“L’ÉCOQUARTIER POPULAIRE” BRÛLE T -IL ?

Eric Piolle ne prend pas en compte les voitures brûlées dans la pollution. Grenoble atteint en effet des chiffres mirobolants dans ce domaine. Ils sont évidemment cachés dans le cadre de la transparence municipale bien connue.

5 OU 600 VOITURES BRÛLENT CHAQUE ANNÉE

Combien ? 5 ou 600 par an ? Qui le sait ? Le rythme ne faiblit pas quel que soit la saison. L’été a été aussi chaud que l’hiver.

Une habitante du Village Olympique nous adresse ses images elles aussi toutes chaudes de la nuit du 21 au 22 août ou 3 voitures ont brûlé précisant que celle qui est en feu “a brûlé le 22 août à 19 h30″.

POIGNARDÉ POUR RIEN : IL SUCCOMBE

Dans le même secteur, le 17 août Olivier Mambakasa Luyindula était poignardé pour rien : il est décédé des suites de ses blessures le 22 août.

Partout les habitants alertent -désespérésla municipalité sur la ghettoïsation des quartiers et de la ville qui s’accélère. De nombreuses familles des camps démantelés, des macédoniens en situation irrégulière sont logés dans les quartiers, livrés à eux-mêmes, sans aucun accompagnement social. Des affrontements communautaires sont même à craindre.

L’IRRESPONSABILITÉ de E.PIOLLE et M.BOILEAU (Verts/Ades)

L’irresponsabilité d’Eric Piolle, Président d’Actis et de Maryvonne Boileau Présidente ( Verts/Ades) de Grenoble Habitat est une calamité. Attaqué de toutes parts par les locataires Eric Piolle fait répondre partout qu’il n’est responsable de rien chez Actis. Il se contente d’être Président !

E.PIOLLE COUPABLE MAIS PAS RESPONSABLE

On aimerait que le Président de Total qu’il met en cause et tous les chefs d’entreprises lui fassent la même réponse : je ne suis que Président de la société, je n’ai donc aucune responsabilité.

E.PIOLLE RÉPOND PAR UNE COM’ PROVOCANTE

Pour répondre à cette évolution catastrophique des quartiers Eric Piolle à la solution : il a installé à grands frais des panneaux de com’ publicitaire dans toute la ville. L’argent du contribuable coule à flot.

VILLAGE OLYMPIQUE : ÉCOQUARTIER POPULAIRE (!)

Les Grenoblois peuvent ainsi découvrir sur des images en papier glacé la naissance d’un “écoquartier populaire (!)” à Villeneuve et au Village Olympique. Conçus dans les années 70 ils se réveillent tout à coup dans un autre état par la grâce du Grand Timonier. Il accomplit des miracles.

POURQUOI DES ÉCOQUARTIERS NON POPULAIRES ?

Au passage le Grand Timonier n’explique pas la différence entre un “écoquartier populaire” et un “écoquartier” tout court comme De Bonne ou la Presqu’ile… La sémantique Piollesque est impayable. Mais elle à un coût.

LES ÉLUS de TERRAIN ONT ÉTÉ MIS à L’ÉCART

Au lieu de le rendre raisonnable, l’échéance municipale électrise Eric Piolle qui se jette à corps perdu dans la propagande s’en remettant à ses communicants au lieu d’écouter un certain nombre d’élus qui croisent encore des grenoblois. Ceux-là se terrent sachant qu’ils n’ont pas leur mot à dire et observent le naufrage en ayant regagné la terre ferme.

LES OREILLES des GRENOBLOIS ONT BOURDONNÉ CET ÉTÉ

L’explosion des quartiers et en réalité de toute la ville rend provocant et grotesque l’éco-irresponsabilité municipale : les grenoblois qui rentrent de vacances et ont entendu le même discours chaque fois qu’ils faisaient savoir à leurs rencontres d’été dans quelle ville ils habitent ne s’y trompent pas. La réalité est accablante.

VIVEMENT le MOIS de MARS

Le plan courageux et global du collectif de la société civile avec Alain Carignon pour faire reculer la délinquance n’attend plus que le vote des grenoblois pour entrer en application. Vivement demain.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *