“CAPITALE VERTE” : UNE GABEGIE DE COMMUNICATION

« Le 3 mai dernier, Madame Maud  Tavel à annonçait à la commission que les budgets réalisés des précédentes villes lauréates oscillaient entre 8 et 15 M€, mais que, nous assurait-elle, Grenoble présenterait un budget prévisionnel global, sobre et vertueux, de 5 M€... Votre budget global, sobre et vertueux, est, à ce jour, de 17,45 M€... Bon, ça c’est le budget pour communiquer et pour amuser le peuple, comme disait l’autre...Quand est-ce qu’on s’attaque au fond ?« 

LE "PLAN D'ACTION" ANNONCÉ A DISPARU EN UN MOIS 

Nicolas Pinel, Conseiller Municipal du groupe d'opposition a parfaitement résumé le dossier « capitale verte » au Conseil Municipal de lundi : de la com’, de l’esbrouffe pour se faire valoir, mais rien sur le fond. Il s’agit de financer des cérémonies d’ouverture, de clôture, de se congratuler  entre soi malheureusement sans impact extérieur.  Aucun «plan d’action» pourtant  trompété  lors la présentation initiale, aucun moyen pour lutter contre les ilots de chaleur, aucun pour lutter contre la pollution, aucun objectif, aucun indicateur permettant un quelconque début de contrôle citoyen. Une pauvreté crasse.

 

L'ATTERRISSAGE FINANCIER EN FIN DE CONSEIL MUNICIPAL

D’ailleurs après avoir fanfaronné au Conseil Municipal précédent en présentant son bon profil sur ce dossier afin de tromper les médias, Eric Piolle avait planqué l’atterrissage financier en fin de Conseil Municipal. Car la "capitale Verte" semble de plus en plus une vaste fumisterie coûteuse en appui de la mirobolante marche du Grand Timonier vers l’Elysée. Aux frais du contribuable grenoblois.

ENCORE DES RECRUTEMENTS DANS LA COM'

Evidemment dans une ville déjà hypertrophiée par les dépenses de fonctionnement, il crée une nouvelle Agence pour ne faire que de la com. La pléthore de communicants dont il dispose déjà ne suffit pas ? L’organigramme prévoit en effet des recrutements dans des secteurs de la communication, des recrutements pour « la mobilisation citoyenne », pour l’administration etc… alors que la Chambre des Comptes a souligné qu’avec la Métropole qui a augmenté  pourtant de + 10 % le nombre de personnels par rapport aux personnes transférées des communes, la masse salariale globale de celles-ci n’a pas baissé.  

UNE VILLE QUI RÉGRESSE EN ESPACES DE RESPIRATION 

« La capitale verte accouche d’une souris. Depuis le départ nous pensons que ce dossier n’est pas net, concomitant avec votre campagne de promotion personnelle, et nous ne comprenons toujours pas comment une ville qui régresse avec vous en espaces verts et de respiration par habitants, qui est dans la queue des grandes villes pour le nombre de M2 d’espaces verts par habitant, peut être décrétée capitale Verte ? » a notamment lancé Alain Carignon.

COUP DE PEINTURE AUX LOGEMENTS DU RABOT

La seule « action «  programmée des penseurs du XXI ème siècle est d’améliorer la plateforme d’arrivée du téléphérique et de donner un coup de peinture aux logements du Rabot censés accueillir des délégations. En décembre dernier le conseil municipal autorisait le Maire  « à mettre en place et animer un comité de pilotage multi partenarial de la Bastille dés le début 2021 »

LE PILOTAGE MULTI PARTENARIAL PRODUIT DU VIDE

On imagine donc que c’est le bilan intellectuel de ce « pilotage multi partenarial » éclairé par le phare de l’humanité qui le présidait. A Chaque étape Eric Piolle se moque du Conseil Municipal, se moque des grenoblois. Il fait voter des délibérations sans suites, juste pour combler un vide, passe à autre chose et les oublie. Quand on les rapproche entre elles, c’est catastrophique pour lui.

L'OPPOSITION PROPOSAIT UNE FERME PÉDAGOGIQUE...

Alain Carignon lui a rappelé que l’opposition avait travaillé sur ce site, proposé une ferme pédagogique à la place des friches universitaires plutôt que de laisser urbaniser rappelant  avoir identifié des fonds Européens pour ce type de projet. 

... E.PIOLLE LAISSE URBANISER LA BASTILLE

il a demandé  « Pourquoi ne saisissez-vous pas l’opportunité de la capitale verte pour préempter la friche universitaire qui reste afin de préserver le site de l’urbanisation ?«  Il a également regretté de ne voir aucun fonds Européens en appui de projets que la ville aurait identifié. 

CE VIDE A LA COULEUR VERTE

Ce vide à une couleur verte pour tenter de faire croire que la municipalité agit. Il n’en est rien. Elle se contente de répéter le mot aux frais du contribuable afin de le faire pénétrer dans la part disponible de son cerveau.

Jugeant que le cumul de son étiquette politique et des moyens financiers considérables mis en oeuvre pour imposer cette idée tromperont aisément. Pas impossible qu’avec les différents éclairages récents sur les méthodes d’Eric Piolle, les grenoblois ne soient pas de plus en plus nombreux à ne pas tout gober au premier degré. 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *