CAPITALE VERTE : L’OPPOSITION SAISIT LE COMMISSAIRE EUROPÉEN

Les élus du groupe d'opposition avec Alain Carignon et des habitants de Beauvert pour défendre cet espace de respiration et ces arbres qu'Eric Piolle veut faire disparaître

Ce mercredi, l’Opposition Municipale de Grenoble donnait une conférence de presse pour informer de sa saisine du Commissaire Européen en charge de l’Environnement. Le Groupe d'Opposition a saisi la Commission pour l’alerter sur les manquements de la Municipalité en matière d’écologie alors que la ville s’apprête à être la “capitale verte européenne” pour l’année 2022. 

CAPITALE VERTE : L'OPPOSITION INTERPELLE LE COMMISSAIRE EUROPEEN

À l’heure où le Maire de Grenoble parcourt la France occupé par ses ambitions nationales, brandissant l’exemple de sa gestion municipale comme prétendue preuve de sa compétence, l’Opposition a souhaité porter à la connaissance de la Commission Européenne et du grand public la réalité que vivent les grenoblois en matière d’écologie.

BEAUVERT : UN IMMEUBLE A LA PLACE DES JARDINS

La conférence de presse a symboliquement eu lieu à Beauvert, sur le site des jardins partagés en présence de Pierre Humbert, Président de l'Union de Quartier et d'habitants. Ces jardins, espaces verts et arbres sont en effet voués à disparaitre. La Municipalité a signé un permis de construire pour un immeuble de 5 étages. Les élus et les habitants opposés se sont retrouvés pour dénoncer ce projet, symbole de la contradiction entre les actes et les discours d'Eric Piolle qui se veut candidat de la justice climatique et oeuvre au réchauffement avec sa politique de densification massive.

Un immeuble va remplacer cet espace de respiration à Beauvert...
 
ALLIBERT : SCANDALE ÉCOLOGIQUE

Nicolas Pinel, élu d'opposition, a évoqué le dossier de la friche Allibert. Un véritable scandale écologique, l’urbanisation de 10 hectares étant programmée sur ce site qui accueille aujourd’hui une décharge sauvage que la Municipalité a laissé prospérer et même entretenu. 

Sur la friche Allibert, une décharge sauvage...

Alors qu'É. Piolle se propose de créer 25000 fermes urbaines dans son programme national, il avait refusé la proposition de N. Pinel de créer une ferme urbaine d'envergure sur ce site. 

... entretenue par la Municipalité !
BASTILLE : URBANISATION D'UN SITE EMBLÉMATIQUE

Même son de cloche pour les bâtiments abandonnés sur les contreforts de la Bastille. Brigitte Boer a justement rappelé que ce site patrimonial exceptionnel est voué à une urbanisation d’un autre temps alors qu’un projet alternatif durable était possible. L'Opposition a eu beau alerter le Maire à plusieurs reprises, il n'a pas écouté.

Le projet Dolomieu ramène des voitures à la Bastille...
 
LA DENSIFICATION DANS TOUS LES QUARTIERS

Cette densification est à l'œuvre dans tous les quartiers de la ville, où les espaces verts sont petit à petit remplacés par du béton. Les espaces de fraîcheur laissent la place à des îlots de chaleur : un véritable contresens à l’heure de la lutte contre le réchauffement climatique.

La bétonisation dans tous les quartiers à Grenoble

Partout, Grenoble se densifie encore davantage. C'est le cas à Beauvert, où se tenait la conférence de presse, mais également sur la presqu'île, à Flaubert, quartier Capuche, Rondeau-Libération... même à l'Île Verte ! 

Projet Galtier à l'angle du cours Libération et de la rue des alliés, des tours remplacent des villas
POLLUTION DE L'AIR : GRENOBLE PREMIÈRE VILLE 2021 EN NOMBRE DE JOURS DE POLLUTION

Dominique Spini a quant à elle rappelé qu'en ce qui concerne la pollution de l’air, la Municipalité fait surtout des effets de manche et les mesures adoptées, notamment le plan de circulation, se sont jusque-là révélées peu efficaces. 

Eric Piolle a beau obstruer la circulation, Grenoble devient la première ville de France pour le nombre de jours de pollution en 2021

ATMO détermine que Grenoble devient la première ville de France en nombre de jours de pollution en 2021.

PAS DE BAISSE SIGNIFICATIVE DE LA POLLUTION

La Municipalité concentre tous ses efforts sur la chasse aux voitures, sans résultats probants. Selon une étude d’ATMO publiée fin 2019, le nouveau plan de circulation (CVCM) ne produit pas de baisse significative des émissions de polluants.

On cherche encore la baisse des polluants à Grenoble

Ce plan de circulation a simplement déplacé le trafic sur d’autres axes. Ainsi, des habitants bénéficient d’une légère réduction de leur exposition aux émissions  (notamment les riverains de l’axe Rey-Sambat-Lyautey). Mais d’autres subissent une augmentation de leur exposition (cours Gambetta, rue Lesdiguières). 

GESTION DES DÉCHETS : L'USINE A GAZ INEFFICACE

Enfin, Nathalie Béranger a souligné que Grenoble a un temps de retard pour la gestion des déchets, avec une politique d’incitation au tri loin d’être efficace.`

Le centre de tri d’Athanor a même dû fermer pendant de nombreuses semaines fin 2020 : les déchets triés par les grenoblois étaient incinérés, le tout avec le silence complice des élus de la majorité.

Un ambitieux plan d’action a été annoncé en 2017. Le Président de la Métropole expliquait alors que les poubelles de tri contenaient en moyenne 35 à 40% d’intrus. Mais force est de constater que la situation n’a guère évolué. Le Vice-Président de la métropole chargé des déchets reconnaissait début 2021 “qu'un tiers des déchets recyclés sont mal triés sur le territoire et finissent à l'incinérateur”.

Des poubelles marrons deviennent ainsi des poubelles grises, des poubelles vertes deviennent jaunes, un jour de ramassage est supprimé…

Ces chiffres n’ont rien d’étonnant tant le système de tri sélectif à Grenoble est une véritable usine à gaz. Il est compliqué d’inciter les habitants à trier quand le système proposé est incompréhensible. Le tout sans réelle pédagogie.

PROPRETÉ DE LA VILLE : L'ESPACE PUBLIC INSALUBRE

Cette inefficacité dans la gestion des déchets se constate aussi avec l'état d’insalubrité de la ville. Dépôts sauvages, poubelles qui débordent, rues et parcs jonchés de déchets rythment le quotidien des Grenoblois. Les interventions se font parfois attendre plusieurs semaines et la superposition des compétences entre métropole et ville n’arrange rien.

Grenoble au quotidien
Secteur Léon Jouhaux
LA RÉALITÉ DERRIÈRE LA COMMUNICATION

Que ce soit en matière d’utilisation durable des sols, de préservation des espaces verts, de gestion des déchets ou de pollution de l’air, le bilan de la majorité Piolle est loin du compte lorsqu’on creuse au-delà de la propagande municipale. Il faudra plus que l'équipe de 18 communicants de Piolle pour "changer la vie". 

LE COMMISSAIRE EUROPÉEN INTERPELLÉ POUR FORCER LA MUNICIPALITÉ A AGIR

L'interpellation du Commissaire Européen par l'Opposition vise à ce qu'il engage le dialogue avec la Municipalité, pour tenter d’infléchir sa position sur tous ces sujets.

Jusqu'ici, le label de capitale verte (dont le budget prévisionnel s’élèvera à plus de 17 millions d’euros) n'est qu'un prétexte pour la communication du candidat Eric Piolle. Grenoble et les grenoblois méritent une vraie ville verte. Il faudrait pour cela que ce label permettent enfin d'avancer concrètement pour la préservation de l’environnement.

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *