GESTION DESTOT et PIOLLE : le RAPPORT ACCABLANT de la CHAMBRE des COMPTES

Les 135 pages du rapport de la Chambre Régionale des Comptes sont accablantes pour la gestion Destot/Piolle puisqu’il s’agit de la période de 2011 à 2016.
Les médias ont déjà relevé les affaires judiciaires qui devraient suivre certains dossiers soulevés comme irréguliers tels les marchés attribués aux membres du comité de soutien sans appel d’offres, le rachat du siège du Crédtit Agricole a un prix artificiellement minoré, le salaire de l’ordre de 6000 € de l’ex directeur de campagne, Erwan Lecoeur, les CDD avantageux aux amis…
Mais en préambule les commissaires de l’autorité de contrôle étrillent le bilan financier des deux municipalités et éclairent les grenoblois sur la situation réelle de leur ville ,si souvent dénoncée ici même.

“LA CAPACITÉ D’AUTO-FINANCEMENT S’EST DÉTÉRIORÉE DANS LA PÉRIODE”

Ainsi il est clairement établi que -contrairement à toutes les affirmations-  “la capacité d’autofinancement s’est détériorée dans la période ce qui a conduit à une situation très dégradée à la fin de l’année 2015″.

Merci Michel Destot, Jérôme Safar, Geneviève Fioraso, Olivier Véran qui avaient abouti à cette situation après avoir augmenté les impôts de 10 % en 2009.

UNE AUGMENTATION DES RECETTES FISCALES ALORS QUE LE TAUX de TAXE FONCIÈRE EST LE PLUS ÉLEVÉ de FRANCE”

Mais s’agissant du plan dit de “sauvegarde” (d’austérité) décidé en 2016  par Eric Piolle “une part du redressement attendu  sera due à une augmentation des recettes notamment fiscales alors même que la pression fiscale est élevée en particulier sur les propriétaires qui se voient appliquer le taux de taxe foncière le plus importante des communes de + de 100 000 habitants” 

Le discours du Maire selon lequel il n’augmentait plus la fiscalité vole ainsi en éclat lui aussi. On se demande ce qui va rester à la majorité municipale après toutes ces fake news colportées et démenties.

UN NIVEAU DE PROVISIONS POUR RISQUES SOUS ÉVALUÉ 

D’ailleurs elle s’interroge aussi sur la fiabilité des comptes notant que “le niveau provisions pour risques inscrites au budget est sous évalué” . Alors que la gestion Piolle fait courir des risques pour un montant de l’ordre de 25 M € dont près d’1 M€ du fait de conflits avec le personnel et de licenciements abusifs  (!) la provision se monte à seulement de l’ordre de 2 M€. Merci pour les successeurs.

“DES RECRUTEMENTS IRRÉGULIERS, DES RISQUES POUR LA SÉCURITÉ PAS PRIS EN COMPTE”

De plus “la Chambre constate de nombreux cas de recrutements irréguliers d’agents contractuels, d’importants manquements aux règles de publicité et de mise en concurrence dans deux marchés suivis par la direction de la communication, le patrimoine municipal n’a pas bénéficié d’un entretien à la hauteur des besoins (litote),  des risques importants  concernant la sécurité n’ont pas été suffisamment pris en compte”…

“L’HÔTEL DE VILLE DOIT ÊTRE MIS AUX NORMES SANS DÉLAI” (!) 

S’agissant d l’hôtel de ville elle alerte même recommandant de “procéder à une étude chiffrant le coût de mise eux normes de l’hôtel de ville et établir sans délais la programmation des investissements correspondants”. Vous avez bien lu : “sans délai”.

Des millions d’€ dont le budget municipal ne dispose pas. Après la Tour Perret, l’ancien Musée de peinture, l’Orangerie qui s’écroulent l’hôtel de ville est devenu inutilisable. A chaque étape on mesure la qualité des anticipations de l’équipe de la société civile avec Alain Carignon qui a prévu d’installer le Maire et les services dans les quartiers et de faire d’un boulet financier une recette en vendant la mairie actuelle.

L’ACQUISITION DU SIÈGE de la BANQUE IRRÉGULIÈRE ! 

Le rapport de la Chambre Régionale des Comptes vient en appui aux solutions préconisées par la société civile qui veut redéfinir le périmètre municipal et engager des réformes de structures sans lesquelles Grenoble poursuivra sa descente aux enfers.

La Chambre confirme que pour  l’acquisition du siège du Crédit Agricole “les conditions d’acquisition et de location temporaire de ce bien sont critiquables, l’information des élus ayant été insuffisante et les conditions financières de location négociées en deça du prix du marché apparaissent irrégulières”. 

UNE VILLE QUI SE PAUPÉRISE AVEC UN TAUX de CHÔMAGE de 15,7% 

Plus globalement la Chambre acte la dangereuse paupérisation de la ville en citant des chiffres inquiétants : “la médiane du revenu disponible dans l’Isère est de 21 407 € contre 19 882 € à Grenoble et le taux de pauvreté 18,6 % contre 11,3 dans l’Isère”. Les conséquences concrètes se mesurent avec la plus forte baisse nationale de la valeur des biens et, confirme la Chambre avec un “taux de chômage de 15,7 % contre 11,6 % dans l’Isère et 15 % de la population déjà dans les quartiers prioritaires.”

LA VILLE LA PLUS DENSE de FRANCE 

De plus en plus pauvre avec un taux de chômage plus élevé que dans l’Isère et une municipalité qui continue à bétonner avec 50 % de HLM dans chaque opération. Selon la Chambre si on excepte la région parisienne et Lyon,  Grenoble est la ville devenue la plus dense de France. Sous Piolle elle a doublé Villeurbanne qui était juste devant elle…

LE DÉBAT MUNICIPAL PEUT S’ENGAGER SUR DES BASES ÉTABLIES

Toutes les plaies dénoncées par Alain Carignon se trouvent malheureusement vérifiées par l’autorité de contrôle. La suite du rapport est aussi édifiante et nous y reviendrons. Le débat municipal peut donc s’engager sur des bases établies et incontestables : le bilan des gestions Destot et Piolle est catastrophique et les grenoblois en paient le prix fort.

UN SEUL PROJET A LE SOUFFLE EST à la HAUTEUR DES DÉFIS 

Avec un diagnostic partagé il est aisé de débattre des solutions possibles pour sortir de la crise. Pour l’instant, au delà des positionnements politiciens de quelques uns, un seul projet à du souffle, est à la hauteur des enjeux de la ville et de la Métropole. C’est celui de la société civile grenobloise dont la crédibilité dans son application ne fait pas de doute. A cet égard le bilan d’Alain Carignon et de son équipe plaide pour l’avenir.

ALLEZ RAYMOND ENCORE UN EFFORT….

NB A noter pour se tordre de rire l’interprétation des “détecteurs de failles” Raymond Avrillier et Vincent Comparat à la tête du groupe Verts/Ades de la municipalité sur le site ADES pour qui  “depuis des années les moyens des chambres des comptes ont vu leurs effectifs diminuer, ce qui a entraîné une qualité de contrôle moindre que par le passé” (!) et s’agissant des marchés accordés aux membres du comité de soutien sans appel d’offres : “une enquête préliminaire aurait été diligentée par la justice et il convient d’en attendre les résultats provisoires.” On a connu Raymond plus vindicatif !

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

2 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *