E.PIOLLE : LE PIÈGE MORTEL du SECOND TOUR

Affolé par son impopularité, Eric Piolle a ratissé toutes les coquilles vides pour compenser l’absence des grenoblois. Il a aligné des logos et des partis en tous genres afin de faire illusion.

COMBIEN de GRENOBLOIS DERRIÈRE LES SQUELETTES ?

On a ainsi retrouvé “Place Publique” aux côtés de “Génération écologie” ou “Nouvelle Donne” avec “Ensemble” qui ont affirmé à grands renforts de presse qu’ils ralliaient Eric Piolle. Qui sait combien de grenoblois sont derrière ces squelettes ? Personne. Du Bluff. Du Piolle.

LE COÛT DU TRANSFERT de MJ SALAT (PS) INCONNU

Même Marie-Jo Salat (PS) opposante notoire à Piolle pendant 6 ans, flanquée de Maxence Allotto, responsable du PS a effectué son transfert sans que le coût de celui-ci ne soit révélé. Il a fait plus de mal que de bien à tous les protagonistes concernés.

11 INSOUMIS DE MÉLENCHON SONT SORTANTS

Car c’est-là que le bât blesse. Cette liste de bric et de broc qui s’annonce va être cannibalisée par un ou deux représentants de chacun de ces groupuscules.

De plus les Insoumis d’Elisa Martin viennent de rappeler dans le DL qu’ils étaient 11 dans la municipalité sortante. Les Carroz, Bouzaienne et autres… n’entendent pas se retirer.

LE GROUPE d’AVRILLIER DEVRAIT PAYER DES FRAIS

Pour l’instant c’est bien le clan de Raymond Avrillier et Vincent Comparat (Verts/Ades) qui devrait souffrir : la majorité lui attribue la responsabilité de ses difficultés. Le sectarisme et le clanisme dont il a fait preuve est un élément fort du rejet municipal. Avec 15 membres de la majorité et les postes clefs de la ville et de l’agglomération totalement verrouillés par eux dans une opacité complète, il devrait payer les frais .

... MAIS BEAUCOUP DE VERTS/ADES S’ACCROCHENT

Mais à côté d’une Maryvonne Boileau contrainte de partir après pratiquement 25 ans de responsabilités dans le secteur du logement -avec le résultat que l’on voit (!)- beaucoup s’accrochent tel Hakim Sabri confortablement installé comme Adjoint au Maire, Président de la Compagnie de Chauffage et Conseiller Métropolitain. Ou Olivier Bertrand, Yann Mongaburu, Christine Garnier et quelques autres. On a vu qu’ils étaient les recordmans des indemnités.

LE CLAN FAMILIAL DÉMANTELÉ ?

Outre Maryvonne Boileau, la question se pose pour Claire Kirkyacharian, la mère des enfants de Raymond Avrillier propulsée Première Vice Présidente de la Métro, Laurence Comparat, la passionaria, Adjointe au Maire, fille de Vincent Comparat, Président de l’Ades. Le clan familial des élus Verts/Ades a fatigué tout le monde par son entrisme et ses excès. Sera t-il encore supporté ?

Alan CONFESSON (Insoumis) : MARRE DES COULEUVRES

Cette coagulation malodorante du premier tour entraine un second tour impossible pour Eric Piolle. Alan Confesson (Insoumis) tord déjà le nez pour stopper les transferts en récusant Stéphane Gemmani qui vient tout juste de quitter sa dernière alliance avec… M.Chamussy. Cet avertissement vaut aussi pour demain.

PERSONNE NE VEUT de LUI à GAUCHE

Pour eux pas question de s’allier avec un homme qui sert Macron. Les oreilles d’Olivier Noblecourt (PS) sifflent. Il aura besoin d’un vrai bol d’air pour trouver sa respiration dans cette atmosphère fétide. Personne ne veut de lui à gauche. La seule pour laquelle il apparaît de gauche est Emilie Chalas (LREM) qui aimerait grappiller de ses électeurs.

QUI VA SORTIR POUR FAIRE LA PLACE à NOBLECOURT ?

Mais même si cette alliance Verts/PS était imposée à Piolle par des accords nationaux en échange du soutien du PS aux Verts dans d’autres villes, comment Eric Piolle sortirait-il de sa liste MJ Salat, des Insoumis, des Verts/Ades de Raymond Avrillier pour faire la place à Olivier Noblecourt, le scélérat, et ses amis ? (1)

L’IMBROGLIO IMPOSSIBLE de GÉNÉRATION.S

Et que feront les dirigeants de Génération.s qui ont quitté ce parti parce qu’il voulait les contraindre à faire alliance avec Piolle, dont ils ne veulent pas ! Ou que diront les officiels de Genérations.s de la liste Piolle de voir revenir ces membres de leur parti qui ont claqué la porte ?

UN “A GAUCHE TOUTE” TRÉS ÉGALISATEUR

En voulant sauver son premier tour par des opérations de com” sans lendemain, le Grand Timonier se ferme le second. De plus un score affaibli au premier sonnerait le glas de ses ambitions. Ce qui est le plus probable car cette bataille pathétique de toutes les listes “à gauche toute” est électoralement très égalisateur et coûteux en voix pour la liste placée en tête dans le sondage.

L’ARRIVÉE DE LA GAUCHE DE CONVICTION

L’arrivée de la gauche de conviction ne devrait pas améliorer la situation de la liste Piolle : en effet Guy Tuscher et Bernadette Richard-Finot qui ont quitté la majorité quand elle a trahi ses promesses, cautionnent une liste qui va être annoncée, à la tête de laquelle le premier ne sera pas. A coté de toutes ces magouilles politiciennes reconnaissons que c’est plus agréable de combattre ceux qui défendent sincèrement des opinions. C’est en tout cas une mauvaise nouvelle supplémentaire pour Piolle qui va être sérieusement grignoté sur toutes ses ailes. Et quid au second tour si cette liste peut se maintenir ? Elle le fera évidemment.

E.CHALAS (LREM) VOUDRAIT ÊTRE UNE CANDIDATE PS BIS…

On le sait Emilie Chalas de son côté choisi aussi de suivre ce qu’elle croit être l’électeur et la sociologie de la ville : elle voudrait être une sorte de candidate PS bis, sur le même “marché” -c’est ainsi qu’ils conçoivent la politique- qu’Olivier Noblecourt. Afin de s’allier au second tour avec lui.

LE CRÉNEAU CHOISI PAR LES 4 LISTES N’EST PAS EXTENSIBLE

Quel destin pour Noblecourt ! Celui de supplétif de Piolle qui n’en veut pas ou de supplétif de Chalas qu’il méprise, étant allé jusqu’à demander son retrait…

On ne peut pas connaitre pour les municipales la largeur électorale du créneau choisi, mais il n’est pas extensible à l’infini et il y a du monde dessus : 4 listes !

UN PRIX à PAYER INSURMONTABLE POUR PIOLLE

La certitude est que tous la-dessus affaibliront Eric Piolle au premier tour. Le prix à payer à ses alliés putatifs par se dernier pour se sauver -quand on sait Sa Suffisance- serait insurmontable pour lui. Avec les batailles d’égo, les divergences politiques et les haines personnelles les gauches grenobloises sont irréconciliables et surtout leurs électeurs. Au lieu du rassemblement, le Grand Timonier a créé un champ de ruines

LA RÉALITÉ ÉLECTORALE SURGIT AVEC CLARTÉ

Pendant que les listes s’enivrent de passages dans le “Dauphiné” pour toutes dire la même chose -on écoutera, on rasera gratis- la réalité électorale surgit avec de plus en plus de clarté.

UN ÉPARPILLEMENT DE LISTES QUI SE GRAPPILLENT

D’un côté un éparpillement de 4 listes qui se grappillent les unes les autres sur un même créneau, jouant des coudes entre elles de savoir qui est la plus à gauche, la plus écologiste. Avec la plus probable conséquence de s’égaliser devant les électeurs en termes d’idées, comme en termes de résultats électoraux. On pourrait retrouver les 4 au second tour.

LE COLLECTIF ÉCOUTE LES GRENOBLOIS

En face le bloc “Grenoble” incarné par le collectif de la société civile avec Alain Carignon. Alors que les médias s’enivrent de ces listes multiples qui sont toutes “rassembleuses”, aucun ne note qu’au centre et à droite personne ne vient concurrencer la liste conduite par Alain Carignon ! La société civile est à la tête d’un espace extrêmement large.

ACCENTUER L’AVANCE : L’ENJEU DE TAILLE

Accentuer l’avance de la liste du collectif de la société civile pour l’alternance est donc bien l’enjeu de taille pour réussir à tourner la page et offrir un autre avenir à Grenoble

(1) Il doit démissionner le 24 décembre de son poste chez Macron

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *