LA CLASSE POLITIQUE LOCALE SERRE LES RANGS

Olivier Noblecourt (PS repenti) a jugé sur Recap Info “l‘évolution des déplacements tout à fait positive ...” sous la municipalité et il a pris la défense d’Eric Piolle accusé d’avoir voté des subventions à des organismes qui ont subventionné son entreprise.

LES FAITS DEVIENNENT DES FAKE POUR EUX

Ce n’est pas une accusation. C’est un fait. Mais ces faits-là chez les politiciens locaux deviennent dans leur bouche des “fake, des mensonges, des calomnies”

ILS VEULENT VIVOTER ENSEMBLE

Dans cette phase de la campagne la classe politique locale serre les rangs. Pour ne pas dire plus. Au-delà des apparences et des querelles secondaires elle veut continuer à vivoter ensemble. Mais il y a de gros soubresauts.

E.CHALAS (LREM) : L’IMMOBILITÉ EST EN MARCHE

A voir les membres de la municipalité Destot aux côtés d’Emilie Chalas (LREM) tels Gérald Dulac, Serge Nocodie, Marie-Claire Népi, Franck Trouilloud ou Jeanne Jordanovon on comprend bien qu’il ne s’agit en aucun cas de rompre avec les maux de Grenoble. L’immobilité est en marche.

O.NOBLECOURT (PS repenti) VISERAIT LA MÉTRO

Tout n’est que tactique. Olivier Noblecourt a expliqué à son comité de campagne qu’il visait la Métro avec une alliance avec LREM car il refusait de s’allier avec Piolle comme le lui demandera le PS et nombre de ses alliés dans la liste dont GO Citoyenneté. Ces derniers étant déjà cocus.

IL ENVISAGE UNE ALLIANCE SANS LUI

Si son résultat est trop bas il envisage même cette alliance sans lui afin d’apporter à LREM son aide. En échange de quoi pour lui ? Est-ce que la délégation interministérielle peut être reprise malgré le mauvais souvenir laissé par son action dans les instances gouvernementales pas mécontentes du tout de son départ si on en croit les propos du Président de la République lui-même ?

Car ces gens-là retombent toujours sur leurs pattes. Il y a toujours de grandes causes qui méritent salaire.

LE SORDIDE INTÉRÊT PERSONNEL à COURTE VUE

Ces stratégies de sous préfecture en disent long sur leur intérêt pour Grenoble ! Derrière les trémolos, les indignations feintes, les postures d’autant plus “morales” que la pratique en est éloignée, on retrouve le sordide intérêt personnel à courte vue.

E.PIOLLE PLANQUE SES POIDS LOURDS ENCOMBRANTS

De son côté Eric Piolle planque les poids lourds encombrants de sa liste, ceux auxquels il veut donner le pouvoir : Maud Tavel, Elisa Martin, Antoine Back, Alan Confesson les élus catastrophiques de Grenoble. Il avance les noms de Barbara Schumman, Gilles Namur, Sandra Krief et… Céline Deslattes.

L’ANCIENNE ADJOINTE DE DESTOT AU RAYON “NOUVEAUTÉS”

En effet n’étant même pas parvenu à 4 noms, Eric Piolle est contraint de placer Céline Deslattes dans le rayon nouveautés ! L’ancienne Adjointe de Michel Destot qui n’a laissé trace de rien est pourtant une vraie professionnelle de l’opportunisme électif.

C.DESLATTES (PS repentie) A SACRIFIÉ LE PLANNING FAMILIAL

Comme nous l’avons annoncé, elle a pris la Présidence du Planning Familial pour en faire un instrument d’échange avec un poste et a même sacrifié le planning en soutenant Piolle sur le Burkini. Elle et son époux sont pleinement représentatifs de cette classe politique locale qui vit totalement sur fonds publics et doit tout à cet opportunisme.

L’ACHARNEMENT et la HAINE CONTRE CARIGNON

L’acharnement et la haine qu’ils déchaînent contre Alain Carignon est à proportion de leurs craintes. L’intervention d’Alain Carignon au Conseil Municipal sur la situation de la ville depuis 1995 a fait l’effet d’une bombe.

Depuis lors d’Olivier Noblecourt à Eric Piolle les mêmes mantras sont répétés sur la “faute à Carignon” mais ils n’ont plus de prise.

EN 2009 GRENOBLE EST DEVENUE PREMIÈRE POUR L’IMPÔT

Car c’est bien en 2009 -13 ans après le départ d’Alain Carignon- que Grenoble est devenue la première des grandes villes de France pour l’impôt sur les ménages.

EN 2019 GRENOBLE EST DEVENUE PREMIÈRE POUR LA DETTE

C’est bien en 2019 -24 ans après le départ d’Alain Carignon- qu’elle est devenue la première de sa strate pour l’endettement après avoir échappé 2 ans avant à la mise sous tutelle…

O.NOBLECOURT : 20 ANS AUX AFFAIRES LOCALES

Quand on a été 20 ans aux affaires locales comme Olivier Noblecourt on comprend aussi qu’il se porte garant (!) de la probité de Piolle. Ce dernier n’a jamais porté les dossiers Alpexpo devant la justice, il a fait payer par un emprunt le faux dernier budget de Destot plutôt que de le porter devant les tribunaux.

LES GRENOBLOIS PAIENT LA NOTE

A ces petits arrangements entre amis on mesure les profondes connivences sur l’essentiel. On comprend leur solidarité. Sauf que ce sont les grenoblois qui paient la note.

LES GRENOBLOIS PRENNENT LA PAROLE

L’irruption du Collectif de la Société Civile dans le débat fait l’effet d’un éléphant dans un couloir de porcelaine. A travers lui les grenoblois prennent la parole et n’entendent pas la lâcher. Ils exigent des comptes.

ILS PÉDALENT DANS LA CHOUCROUTE

L’isolement dans leur bulle de ces élus ou anciens élus, leur coupure totale du terrain apparait de plus en plus criante. Leurs procédés habituels, leurs déclarations de principe vides font des flops retentissants parce que les grenoblois lisent à travers elles ce qu’ils sont vraiment. Ils pédalent dans la choucroute.

UNE VIOLENCE ANTI-CARIGNON CONTRE-PRODUCTIVE

Leur raidissement et la violence anti-Carignon qui en résulte sont de plus en plus contre-productifs pour eux-mêmes. Ils insultent des milliers de Grenoblois qui se reconnaissant dans la démarche et son projet.

PREMIER TOURNANT : CARIGNON AU CONSEIL MUNICIPAL

La campagne municipale aura connu deux tournants à ce jour : l’entrée d’Alain Carignon au Conseil Municipal qui a permis à des milliers de grenoblois de le connaitre et de l’entendre à travers le succès des vidéos de ses interventions (20 000 vues sur le seul DL).

LES GRENOBLOIS LE DÉCOUVRENT TEL QU’IL EST

Les grenoblois ne voyaient plus Alain Carignon qu’à travers les propos de ses adversaires, mais en direct. Le fond de ses propos qui font appel à l’analyse et non pas à l’invective ont produit un choc positif.

LE POINT : “2020 : L’ANNÉE CARIGNON

Le deuxième tournant se produit ces jours-ci après le signe d’un écrivain réputé, plutôt de gauche, Patrick Besson dans un grand hebdomadaire National, “le Point” sous le titre : 2020, l’année Carignon”.

DEUXIÉME TOURNANT : LE SUCCÉS DES VOEUX

Couplé au succès populaire des voeux au Stade des Alpes avec un millier de grenoblois mobilisés pour rêver un autre Grenoble, et comparativement à la pauvreté des concurrents, ce début d’année marque un nouveau départ dans la campagne municipale.

La troisième phase -60 jours- appartient aux Grenoblois.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *