L’ILE VERTE VOUDRAIT RESTER VERTE

« Quand j’ai voté pour eux, je les ai engagés par ce fait dans une voie que je leur demande d’accomplir. Nous pensons que la mairie se décrédibiliserait auprès de ses électeurs si elle ne prenait pas cette décision forte qui correspond à sa politique. » Isabel Oed qui s’exprime ainsi dans le DL (12/10/21) accomplit les premiers pas d’une prise de conscience. « Nous avons recueilli 1 300 signatures pour que l’Île verte ne devienne pas une île grise », dit encore un membre du collectif.

LES ILOTS DE VERDURE DISPARAISSENT UN à UN 

Mais la municipalité s’obstine à laisser disparaître un à un les ilots de fraicheur de ce quartier comme partout. Sauf qu’à l’Ile Verte on n’est pas à Beauvert ou à Jean Macé. Les bobos se font entendre. Dans les quartiers populaires Eric Piolle  peut passer en force . Le degré de mobilisation est moindre , le fatalisme et l’acceptation plus répandus. Le Président de l’Union de Quartier Confluence lui-même, Alain Lauriot a admis qu’un immeuble puisse être construit dans le parc Tarze , pourtant ilot de verdure naturel. En échange de sa remise en état. C’est dire.

LES VILLAS PERDENT LA VUE ET LE SOLEIL

D’ailleurs à l’Ile Verte les mêmes ont laissé bétonner massivement tout le secteur Blanche Monnier devenu un quartier comme les autres. Nombre de villas ont perdu le soleil et la vue sur les montagnes et leurs propriétaires n’ont pas d’autres solutions que de vendre pour que leur terrain soit transformé en… immeuble.

LES ROUGE/VERTS AUTEURS DU PLUI 

Le PLUI ( plan d’urbanisme ) voulu par les Rouge/Verts derrière lequel s’abrite hypocritement Pierre-André Juven ( Verts/FI) organise cette densification, la normalisation de la ville autour d’un modèle unique. Les arbres tombent partout. Une uniformisation étendue à toute la Métropole.

RESPONSABLES DE LA BETONISATION 

Cet urbanisme bétonneur remonte à loin : Depuis 25 ans les élus de Piolle gouvernent l’urbanisme de la ville. Pierre Kermen ( Verts/Ades) était déjà Adjoint à l’Urbanisme de Destot quand il a fait voter en 2004 le plan qui a permis la densification de Vigny-Musset, De Bonne, la Presqu’ile… Avec le succès que l’on sait. C’est sur la base de ce plan que l’Ile Verte n’est plus verte.

 

LE PLUI PERMET DE CONSTRUIRE PARTOUT 

ça n’a pas empêché Isabel Oed et ses amis de voter massivement Piolle. Car l’image l’emporte sur le réel, sur les faits. Un classique de l’époque.

Maintenant les habitants voient le béton arriver de plus en plus prés de chez eux. Le PLUI permet de construire aussi à l’angle de la rue Lachmann et du quai Jongkind, supprimant un espace de verdure. Un PLUI auquel seuls Alain Carignon et son groupe se sont opposés pour ces raisons.

P-A JUVEN ( VERTS/FI) : LA MAUVAISE FOI DE SON MAITRE 

A l’ile Verte Pierre-André Juven, la voix de son Maitre, y va de sa mauvaise foi disant tout et son contraire ; S’agissant de  la discontinuité végétale dont parle le collectif, il répond au DL  : « Ça se joue à un niveau de subtilité réglementaire très fin et on considère que ce n’est pas le cas. Si on devait accepter ce projet, ça ne voudrait pas dire que nous le cautionnerions mais que nous appliquons le règlement »

PRENDRE LES HABITANTS POUR DES BENÊTS

Oubliant de préciser que c’est sa majorité qui fait ce règlement. Il ajoute : «Ce type de projet nous incite cela dit à regarder encore plus finement ce qu’il y a dans le plan d’urbanisme, qui n’a pas vocation à bétonner la ville ni à empêcher toute construction. »   Il regarde « ce qu’il y a dans le plan d’urbanisme » qu’il a lui-même élaboré (!)  qui  n’a pas « vocation à bétonner la ville » mais … » ni à empêcher toute construction » .

 Vous avez compris ? ça s’appelle se moquer du citoyen, le prendre pour un benêt et il semble qu’à l’Ile Verte certains aiment ça.

" UNE VILLE ACCUEILLANTE, RESPIRABLE, FRAÎCHE... "

Il poursuit d’ailleurs pour parachever la langue de béton  : « Nous travaillons à affiner la réglementation pour produire une ville accueillante, habitable, respirable, accessible, fraîche en été et verte. «  Fermez le banc

LA SOLIDARITE NE VA PAS JUSQU'A BEAUVERT...

Le problème qui se pose également est que les riverains aisés des rues Lachman et du quai Jongking qui se défendent légitimement après avoir voté pour les Verts par une grande volonté de partage et de solidarité, n'étendent pas ces dernières aux habitants de Beauvert et de Jean Macé ou de Châtelet et de la Presqu’ile qui voient disparaître tous leurs espaces de respiration, baisser la valeur de leurs biens.

G.NAMUR ( Verts/FI) TIRE LES FICELLES de L'ILE VERTE

Ils auraient pourtant besoin de leur aide, de leur proximité avec le pouvoir local puisque Gilles Namur ( Verts/FI) Adjoint à la Fraîcheur tire les ficelles de l’Ile verte.

 

UNE PRISE DE CONSCIENCE BALBUTIANTE

Pour l’instant la prise de conscience demeure balbutiante, limitée et les mensonges éhontés du discours municipal sont encore partiellement gobés. L’action «  citoyenne »  est réduite à ce qui est très près de chez soi et on s’interdit toute vision globale qui remettrait en cause trop de certitudes.

TOUTE LA VILLE SUBIT LE REGIME DE L'ILE VERTE

Car ce dont l’Ile Verte est victime, toute la ville le subit. Le plan qui le met en place est pensé, voulu, décidé par l’actuelle majorité municipale qui n’en démord pas malgré les dégâts y compris sociaux de cette densification folle.  Ce n’est qu’en s’y opposant clairement que les grenoblois pourront espérer sauver le peu d’espaces  de respiration qui demeurent encore. 

 

 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *