ILE VERTE : LA TARTUFFERIE MUNICIPALE

 

« On a dit au collectif qu’on était très sensibles à leur position mais on est aussi tenu par les règles du Droit et de la loi. Ce dossier nous apprend qu’on a un certain nombre d’outils avec le PLU (Plan local d’urbanisme) mais on n’a parfois pas tous ceux dont on aimerait disposer ». Pierre-André Juven, le «nouvel » Adjoint (Verts/FI) à l’urbanisme, revient très fort dans le peloton de têtes des Tartuffes municipaux. Il répond (DL du 12/4/21) en effet au collectif de l’Ile Verte  qui voit avec étonnement un nouvel ilot de fraîcheur disparaître à l’angle de la rue Lachman et du quai Jongking, face aux berges de l’Isère. Après la densification massive de Blanche Monnier et la disparition une à une des villas et des jardins du quartier.  

DANS LE SUD de la VILLE, ILS NE RÉPONDENT MÊME PAS 

Le Plan Local d’Urbanisme (PLUI) veut cette urbanisation massive. Il est élaboré, conçu, voté par les Rouge/Verts Grenoblois. Dans les quartiers populaires, à l’Abbaye, à Chatelet, à Berriat, à Jean Macé… ils justifient cette densification, ou ne prennent même pas la peine de répondre. Rue Helbronner, dans le sud de la ville, une modeste copropriété qui devrait être défendue comme la prunelle de nos yeux dans un quartier qui se paupérise à grande vitesse va voir pousser devant lui un immeuble qui va lui faire perdre le soleil et la vue sur les montagnes et supprimer un espace vert de respiration.

PARTOUT LES HABITANTS DOIVENT ÉTOUFFER EN SILENCE

Le degré d’influence des habitants de ce quartier n’est pas le même qu’à l’Ile Verte.  Les habitants d'Helbronner ne disposent pas des moyens d’expression, d’intervention dans les médias et n’ont pas d’élu tel l’Adjoint à la fraîcheur (!) Gilles Namur, ex-président de l’Union de Quartier qui a fait voter Piolle sur la promesse écologique. A Helbronner ils doivent étouffer en silence. A Jean Macé la municipalité va urbaniser… un parc ! Quartier de la Capuche elle refuse pour l’instant de préempter les terrains de l’église St Jacques ce qui éviterait la densification. Entre Jean Macé et la Presqu’ile, très dense, elle urbanise aussi le dernier espace vert. Pour ne citer que quelques exemples.

LES MOYENS DANS LE CADRE DU PLU ? 

Le collectif de l’Ile Verte a trouvé un fil à tirer pour tenter d’empêcher cette nouvelle construction : « pour le strict respect du cadre en vigueur, nous sommes heureux de pouvoir dire à monsieur le maire que, dans le PLU, il a le moyen de refuser la dernière demande du promoteur qui se propose de bâtir sur la totalité de l’angle. Ce qui aura pour conséquence de supprimer la continuité végétalisée. » (DL du 12/4/21)

TARTUFFE 1er : "RESPECTER LE CADRE RÈGLEMENTAIRE ACTUEL..." 

En effet en Tartuffe 1er, Eric Piolle avait répondu au Conseil Municipal que le permis de construire « est en cours d’instruction afin de veiller à sa bonne insertion et à sa compatibilité au PLUI (Plan local d’urbanisme intercommunal). Nous entendons les inquiétudes des riverains, le dialogue va se poursuivre dans un état d’esprit constructif tout en respectant le cadre réglementaire actuel. » Ce "cadre réglementaire" qu'il édicte lui-même dans le PLUI. CQFD. 

P-A JUVEN (Verts/FI) APPUIE SUR LE FREIN à FOND 

D’ailleurs Pierre-André Juven refroidit déjà le collectif sur la ficelle qu’il tire : « On a cet argument en tête mais certains sujets laissent cours à des interprétations. On est là sur un terrain mouvant, sur le domaine de la jurisprudence. Et pour le coup, sur ces arguments, la jurisprudence ne va pas dans notre sens. Un juge administratif pourrait nous dire qu’il n’y a pas de discontinuité végétale. »

Pensez donc. Avec ce qui a déjà été réalisé à l’Ile … Verte dans le domaine de la discontinuité végétale, permis par le PLUI, pas sur que l’argument soit retenu pour ce modeste ténement.

DEPUIS 2004 LES "VERTS" BÉTONNENT LA VILLE 

Les élus « Verts » maitrisent l’urbanisme à Grenoble depuis les années 2000. Pierre Kermen Adjoint (Verts/Ades) à l’urbanisme de Michel Destot et l’auteur du PLU de 2004 qui a voulu la bétonisation massive de la ville, permis de créer des quartiers avec … 1 200 nouveaux logements à Bonne, l'érection de Vigny-Musset ou bien aujourd’hui de Flaubert avec 2000 logements,  la Presqu’ile avec un seul M2 d’espaces verts par habitant….  Le PLUI se situe dans cette continuité

LES HABITANTS DE L'ILE VERTE ONT REDEMANDÉ DU PIOLLE...

En votant assez largement pour Piolle les habitants de l’Ile Verte en ont redemandé. Ils sont donc fournis. Tant que la contestation ne concernera pas le PLUI qui permet de faire disparaitre toutes les dents creuses, tous les espaces de respiration, elle ne s’attaquera pas aux causes. Cela permet à Pierre-André Juven pas mal  situé dans le culot municipal de répondre aussi «que s’engouffrent un certain nombre de promoteurs et constructeurs. Si le permis rentre dans les règles, on ne pourra pas faire autrement que de respecter la loi. » 

E.PIOLLE A MÊME FIXÉ DES "MINIMUMS DE DENSITÉ" 

Ajoutant même « aller se saisir du moindre espace disponible pour monter une construction au même niveau que les immeubles à côté, ça pose question. Plutôt que de venir combler un espace qui était bien tel quel, il est préférable d’avoir des lieux de respiration dans la ville.»

JUSQU'A PRÈS DE 30 MÈTRES PLACE DR GIRARD 

Faut avouer qu'on est baba. Qui donc a fixé la hauteur constructible des espaces libres ? A 29 mètres de haut place Dr Girard, 20  mètres avenue Maréchal Randon et fixant même des "minimums de densité" dans les zones F1 et F6 avec une quantité non fixée ! Et  aucune sanctuarisation des fameux espaces de respiration. Qui donc? et Ou? Dans le PLUI voulu et voté par Eric Piolle.

LA MUNICIPALITÉ CARIGNON AVAIT ANTICIPÉ AVEC LES PARCS

Seul le groupe d’Opposition avec Alain Carignon combat ce PLUI. Il est bien placé puisque la seule caserne libérée sous ses mandats est Reyniés-Bayard. Pour quatre fois moins de logements qu’à Bonne, le quartier bénéficie d’un parc de 5, 5 hectares… Le dernier plus grand parc créé à Grenoble. On ne sait pas si la municipalité laissera passer aussi cette construction sous prétexte de «  respecter la loi » (!).

LES PÉRIODES DE CANICULE DE PLUS EN PLUS INSUPPORTABLES

Mais quelle que soit l’issue de ce conflit sans remise en cause des fondamentaux de la municipalité qu’elle cache exceptionnellement à ses électeurs de l’Ile Verte, ce quartier, comme toute la ville, sera normalisé au béton non poreux. Il contribuera comme les autres secteurs à rendre de plus en plus insupportables les périodes de plus en plus longue de canicule dans la cuvette. Grâce à une municipalité qui prétend faire le contraire.

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *