GUERRE des TRANSFERTS : A SOMME NULLE

En échange du lâchage de sa famille politique à Paris, Eric Piolle a obtenu le soutien de Anne Hidalgo la Maire (PS) de la ville. David Belliard le candidat Verts de la capitale a le malheur d’être soutenu par Yannick Jadot, le concurrent d’Eric Piolle. Donc le Maire de Grenoble fait un clin d’oeil à sa collègue de Paris. Pourtant pas certain qu’Anne Hidalgo soit un atout à Grenoble si on en croit certaines réactions de Grenoblois.

PROCHAINE ÉTAPE : Nicolas HULOT

Mais Eric Piolle a choisi le tout com’ qui a pour objet de gommer son rejet des grenoblois. Sa prochaine étape -plus tardive- sera le soutien de Nicolas Hulot : il a dealé avec lui quand celui-ci était au gouvernement très critiqué par les Verts. Eric Piolle l’a soutenu. A charge de revanche.

UN FONCTIONNAIRE PS de la POLITIQUE CHEZ CHALAS

De son coté l’ancien directeur de la com’ de Michel Destot, Franck Trouilloud (PS) un fonctionnaire de la politique rallie Emilie Chalas (LREM) car il est en conflit aigu avec Noblecourt depuis la municipalité Destot. Il était auparavant Président des élus PS… d’Ille et Vilaine. Il figurait jusque-là dans le groupuscule de Philippe de Longevialle (app PS) composé de 3 personnes. C’est dire son importance.

L’AILE GAUCHE des 3 MEMBRES du GROUPUSCULE LONGEVIALLE

Eve Moulinier (DL) précise qu’il appartient “à l’aile gauche” (!) de ce groupuscule car Emilie Chalas veut absolument conquérir Grenoble à gauche et fait donc très attention à qualifier ses “ralliements” si importants.

QUOI QU’ELLE PENSE IL FAUT SE CONFORMER à la SOCIOLOGIE

On l’a vu avec les dinosaures de la municipalité Dubedout qui ont affiché aussi leur soutien à LREM. La Députée “pense” que les électeurs sont positionnés là et n’a pas donc d’autre thèse que celle-là : il faut suivre la sociologie électorale et ne pas exprimer une quelconque idée personnelle. Le citoyen est un consommateur et n’a pas le droit de réfléchir.

UNE CAMPAGNE AVEC DES ATTACHÉS PARLEMENTAIRES

Mais en interne son tempérament fait des dégâts. Emilie Chalas se fait de plus en plus cassante avec ses proches et son équipe est en train d’exploser en vol. Sa campagne n’est réellement conduite qu’avec ses attachés parlementaires. C’est plus facile à commander.

EN ATTENTE D’ENTRÉE CHEZ NOBLECOURT

Les deux autres membres du groupuscule De Longevialle ( dont lui-même) sont en attente d’entrée chez Noblecourt (PS). Lequel, lui aussi, ne veut pas se laisser déporter sur sa droite. Même “raisonnement” que Chalas. Ils piaffent donc. Auront ils un destin à la Gemmani ? (voir plus loin)

M.CHAMUSSY REJETÉ SE DRAPERA DANS SA DIGNITÉ

Matthieu Chamussy, lui, est candidat à la liste Chalas. Il a donné des gages en attaquant Carignon. Mais ça n’est pas suffisant. Lui aussi marque à droite et marque ringard. Ça fait beaucoup. Il est un poids négatif pour Emilie Chalas. Rejeté il a déjà prévu de se draper dans une sorte de dignité d’ancien leader qui ne l’a jamais été, son nouveau statut. Il sera alors absent de la compétition électorale.

UNE LOGIQUE IMPARABLE : DE LA DROITE à RIEN

M.Chamussy clame en effet qu’il ne peut pas choisir entre Carignon et Piolle ! Son premier poste professionnel de la politique étant celui d’attaché dans le camp d’Alain Carignon, il a été élu dans cette mouvance depuis lors. Ayant fait figurer l’ancien Maire sur sa liste en 2014, sa position d’aujourd’hui est d’une logique et d’une qualité éthique imparable !

Elle n’est dictée par aucune haine, jalousie, ni un quelconque ressentiment mais seulement représentative de la hauteur de vue et de convictions qui le caractérise.

S.GEMMANI : PLUS PIOLLE COMME SORTIE

Puisqu’il est question de hauteur, attardons nous sur Stéphane Gemmani qui n’a plus que Piolle comme sortie ! Il revient de loin : droite d’abord en 2001, Destot (PS) ensuite dans la majorité duquel il a siégé, puis Jean Jacques Queyranne (PS) à la Région, puis candidature à la candidature “En Marche” aux Sénatoriales, puis grande et puissante alliance Gemmani/Chamussy pour “Grenoble 2020” (!) qui a donné lieu à de grands espaces dans le “Dauphiné” et “Place Gre’Net”, le site d’info en ligne.

DES MÉDIAS BIENVEILLANTS…

Remarquons que ces médias sont bienveillants. Ils n’exercent pas de droit de suite et ne posent pas de question aux intéressés sans vertèbres.

Chamussy peut écrire une tribune politicienne sur Place Gre’Net en racontant des sornettes, il n’a pas de compte à rendre sur ses grands écarts.

Alan CONFESSON (Mélenchon) TORD LE NEZ

Mais ça se réduit et ça se corse pour Gemmani. Le révolutionnaire Alan Confesson tord le nez : “on pense que l’arc humaniste (!) doit quand même s’arrêter quelque part… nous nous posons une question : quand on a été adhérent de La République en Marche, ne serait-ce qu’un temps… quand on a essayé de former un arc opposé avec des gens de droite comme Matthieu Chamussy… est-ce qu’on peut pleinement rejoindre un arc à gauche ?” demande t- il dans le DL (1/12/19) à son propos. La girouette aurait tourné trop vite ?

O.NOBLECOURT VA FINIR COMME GO CITOYENNETÉ

Dans ce capharnaüm, Olivier Noblecourt est en train de finir au niveau électoral de Go Citoyenneté. Sa campagne sur “l’air” avec des affiches et des tracts totalement abscons va le réduire à une sorte de Paul Bron qui aurait obtenu une investiture.

Sa trouvaille (!) -vieille lune répétée- qui consiste à supprimer le 38100 afin de faire un clin d’oeil aux quartiers pour pas cher, est éculée. Personne ne pense : plus on supprime les thermomètres, plus la température disparaît.

IL AURAIT DU SACRIFIER SON SALAIRE PLUS TÔT

Même ceux qui ont trouvé refuge chez lui parce qu’ils détestent Piolle ont compris que sa campagne à partir de janvier n’y suffira pas. Il aurait du sacrifier son salaire avant, signe d’engagement et de sincérité. Il pousse jusqu’au bout une stratégie de la demie teinte à la Safar, laquelle a échoué : il n’a pas les avantages des réseaux Destot mais seulement l’inconvénient de l’avoir accompagné 19 ans à des postes divers. Il n’incarne donc rien.

E.PIOLLE S’INTERDIT L’ALLIANCE AVEC LA CANDIDAT PS

Pour le second tour la situation est de plus en plus désespérée pour lui qui se rêvait en supplétif sauveur de Piolle : en ajoutant dans sa liste les ennemis PS de Noblecourt aux Insoumis, Eric Piolle s’interdit l’alliance avec le candidat officiel du PS. Sauf à changer encore sous le prétexte de “faire barrage à Carignon” ce qui permet toujours tout les reniements!

NOBLECOURT : PERSONNE NE VEUT ALLER CHEZ CHALAS

Il ne resterait à Noblecourt que les bras d’Emilie Chalas. Mais il devrait y aller tout seul car ni Génération’s, ni Go Citoyenneté, ni le gros de ses troupes ne veulent entendre parler du soutien à une Députée LREM. Le dilemme est de plus en plus terrible, d’autant que dans la liste Chalas beaucoup récusent l’alliance avec Noblecourt. Décidément.

LES TRANSFERTS S’ANNULENT ENTRE EUX

Toutes ces magouilles, ces transferts dans un sens et dans un autre, cette guerre des gangs, aboutissent à s’annuler entre eux. C’est un résultat à somme nulle en voix et négative en image. Car les grenoblois sont écoeurés.

LE SEUL QUI N’A PAS BOUGÉ : LA SOCIÉTÉ CIVILE

A ce jour le seul projet qui n’a pas bougé dans ses contours, solide comme un roc, qui additionne des grenoblois plutôt que des coquilles vides est celui de la société civile avec Alain Carignon : son authenticité crève l’écran. Il a reçu le soutien logique de Nathalie Béranger, conseillère d’opposition.

UN SECOND TOUR à QUATRE LISTES ?

A ce jour le plus probable est que le second tour des municipales ressemblera au premier : quatre listes seront peut être en lice si le RN (ex FN) ne franchit pas la barre des 10 %.

UN DUEL CARIGNON/PIOLLE

Il en résultera tout de même au final un duel Carignon/Piolle, les deux listes en tête. Avec des réserves de voix qui se détacheront de Chalas, de Noblecourt -même maintenus au second tour- pour s’opposer à la victoire de l’un ou de l’autre. Les suffrages du RN qui se prononceront ou non. Le résultat dépendra de ces données.

LE CHANGEMENT EST POSSIBLE

L’enjeu du premier tour est donc essentiel et la mobilisation avec le collectif de la société civile doit se maintenir et s’accélérer. A observer cette réalité politique locale il est évident que le changement est possible. Il est dans les mains des Grenoblois

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *