E.PIOLLE : LE TEMPS DES HAINES PARTAGÉES

Le PS “canal historique” rassemblé autour de Marie-José Salat (…) Avec l’objectif de (re)passer des bancs de l’opposition municipale, où le parti socialiste siégeait depuis six ans, à ceux de la majorité. Un retournement de veste ?” Le site d’information en ligne Place Gre’Net pose la question qui fâche dont la réponse est connue.

GAM : “ON NE CONÇOIT PAS LA VIE SANS MANDAT, ÇA RAPPORTE”

Le GAM (Groupe d’Analyse Métropolitain) l’apporte : “on ne conçoit pas la vie sans mandat et puis ça rapporte.” Le passage sans tambour ni trompettes de l’opposition à la majorité Piolle par le groupe de Marie-Jo Salat ne trompe personne. Ce “transfert” -dont le coût n’est pas public- a heurté fortement l’opinion. Il ne grandit pas ceux qui s’y livrent. De part et d’autres.

LE DL : “S’ALLIER à CELUI CONTRE QUI ON A LUTTÉ 6 ANS ?”


Même le “Dauphiné” traite avec pudeur l’événement qui produit une gêne considérable chez les observateurs aussi : “Défendre des idées de gauche, même en s’alliant à celui contre qui on a lutté six ans durant ?” demande également Isabelle Calendre (DL 14/11/19).

E.PIOLLE AVAIT DONNÉ DES “GAGES” AUX GRENOBLOIS

Quand on sait comment Eric Piolle a traité Guy Tuscher et Bernadette Richard-Finot tout le monde rit jaune d’entendre Maxence Allotto, secrétaire suspendu du PS affirmer à propos de Piolle : « Il nous a donné des gages » (!). (DL du 14/11/19)

Il avait d’ailleurs donné aussi des gages aux grenoblois (bibliothèques, arbres, co-construction...)

UN INTÉRESSEMENT PERSONNEL, SANS AUCUNE CONVICTION

La déliquescence du PS qui a géré Grenoble 19 ans est effrayante pour ce parti et ses représentants qui donnent une image catastrophique de leur bilan: leurs actes démontrent un total intéressement personnel, sans aucune conviction autre que la boussole des avantages d’élu.

O.NOBLECOURT : UN REPOUSSOIR QUI SUBIT UN REJET

On comprend qu’Olivier Noblecourt soit pour eux un repoussoir pire qu’Eric Piolle : ils le connaissent mieux. Ses atermoiements entre le PS et le service de Macron afin -lui aussi- de préserver ses intérêts personnel produisent un rejet de sa candidature en profondeur chez les grenoblois qui attendent un minimum de sincérité.

SALAT, AGOBIAN, ALLOTTO OUVRENT LA VOIE à… GEMMANI

Mais prendre ce contre-exemple pour faire pire déconsidère Marie-Jo Salat, Maxence Allotto et Anouche Agobian. Il parait qu’ils ont même ouvert la voie à… Stéphane Gemmani lui aussi haletant pour trouver un poste. C’est dire ce qui attend Grenoble. (Rappelons qu’il était aux dernières nouvelles allié de… Chamussy)

UN MÉPRIS DES GRENOBLOIS

Avoir siégé dans l’opposition pendant 6 ans et se rallier à une candidature qui annonce elle-même qu’elle se situe dans la continuation” de l’action engagée jusque-là est aussi la marque d’un mépris des grenoblois dont ces élus se sont donc moqués. Ce qui éclaire d’un jour sordide leurs mandats précédents avec Michel Destot.

UN CYNISME CRU et UNE OPACITÉ REVENDIQUÉE

Ces jeux de vilain qui se déroulent à livre découvert devant les grenoblois produisent un effet électoral répulsif. Tous ceux qui attendaient de la fraîcheur et de la transparence de cette campagne électorale sont effrayés par ce cynisme cru et de cette opacité revendiquée. La majorité municipale en est elle-même ébranlée ne sachant plus ou Eric Piolle la mène. Car ces manoeuvres secrètes ne font l’objet d’aucun débat de fond.

DES SOUSTRACTIONS DE SUFFRAGES

Ces additions hétéroclites produisent des soustractions de suffrages. Nombre de grenoblois de gauche qui ont entendu MJ Salat dans l’opposition ne veulent pas de Piolle et sont écoeurés. Nombre d’électeurs de l’extrême gauche ne veulent pas de se rabibochage d’intérêts avec ces candidats opportunistes professionnels.

E.PIOLLE SE PLACE LUI-MÊME DANS UN CORNER

Elles rendent aussi encore plus compliquée pour Piolle l’échéance du second tour. La somme des haines accumulées à gauche ne pourra plus être déconstruite. On voit mal Marie-Jo Salat, Maxence Allotto ou Anouche Agobian laisser leurs places à Olivier Noblecourt pour faire alliance. E.Piolle ne pourra pas non plus le leur demander aux Insoumis qui n’en veulent pas. Il se place de lui-même dans un corner.

UN CHAMP DE RUINE DÉVASTÉ PAR LES HAINES

Ce qui reste de la majorité municipale survit dans un champ de ruine dévasté par les haines, loin des grenoblois. En croyant que cette politicaillerie lamentable va les tromper, Eric Piolle, toujours suffisant, démontre un peu plus qu’il a perdu totalement pieds avec la réalité de la ville. Pour lui les électeurs sont prisonniers de leurs appartenances. Ils doivent suivre aveuglément ces fantômes. Les grenoblois ont leur liberté. ils vont en user.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *