GUERRE des GANGS FERRARI/PIOLLE : UN MORT

Comme vous l’avez sans doute appris, le Président Ferrari a pris et annoncé lors du Conseil métropolitain du 5 juillet, sa décision de mettre fin à mon détachement de directeur général adjoint A la Métro,”

“AUCUN PRÉALABLE, AUCUN ÉCHANGE…”

Bien entendu, je ne sais pas encore de quoi sera fait mon devenir professionnel.

Je n’ai eu au préalable aucune alerte, aucun échange. Je pensais, sans doute naïvement, que l’homme était doté du langage pour échanger, lever les ambiguïtés ?

F.PEYRONNET : “C’EST TRÈS VIOLENT”

Depuis cette annonce brutale la tristesse, la colère, l’écœurement m’emportent … après 35 ans de service public, 20 pour le compte de l’État, 15 en collectivités dont 5 années d’engagement au service de la construction de la Métropole…. tant d’années au service du développement de notre territoire, c’est très violent !”

LES ÉLUS de GAUCHE : L’HUMAIN, le RESPECT de la PERSONNE

C’est en ces termes que François Peyronnet, Directeur Général Adjoint de la Métro informe de son départ brutal à 6 mois de la fin du mandat ! Quand on entend les élus de gauche évoquer le droit du travail, l’humain, le respect des personnes on rigole.

UN DIRECTEUR GÉNÉRAL ADJOINT PAR PARTI

Pour comprendre l’histoire, il faut savoir que comme au plus beau temps de l’Union de la Gauche et de la soviétisation des emplois, les groupes qui composent la majorité ont obtenu chacun un… Directeur Général Adjoint. Il y en a donc 5. Recrutés sur critère politique, la question de leur compétence pour le poste étant secondaire.

MÊME LE PCF DISPOSE D’UN DGA

Au passage on comprend pourquoi le PCF est dans la majorité et se livre tout à coup à l’opération “Union de la gauche”. Il ne veut pas perdre “son” DGA, Ed Tissino.

F.PEYRONNET DÉSIGNÉ PAR Eric PIOLLE

François Peyronnet était le directeur Général Adjoint désigné par Eric Piolle et au service du groupe Rouge/Verts de la Métro. C’est avec lui qu’Eric Piolle a lancé la malencontreuse opération séduction des Maires pour obtenir leurs voix à la présidence de l’agglomération.

UNE ARMÉE MEXICAINE PRODUIT LA PARALYSIE BUREAUCRATIQUE

Au passage cette armée mexicaine et ce fonctionnement qui fait dépendre les DGA d’une autre autorité que le Président ont produit cette paralysie bureaucratique, vrai résultat des 6 ans de mandat dont les citoyens sont victimes.

F.PEYRONNET CONTRÔLEUR de GESTION D’ALPEXPO…

Venu de la ville de Grenoble François Peyronnet a rendu de menus services. Ainsi il a été l’un des “contrôleurs de gestion” d’Alpexpo. Pas très gênant. Les déficits et la gabegie ont pu ainsi passer du budget de la ville à celui de la Métro. Le contribuable étant toujours la victime.

C.FERRARI RETIRE SA DÉLÉGATION à G.BURBA

Son licenciement brutal intervient après le retrait de la délégation à Georges Burba qui a rallié Piolle au moment de sa mise en cause par la justice.

C.FERRARI SE VENGE SUR LES COMPARSES

Ces mesures du “Napoléon de Pont de Claix” (!) en disent long sur le bateau ivre de la Métro qui achève son mandat sur un récif. La majorité éclate. Christophe Ferrari n’ayant pas la carrure de l’affrontement politique sain, sur le fond, il se venge sur les comparses.

Révélant au passage un fonctionnement clanique de la Métro bien loin des annonces publiques. Ces règlements de comptes ne font que commencer.

Y.MONGABURU, E.PIOLLE CANDIDATS à la PRÉSIDENCE de la MÉTRO

Eric Piolle a ouvert le bal des hostilités publiques en piétinant C.Ferrari, annonçant son intention de briguer la présidence de la Métro pour s’éviter de rendre compte de son mandat de Maire. En cherchant même l’appui du vieux PS que Ferrari a abandonné pour être compatible avec les Verts ! Auparavant c’est Yann Mongaburu qui s’annonçait comme “appelé” (!) à cette fonction !

CERTAINS APPARTIENNENT AU MÊME GROUPUSCULE

La situation est d’autant plus compliquée que certains comme C.Ferrari, Y.Mongaburu appartiennent maintenant ensemble à des groupuscules type Génération.s de Benoit Hamon, qu’Eric Piolle instrumentalise par voie de communiqué. Ce parti fantôme vient de chanter tout à coup un hymne au renouvellement du Grand Timonier. Lequel va l’emporter la-dedans ?

UN CLIMAT DÉLÉTÈRE

Le pataquès est donc complet. La fuite en avant qui tourne au ridicule d’Eric Piolle mimant l’homme de proximité et de contact qu’il n’est pas, mise en image par sa com’, est la cerise sur le gâteau de ce climat délétère.

L’ALTERNANCE EST EN ROUTE

On voit mal comment cet attelage pourrait tenir jusqu’en mars 2020. En réalité la surface de l’océan qui révèlent ces tourbillons éclaire les courants en profondeur qui sont en mouvement. L’alternance est en route.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

2 Comments

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *