L’ARRIVÉE D’UNE LISTE de GAUCHE ANTI-PIOLLE

Manquait plus que Abdelazziz Serrag que personne ne connait, candidat jeté par Echirolles, pour faire don à Eric Piolle de sa personne et de “l’alliance écologique indépendante” qu’il dit représenter et que personne ne connait non plus. Il a été candidat RPR, puis PS, puis tout.

Tandis que “ le Mouvement écologique Indépendant” apporte son soutien à… Emilie Chalas (LREM) . Vous connaissez ?

LA BATAILLE DES GROUPUSCULES FAIT RAGE

La bataille des faux groupuscules fait rage. Les candidats pensent que les grenoblois sont comme les mouches à l’égard du papier tue mouches: piégés. Il ne semble pas que ces opérations produisent les effets escomptés. Au contraire.

LA COMPOSITION DE SA LISTE TOURNE AU VINAIGRE

Pour Eric Piolle la composition de sa liste tourne au vinaigre. Après le départ de Marie-Jo Salat (PS) celui tonitruant de Marc Soulhol dénonçant la ” liste d’apparatchiks” a fait du mal. L’arrivée de Julien Terrier qui flirte avec l’extrême droite produit des remous grandissants en interne. Il ne sait plus ou donner de la tête et qui satisfaire.

L’IMPOPULARITÉ DES ÉLUS INSOUMIS

Du côté des Insoumis de JL Mélenchon ça grince aussi. Le choix de renouveler les caciques Elisa Martin, Salima Djidel, Emmanuel Carroz, Sadok Bouzaiene, Antoine Back, Alan Confesson fait des dégâts dans le parti. Mais dans l’opinion aussi compte tenu de l’impopularité de la plupart de ces élus. Le flirt avec l’extrême droite pourrait déciller encore certains.

LE CLAN AVRILLIER SE CACHE

De leur côté les 15 élus du clan Avrillier – les Verts-Ades- se planquent. Les Vincent Fristot, Christine Garnier, Olivier Bertrand, Claire Kirkyacharian… présents depuis 1995 (!) dans les arcanes municipales cherchent à se faire oublier. Par leur sectarisme et leur culture groupusculaire, leurs liens familiaux, Ils sont les principaux responsables de la chute de la maison Piolle.

Y.MONGABURU ( Verts/Ades) PRÉSIDENT de la METRO

En parallèle l’annonce qu’Eric Piolle se serait finalement mis d’accord avec … Yann Mongaburu (Verts/Ades) pour que ce dernier brigue la Présidence de la Métro fait déborder le vase. Nombreux sont les élus révoltés par cette répartition des postes et le choix de Yann Mongaburu, épouvantail dans de nombreux secteurs.

LE VIDE, LA SUFFISANCE et le VERBIAGE PRÉTENTIEUX

Les acteurs économiques et tous ceux qui ont eu des rapports avec lui pendant ces 6 dernière années sont vent debout. Au vide de Christophe Ferrari ( PS repenti) Yann Mongaburu ajouterait une insupportable suffisance noyée dans un verbiage abscons et prétentieux. Ce serait une catastrophe pour l’avenir de la Métropole.

RASSEMBLER CEUX QUI ONT DÉCHANTÉ

Mais l’arrivée annoncée par ” Le Dauphiné ” de la liste ” la commune est à nous “ devrait achever de récupérer les effets négatifs des méthodes du Tartuffe. Elle entend rassembler tous ceux qui ” ont déchanté malgré les espoirs et les attentes suscitées il y a 6 ans par la liste Piolle.” ( DL) ça doit faire du monde! Ils ajoutent être “opposés à de nombreux choix de la majorité en place “.

SON INSINCÉRITÉ DEVRAIT LUI COÛTER CHER

Cette liste de la gauche authentique devrait sérieusement siphonner des voix à Piolle. Son insincérité devrait lui coûter cher en suffrages.

LE BATEAU TANGUE FORTEMENT

Beaucoup de déçus de sa liste sont en train de se tourner vers cette alternative dans laquelle doit figurer Guy Tuscher , colistier de Piolle qui a quitté la majorité municipale au moment de la trahison de ses engagements de campagne. Le bateau tangue fortement.

” ILS N’ENGAGENT QUE CEUX QUI LES RECOIVENT”

Les nouveaux “engagements ” que multiplie Piolle ressemblent à ceux de 2014. Ils n’engagent que ceux qui le reçoivent.

Les écoles bétonnées, comme à Diderot, vont devenir des ilots de verdure (!) , les transports communs qui devaient être gratuits pour les 18/25 ans – pas tenue- vont être quasiment gratuits pour tous, même les commerçants vont retrouver la clientèle du Grésivaudan qui leur a été supprimée par lui , la ville va être couverte d’arbres….

E.PIOLLE VA DE BISTROT EN BISTROT

Entre autres. Il prend les grenoblois pour des canards sauvages.

En parallèle Eric Piolle va de bistrot en bistrot boire un café, se met à faire des courses dans des magasins grenoblois ou il n’avait jamais mis les pieds: ces apparitions à 60 jours du premier tour sont dévastatrices pour lui.

UNE IMAGE DE FAUSSAIRE RENFORCÉE

On se demande bien quel conseil en communication a pu lui dire de faire à deux mois des élections ce qu’il n’a jamais fait et n’aime visiblement pas faire: écouter les autres. Son image de faussaire est renforcée,chacun comprenant bien qu’il n’y aucune sincérité dans la démarche motivée seulement par l’intérêt électoral.

UN GRONDEMENT EN PROFONDEUR

Car si ça gronde très sérieusement autour de lui, ça gronde en profondeur dans Grenoble. Eric Piolle croit passer à travers les gouttes en trompant avec son étiquette ” Vert” en correspondance avec les problématiques du moment.

Mais les méfaits de sa politique et son comportement personnel sont trop visibles pour qu’il n’échappe pas à la sanction populaire.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *