MÉTRO : LA DÉBANDADE FINALE

A la Métro Ferrari et Piolle sont passé de ça à ça. Ils ont échoué sur le présent et se sont avérés incapables de tracer une ligne d’avenir. Les Métropolitains trinquent

Il ne s’est trouvé que le malheureux Yannick Ollivier Vice Président (PS canal historique) aux côtés de Christophe Ferrari (PS repenti) pour défendre l’indéfendable bouillie pour chats intitulée “projet métropolitain”.

Yannick OLLIVIER (PS Canal Historique) ENTRE 2 MOTS CROISÉS

Il est vrai que Yannick Ollivier est chargé des projets. Il a découvert une fois dans le journal qu’Eric Piolle voulait bétonner l’esplanade jusqu’à la Casamaure. Une autre fois il n’a pas pu obtenir que la piste cyclable du pont Bergonzoli sur sa commune compte 40 cm de moins afin d’éviter la pollution de la circulation alternée. Le Maire de St Martin le Vinoux est réputé faire des mots croisés pendant les réunions. Un domaine ou il est fort ?

3 ANS, 150 AUDITIONS POUR RIEN

A la fin de son mandat la majorité Rouge/Verts/PS et PC de la Métro est incapable de présenter un projet. Après 3 ans de réunion, 150 auditions (!) “le document a singulièrement perdu de sa substance pour devenir un simple manifeste” écrit Place Gre’Net.

ÉCOEURER LES CITOYENS de TOUTE PARTICIPATION

Censé décrire la vision et les objectifs pour 2030, le document accouche de rien. Il contribue évidemment à affaiblir encore la démocratie locale et à écoeurer les citoyens de participer à quoi que ce soit. Ne demeurent que les citoyens professionnels et les affidés pour accepter de perdre leur temps à ces fadaises.

“MOINS ENGAGEANT, MOINS STRATÉGIQUE, SANS PLAN D’ACTION…”

« Un manifeste est moins engageant, moins stratégique, il ne propose pas un plan d’actions », a résumé par un doux euphémisme Jean-Damien Mermillod-Blondin (opposition). il est “moins” tout.

Y.OLLIVIER AVAIT PEUR D’INFLUER SUR LES MUNICIPALES !

Entre deux mots croisés Yannick Ollivier a trouvé la réponse : « Plutôt que de faire un projet métropolitain qui aurait pu ressembler à un projet de la majorité en vue des municipales (!), il nous a semblé plus intéressant qu’il se transforme en manifeste ».

C.FERRARI “L’IMPORTANT C’EST LA DYNAMIQUE de TRAVAIL”

Christophe Ferrari est venu à son secours avec autant de conviction : « Le plus important dans tout ça, c’est la démarche, la dynamique de travail ». Côté “dynamique” on est servi. Pour lui une réunion c’est une action. Surtout si elle ne décide rien.

“PAS D’AMBITION, PAS de SOUFFLE, PAS DE CONCRET”

Une Adjointe au Maire de Seyssinet Françoise Guigui a porté l’estocade : «ce ne sont pas quelques mots ou termes qui nous gênent mais le manque d’ambition, le manque de souffle. Ce document ne répond pas concrètement aux préoccupations et aux besoins des habitants. »

Attendre de “l’attelage” Ferrari/Piolle de l’ambition, du souffle et du concret, c’est ne pas avoir tout compris du fonctionnement de la majorité de la Métro.

“IL FAUT SAVOIR VERS QUOI NOUS TRANSITONS” (!)

Par la voix de Marie-Christine Simiand, même le Conseil de développement (C2D) une instance de “démocratie participative” qui n’a jamais gêné les élus est très dubitative et même cinglante avec la creuse logorrhée verbale habituelle de Piolle et Ferrari : «La transition seule ne suffit pas, il faut savoir vers quoi nous transitons… le Manifeste dresse une liste des aspects à considérer et des acteurs à impliquer, mais ne présente ni priorités, ni stratégie de réorientations. »

C.JACQUIER ( Verts/Ades) : “UN MANIFESTE LANGUE DE BOIS”

Mais également Claude Jacquier, un vétéran du système Avrillier condamne le document censé prédire l’avenir de l’agglomération: « En matière de transition, c’est une caricature » Un manifeste « langue de bois » Il ne fait que révéler une absence de stratégie politique d’envergure et un manque de vision.

INCAPABLES DE GÉRER LE PRÉSENT …

Un hallali de tous les côtés. N’en jetez plus. Le Roi est nu. Rappelons que les amis de Claude Jacquier sont aux postes clefs de la Métro (déplacements, logement, urbanisme, grands équipements, écologie, déchets…) et qu’entre 1995 et 2008 ils dirigeaient déjà l’agglo avec le PS.

... ILS NE SAVENT PAS TRACER L’AVENIR

Incapables de gérer le présent, ils se réfugiaient jusque-là en 2030, 2050 années sur lesquelles ils savaient tout et auxquelles ils nous préparaient, nous intellectuellement pauvres et limités à notre faible horizon.

Avec la pantalonnade du “manifeste métropolitain”, cette escroquerie est aussi sur la table publique. Ils reconnaissent qu’ils ne savent pas tracer l’avenir. Mais que va t-il rester à Eric Piolle et ses amis ?

Source : article Devenu simple manifeste, le projet métropolitain grenoblois va-t-il faire pschitt ? | Place Gre’net – Place Gre’net

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *