STATIONNEMENT : NOUVELLE HAUSSE DES PRIX

Nouveau coup dur pour le portefeuille des Grenoblois et pour l'attractivité de la ville. Alors que la crise a déjà fortement pénalisé les finances des ménages, alors que les commerçants sont asphyxiés à mesure que les bouchons et l'absence de places font fuir les consommateurs, Éric Piolle fera voter au Conseil Municipal de ce lundi une nouvelle hausse des tarifs du stationnement. 

NOUVEAU MATRAQUAGE

En zone orange et violette, 0.50 centimes donneront droit à 10mn de stationnement contre 15 auparavant. En zone verte, la même somme autorisera 15mn de stationnement contre 20 auparavant. Stationner 2h en zone orange coutera désormais 5 euros soit une hausse de 50 centimes ; en zone verte, les habitants en auront pour 4 euros soit une hausse de 1 euros !

Les nouveaux tarifs (à gauche, zone orange/violette et à droite zone verte)
DÉJÀ EN 2016...

En 2016 déjà, une hausse avait été votée par la majorité d'Éric Piolle pour remplir les caisses vides de la ville. Les tarifs avaient explosé pour le stationnement et pour les tickets résidents (+ 150% d'augmentation pour ceux-ci avant que le Tribunal ne retoque la décision municipale... déjà à l'époque !) . L'équipe Piolle, comme à son habitude, n'avait pas écouté les 66.75% de Grenoblois qui avaient voté contre la hausse.

Dès le début de son mandat, Éric Piolle s'est assis sur ses engagements.
LES GRENOBLOIS ESSORÉS 

Les Grenoblois sont pris par des vaches à lait pour Éric Piolle. Occupé à passer sa vie entre Paris et des TGV, il n'a aucune conscience des difficultés de nombreux habitants à boucler les fins de mois. Pour ces habitants, une hausse même légère des tarifs a un impact sur leurs finances. L'augmentation des prix du stationnement les assignera encore un peu plus à résidence. Vous avez dit "humanisme" ?

HAUSSE DE LA TAXE D'HABITATION

Cette décision intervient après la hausse de la taxe d'habitation sur les résidences secondaires votée lors du dernier conseil municipal. La majorité municipale avait décidé d'une hausse de 34% (soit en moyenne + 160 euros par an)... sans jamais songer que si ces logements ne se louent pas, la politique municipale désastreuse en matière de salubrité, de sécurité, de densification des quartiers y est pour quelque chose !

Alain Carignon a dénoncé "la phobie anti-propriétaires" d'Éric Piolle
TAXE FONCIÈRE LA PLUS ÉLEVÉE

Grenoble est déjà première de sa catégorie des grandes villes pour le taux de taxe foncière. Il y a de quoi se demander où passent ces impôts, quand on voit l'état de Grenoble et l'absence de résultats de la ville. Mais au royaume de Piolle, pas de pitié pour les petits propriétaires et les automobilistes qui sont pressurisés pour imposer les lubies d'une minorité.

Taxe foncière : Grenoble brille encore...
HAUSSES DES CHARGES POUR "CAPITALE VERTE"

Car pendant que les Grenoblois paient, la Mairie est incapable de réaliser des économies et augmente même ses charges. Dans le rapport d'orientation budgétaire que le conseil analysera aujourd'hui, on constate une augmentation des charges de fonctionnement... pour capitale verte 2022, et particulièrement "l'organisation de cérémonies" ! Le contribuable Grenoblois met la main à la poche pour que la majorité municipale trinque au champagne dans un entre-soi révoltant. 

Rapport d'orientation budgétaire 2022. La Municipalité assume faire payer les Grenoblois pour ses cérémonies et sa communication.
LA PERTE D'ATTRACTIVITÉ DE LA VILLE SE POURSUIT 

Toujours quatrième ville de France pour les bouchons, la hausse des tarifs de stationnement n'arrange rien à l'attractivité de Grenoble. Les témoignages d'habitants de la Métropole et de l'Isère qui expliquent ne plus vouloir venir à Grenoble pullulent. Ils se rabattent sur des villes comme Voiron, Lyon, Chambéry... plus lointaines mais plus accessibles. 

Bouchons : un autre classement mirobolant pour Grenoble
LES COMMERÇANTS ASPHYXIÉS

Le centre commercial Neyrpic à Saint-Martin d'Hères fera encore empirer la situation de Grenoble. Les commerçants sont les premiers impactés par cette perte d'attractivité et cette fermeture de la ville à l'extérieur. Mais plutôt que de les entendre et les soutenir, Éric Piolle continue d'imposer des décisions qui les tuent à petit feu, comme Cours Berriat avec le projet d'autoroute à vélo et le psychodrame de la fermeture du Pont Esclangon

La manifestation des commerçants contre la fermeture de Berriat. Éric Piolle ne les écoute pas.
ÉRIC PIOLLE TUE GRENOBLE À PETIT FEU

Centre autoproclamé d'un "arc humaniste", Éric Piolle poursuit depuis 7 ans une politique qui n'a que faire... de l'humain. Le Grand Timonier a ses desseins personnels en tête et les poursuit, et tant pis si il faut pour cela imposer des décisions dont les Grenoblois ne veulent pas. Un exercice du pouvoir arrogant et autoritaire qui tue Grenoble à petit feu et exaspère les habitants. 

"L'exemple grenoblois"
L'OPPOSITION AUX CÔTÉS DES GRENOBLOIS

L'Opposition Municipale s'opposera à cette hausse lors du conseil municipal. Sur ce sujet comme sur tous les autres, comme toujours, elle portera la voix des Grenoblois que la majorité refuse d'écouter. 

De nombreux Grenoblois ont témoigné au "Thé ou Café" d'Alain Carignon et de l'Opposition ce samedi, sur place ou sur Facebook
One Comment

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *