PREMIER TOUR : CARIGNON ou PIOLLE EN TÊTE ?

Votre sondage donnait 20 % à la liste du collectif et 6 % à une liste LR. Par cet acte je souhaite additionner ces forces pour que la liste d’alternance arrive en tête aux élections municipales de 2020. ”.

UN POTENTIEL DE BASE DE 26 % POUR LA LISTE CARIGNON

En rappelant ce potentiel de base de 26 % de la liste du collectif de la société civile, Nathalie Béranger, Conseillère Municipale sortante qui l’a rejoint, posait une évidence dans ” le Dauphiné”.

L’affolement d’Eric Piolle a répondu à cette progression ressentie sur le terrain et qui pose cette question avec insistance: La liste Carignon peut elle être devant Piolle ?

C’est tout l’enjeu du premier tour .

E.PIOLLE CHOISIT L’HYSTÉRISATION DU DÉBAT

Pour l’empêcher, au retour de son alliance avec Ruffin et la France Insoumise, Eric Piolle a choisi l’hystérisation du débat s’alignant sur la stratégie habituelle de l’extrême gauche locale: le Maire lui-même appelle à perturber le conseil municipal du 16 décembre ! Il avait appelé les CRS pendant un an pour se protéger des grenoblois qui défendaient les bibliothèques. Maintenant il fait le contraire.

E.PIOLLE OUBLIE SA FONCTION DE PREMIER MAGISTRAT

Il oublie sa fonction de Premier Magistrat devant respecter chacun préférant cette tactique groupusculaire d’agitation . Il voudrait surtout empêcher toute expression sur son bilan catastrophique.

E.CHALAS VOUDRAIT ENTRER DANS LE MATCH

De son côté Emilie Chalas ( LREM) tente d’entrer dans le match assez maladroitement . En fait elle s’éloigne du terrain de jeu au fur et à mesure que les semaines passent. Si Eric Piolle se heurte à l’hostilité des grenoblois, elle fait face à leur indifférence.

L’IMPROVISATION ET L’ABSENCE DE SINCÉRITÉ

Elle qui n’a fait aucune proposition, n’a émis aucune idée en appelle au “débat de fond” … La même qui reconnaissait la qualité du projet du collectif de la société civile, estimant ” qu’Alain Carignon porte un projet très construit” , lui reproche maintenant de ne pas en avoir. ça sent l’improvisation et l’absence de sincérité.

A.CARIGNON EST PRÊT A UN DÉBAT HEBDOMADAIRE

Par ailleurs ,Alain Carignon a appris par la presse qu’elle l’invitait à “un débat mensuel “ avec Eric Piolle.

Alain Carignon a répondu que “n’ayant jamais rien reçu d’elle ,je confirme publiquement que je suis à disposition pour un débat hebdomadaire avec elle et E.Piolle. Car 3 débats mensuels d’ici mars ne permettent pas de couvrir toutes les problématiques de la crise grenobloise qu’elle semble ignorer” .

Olivier NOBLECOURT ( PS) SE VOIT PREMIER

S’il en est un qui n’est pas dans le match, c’est bien Olivier Noblecourt. Débarquant du train le vendredi soir et repartant le lundi matin, il confie à tous ses proches qu’il ” sera devant Piolle”. Il affirme récupérer l’électorat de Destot. Lequel? Celui des municipales ou celui des législatives ( 7%)?

UN REMAKE DE L’OPÉRATION SAFAR, 6 ANS APRÉS…

C’est un remake de l’opération Safar de 2014. Pour eux, les électeurs sont captifs et transmissibles. De la chair à canon. On sait ce que ça a donné il y a 6 ans avec tous les leviers du clientélisme municipal qui fonctionnaient à fond. On imagine ce que ça va donner en 2020, 6 ans après, avec le délégué à la pauvreté.

SON GRAND ÉCART ENTRE MACRON et la GAUCHE L’A TUÉ

Olivier Noblecourt fait durer son salaire jusqu’au 31 décembre et doit démissionner le 1 er janvier afin de conduire sa liste. Son grand écart entre Macron et la gauche lui a retiré toute crédibilité chez les électeurs.

MJ.SALAT AVEC PIOLLE : UNE IMAGE PITOYABLE

La brutalité de son OPA sur le PS local a jeté Marie-Jo Salat et Maxence Allotto dans les bras d’Eric Piolle: si ça n’apporte pas de voix à ce dernier, si ça a donné une image pitoyable de tous les concernés, le transfert n’a pas arrangé Noblecourt.

UNE CAMPAGNE RÉDUITE AUX ACQUÊTS

Sa campagne locale est conduite par son épouse Hélène Vincent, une cacique du système PS local et David Bousquet, membre du comité directeur du PS, 9 ans chez Destot et ensuite employé d’une société travaillant pour la Métro. C’est pas le nouvel air….

UN RAISONNEMENT DE BOUTIQUIERS de L’ÉLECTION

En réalité Emilie Chalas et lui répètent les Mantras habituels : “il faut s’adapter à la sociologie de la ville” ou “Grenoble se gagne à gauche “. Ce raisonnement de boutiquiers les conduits à se tromper de campagne. Ils considèrent les citoyens comme des consommateurs prisonniers d’appartenances. Ils ne sont porteurs d’aucune flamme personnelle: ils cherchent à s’adapter à ce qu’ils pensent être les électeurs. Ce faisant ils les perdent.

DUBEDOUT C’EST L’URBANISME de VILLENEUVE, LYS ROUGE, L’ALMA

Emilie Chalas a recruté des dinosaures des municipalités Dubedout afin de capter des voix de ce camp.La malheureuse. Pour les grenoblois qui l’ignorent , Dubedout est seulement un arrêt de tram. Pour ceux qui savent, Dubedout c’est l’urbanisme de Villeneuve, du Lys Rouge, de l’Alma , c’est la verrue de la Maison du Tourisme. Le temps du mythe est passé.

LES GRENOBLOIS ONT TOUT DE SUITE DÉCRYPTÉ

D’où la déconvenue de Chalas ou Noblecourt, car les grenoblois ont décrypté tout de suite ceux qui ont un message – d’accord ou pas avec lui- et les opportunistes de tous bords pour qui importe seulement de gagner un siège. Ce qu’a bien résumé encore Nathalie Béranger:  “Alain Carignon est un homme pour qui l’élection n’est pas une fin en soi, mais le début d’un travail pour Grenoble”.

LES SUPPLÉTIFS SONT ESSEULÉS , DÉBOUSSOLÉS

Matthieu Chamussy , lui, est sur le banc de touche et regarde le match. Celui qui siège dans l’opposition depuis 25 ans et dont aucun Grenoblois ne peut citer une idée, une proposition, juge qu’Alain Carignon vise ” à couper le débat d’idées!” . Les centaines de grenoblois qui participent au projet du collectif de la société civile reconnu comme ” très construit” par Emilie Chalas elle-même apprécient le ridicule.

M.CHAMUSSY TAPE à la PORTE D’E.CHALAS

Il tape à la porte d’Emilie Chalas qui n’en veut pas pour l’instant toute à sa stratégie en direction de l’électorat de gauche ( voir plus haut). Matthieu Chamussy fait tâche sur ce plan et parce qu’il ringardise aussi, ramenant à un passé peu glorieux.

CHAMUSSY : LE PLUS FAIBLE SCORE de L’OPPOSITION

Ses informations au ” Dauphiné ” (24/11/19) sur la constitution de la liste de 2014 dont Jean-Benoit Vigny se délecte, sont assez confuses et politiciennes. Elles confirment en tout cas qu’il ne peut pas exercer un leadership quelconque. Ou il voulait de Carignon et il fallait utiliser la force de l’ancien Maire et son bilan exceptionnel , ou il n’en voulait pas et il ne fallait pas le prendre. On connait le résultat Chamussy: le plus faible score de l’opposition à Grenoble dans une vague de droite…

S.GEMMANI SUR LA LISTE PIOLLE

Après ” Place Publique” ( zéro adhérent) , “Ensemble” ( Antoine Back) Génération écologie ( !) Nouvelle Donne ( !!) … Stéphane Gemmani devrait rallier Eric Piolle . Logique après avoir fait route commune ces derniers mois avec… Matthieu Chamussy ( Grenoble 2020…)

E.PIOLLE ADDITIONNE LES COQUILLES VIDES

Eric Piolle se gargarise de cette addition de coquilles vides et croit pouvoir tromper les grenoblois . Pour S.Gemmani des incertitudes demeurent car des opérations récentes type internet pourraient lui être attribuées, puisqu’il dirige de nombreux comptes facebook. A ce stade rien n’est établi mais cette épée de Damoclès pèse dans le Landerneau.

PERSONNE NE VEUT de DE LONGEVIALLE

Si elle tombait elle sonnerait le glas d’une si belle carrière conduite sous le signe des convictions et des leçons de morale et de démocratie aux autres.

Dès qu’il est question de convictions, il faut sortir son De Longevialle. L’ex collaborateur d’Alain Carignon , ex-candidat de la droite dure à Meylan, pro-Pasqua, puis Adjoint au bétonnage de Destot dans le dernier mandat , devenu soutien de Hollande, est aussi sur la touche. Personne ne le veut.

IL DONNE DES GAGES EN DÉVERSANT SA HAINE

Pourtant il donne des gages en se déchainant contre Carignon, déversant un flot de haine aussi baveux que celui de Claude Coutaz ou Fabien Malbet (extrême gauche). C’est dire. Plus facile que d’avoir un projet municipal.

DE LONGEVIALLE : DIFFICILE A DEGUISER EN ” NOUVEL AIR”

Son désir de figurer sur la liste Noblecourt se heurte au même problème que Chamussy avec Chalas: le candidat du PS veut les voix de gauche et Philippe de Longevialle est une gêne pour ce faire. Il est également difficile à déguiser en “nouvel air” (!).

LEUR BILE LES RENDS ACARIÂTRES

Les supplétifs , Matthieu Chamussy, Stéphane Gemmani, Philippe de Longevialle sont en train de signer leur débandade municipale. Leur bile les rend acariâtres et le fait qu’Alain Carignon puisse faire la course municipale en tête à 70 ans les ramène à eux-mêmes. Leur manque seulement un peu de générosité, de lucidité, une colonne vertébrale qui les auraient mis à l’abri de cette fin piteuse.

LA PREMIERE MI-TEMPS QUI S’ACHEVE à NOËL EST JOUEE

En résumé, si ceux-là sont à l’écart, on voit mal Emilie Chalas ou Olivier Noblecourt entrer dans le match après la première mi-temps qui s’achève à Noël : Alain Carignon et Eric Piolle, les deux finalistes probables sont engagés dans le sprint final extrêmement bref et qui s’accélère de janvier/février .

LA ” CONTINUATION ” de PIOLLE ou ” LE NOUVEL ÉLAN”

On revient au choix de la “ continuation” prôné par Eric Piolle pour les 6 prochaines années. Ou bien celui du nouvel élan proposé par le collectif de la société civile avec Alain Carignon.

ILS ONT PERDU LA BATAILLE FAUTE DE L’AVOIR LIVRÉE

La politicaillerie n’a plus d’espace dans ce choix pour la ville. Tous ceux qui ne l’ont pas compris et se chamaillent publiquement pour les places ont perdu la bataille faute de l’avoir livrée sur les idées face aux grenoblois. Il suffisait d’un minimum de convictions.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *