les impôts les plus élevés de France des villes de plus de 100 000 habitants et le plus fort taux de taxe d’habitation.

E.PIOLLE A ACQUIS LE SIÉGE D’UNE BANQUE POUR 8 M€


Mais peu importe pour ces élus. Dans la lignée de ce qu’Eric Piolle a fait en acquérant le siège d’une banque dans des conditions illégales selon la Chambre des Comptes, rue Paul Claudel : 8 M€ auxquels il faut ajouter maintenant… 4 M€ de travaux pour le mettre aux normes. Le tout pour déménager -notamment- le siège du Centre Communal d’action Sociale (CCAS) installé à Villeneuve par la municipalité Carignon.

LE SUD DE LA VILLE OUBLIÉ

Evidemment ces mêmes élus n’ont pas installé le siège de la Métro dans « la nouvelle centralité « (!) comme l’appelle Christophe Ferrari (PS repenti) : dans le sud de la ville, à Villeneuve. Sur les terrains réservés à l’activité dont personne ne voulait avenue Marie Reynoard il a fallu installer Pole Emploi. Pourtant les biens dévalorisés de la place des Géants à Vigny-Musset en passant par le Village Olympique auraient bien eu besoin du siège de l’agglomération pour inverser la tendance inexorable à la baisse.

LA FUMISTERIE de le “VILLE EN TRANSITION”

Sans évoquer évidemment la totale non prise en compte des déplacements engendrés par ces regroupements d’agents au centre ville. Les flux ne sont pas pris en compte, ni organisé le travail à domicile. Au moment ou s’achève la com’ de “la ville en transition” on mesure la fumisterie couteuse de ces opérations puisque la gestion est à l’opposé de ces préoccupations.

LE COLLECTIF de la SOCIÉTÉ CIVILE A ANTICIPÉ CES QUESTIONS

Le collectif de la société civile pour l’alternance avec Alain Carignon a au contraire anticipé ces solutions ; réduire la part de HLM dans les quartiers à un tiers en installant des bureaux dans les logements et en premier lieu des services d’agglomération et municipaux. Eric Piolle préfère poursuivre avec les modèles dépassés d’hier ou on empile les fonctionnaires territoriaux au centre ville. Avec les révolutions des modes de travail ces modèles seront peut-être même obsolètes avant que les immeubles ne soient achevés.

L’ABSENCE DE TOUTE ÉCONOMIE D’ÉCHELLE

On le sait le collectif de la société civile qui propose d’installer le Maire, le cabinet et les services dans des HLM de Villeneuve -les mariages s’effectuant à l’ancienne Mairie au jardin de ville et une antenne pour les démarches administratives installée au centre ville- veut aussi utiliser la salle des délibérations de la Métro pour les conseils municipaux afin d’éviter d’avoir à en construire une autre : deux salles de délibération qui se font face d’un côté et de l’autre du bd Jean Pain financées par le contribuable ne servant qu’épisodiquement est un marque de cette gabegie des élus, de l’absence de toute recherche d’économie d’échelle.

PLUS D’AGENTS A LA VILLE MALGRÉ LES TRANSFERTS à la METRO !

La municipalité de Grenoble n’a t-elle pas, selon la Chambre Régionale des Comptes, augmenté encore ses dépenses de personnel alors qu’elle effectuait des transferts à la Métro ? 1300 agents ont été recrutés entre 1011 et 2016 « dont beaucoup de cadre A «  précise t elle, c’est à dire au sommet de l’échelle, souvent dans des conditions illégales. Suivez mon regard et questionnez Maud Tavel l’Adjointe (Verts/PG) au personnel, la “mère de famille” qui a une conception extensive de “la famille” aux amis politiques.

DES ARBRES DOIVENT ENCORE TOMBER

Bien entendu Rue Malakoff et bd Jean Pain ou les immeubles doivent être construits des arbres doivent encore être détruits. Un «détail » supplémentaire pour nos bétonneurs patentés. Le 5 avril prochain Christophe Ferrari (Ps repenti) qui ne sait plus ou il en est dans les chiffres de cette opération a promis de faire le point devant les élus de la Métro. Lors du dernier vote seulement 4 d’entre eux s’étaient abstenus. Espérons qu’ils seront plus nombreux à être réveillés lors de la prochaine délibération.

EN 2020 CETTE OPÉRATION SERA STOPPÉE et REVUE

De toute façon, en 2020 Cette opération sera stoppée et le projet revu. C’est l’engagement du collectif afin de revenir à une gestion sobre des deniers publics et d’intégrer l’installation des services publics dans la politique de la ville. Plutôt que de séparer les uns et les autres avec les résultats que l’on sait.

Dans une vidéo réalisée devant la Métro, Alain Carignon dénonce cette gabegie  :

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

2 Comments

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *