P.BRON : LE VIDE OCCUPE L’ESPACE

Certes on sait bien que ça n’intéresse pas les foules. Le ” premier pas ” de GO citoyenneté dans la campagne électorale a attiré … 20 personnes sur le site du ” Dauphiné”. Les parents et alliés. Pas tous.

” SA VOIX COMPTE TOUJOURS UN PEU”

Mais 4 colonnes dans la version papier. Le “Dauphiné” reconnaissant que” l’influence du collectif a clairement baissé (comme le nombre de ses adhérents), sa voix compte toujours quand même un peu.”

PAS DE COMMISSION QUI NE PARVIENNE PAS à ENTERRER UN PROBLÉME

Paul Bron est cet élu spécialiste des commissions et de parler pour ne rien dire. Pour lui il n’y a pas de problème qu’une commission ne parvienne pas à enterrer.

Il a été le dernier Adjoint aux équipements scolaires de la municipalité Destot ( 2009/14). Sous son règne éclairé des élèves auront fait toute leur scolarité dans des préfabriqués ( Jean Macé).

Le projet pour impulser” (!) a été vu par 20 personnes sur le site du DL: ça n’empêche pas une place sur une liste

UN ADJOINT CATASTROPHIQUE à L’ÉDUCATION

Il a observé pendant tout son mandat la bétonisation accélérée de la ville ( + 6000 nouveaux logements) en veillant à ne programmer aucune école correspondant à cet accroissement d’élèves.

Ainsi dans le seul secteur de Hoche ou 1200 logements ont été construits il faut encore amputer le parc en catastrophe pour doter le quartier d’une nouvelle école.

TOUT LE MONDE EST D’ACCORD AVEC LUI…

Depuis 2014 au conseil municipal ses interventions soporifiques ont une fonction de somnifère. Tout le monde est d’accord avec lui puisque ça n’engage à rien.

Même l’appellation de son mouvement est une mascarade. Ce n’est ni ” GO” car ça ne démarre jamais et ni “Citoyenneté ” puisqu’ils sont 3 seulement et engagés derrière … Benoit Hamon.

ENGAGÉ DERRIÉRE Benoit HAMON

Car Paul Bron a été le thuriféraire local du candidat à la présidentielle, le courageux Yann Mongaburu qui avait adhéré avec force publicité au groupuscule Hamon a bien veillé à n’apparaitre aucunement sur les photos de la campagne présidentielle. Paul Bron étant trop heureux de se montrer.

Son soutien à Benoit Hamon en fait un spécialiste de l’ouverture et du rassemblement

CHACUN SA PLACE…

Mais on voit mal la compatibilité de cette adhésion avec un mouvement municipal ouvert ? L’inénarrable Paul Bron explique « nous appelons à un rassemblement, mais à pas un rassemblement de partis de gauche. Nous voulons bâtir une maison commune où tous les acteurs de la gauche métropolitaine auraient leur place, qu’ils soient politiques, associatifs, issus de mouvements citoyens. »

“DES PROPOSITIONS POUR IMPULSER “(!)

Hamon en est un bon exemple réussi. Oh que c’est nouveau ! Pourvu que GO Citoyenneté dispose d’ une petite place pour que ça fasse “rassemblement” (!).

David Ryboloviecz, Paul Bron et Juliette Brumelot, membres du mouvement ont donc fait des “propositions.” « Ce texte n’est pas un programme électoral, explique le président du mouvement, David Ryboloviecz, mais il s’agit de propositions pour impulser au sein de la gauche un fonctionnement démocratique donnant une vraie place aux citoyens. » ( DL du 13/6/19)

Sous Paul Bron Adjoint à l’éducation de M.Destot des éléves ont fait toute leur scolarité dans des préfabriqués installés dans des cours d’école ( ici Jean Macé) et aucune école n’avait été programmée pour accompagner la bétonisation intensive.ça donne de l’autorité.

LE DEGRE ZERO DE LA POLITIQUE

Il faut les lire pour mesurer ce qu’est le degré zéro de la politique auquel est arrivé la classe politique locale. La concurrence Paul Bron/ Stéphane Gemmani est féroce.

Face à la crise que connait Grenoble ( financière, du vivre ensemble, de l’emploi, de la pollution, de l’attractivité …) voilà les propositions les plus saillantes qu’Eve Moulinier a pu retenir et publier.

Parmi les 12 propositions

1/ Rassembler les collectifs, associations et partis de gauche, dans chaque commune de la métropole, dans une “maison commune qui respectera les identités de chacun”.  Ouvrir à davantage de démocratie extérieure, expérimentation de référendums et interpellations.

2/ Créer au sein des mairies et des maisons des habitants, des “maisons citoyennes” où les élus municipaux et métropolitains pourraient échanger et construire avec les habitants.

3/ Réinterroger le cumul des mandats entre commune et intercommunalité.

4/ Un territoire engagé dans l’écologie sociale et populaire avec les citoyens, afin de mettre la lutte contre les inégalités sociales, la précarité énergétique et le développement des emplois verts au cœur du changement.

Qui en redemande ?

14 juin 2019