Mauvaises herbes, Ilots de Chaleur, Végétalisation… la grande arnaque

Long papier dans le DL (9/10/21) pour exposer toutes les vertus des «  plantes de trottoirs ». Car les « mauvaises herbes » n’existent plus. Place à la biodiversité.  Frédéric Gourgues, coordinateur et botaniste de l'association Gentiana vante son recensement spectaculaire  « de plus de 600 espèces végétales rien que dans les rues » au journaliste Jean-Benoit Vigny.

 

"QUAND ON EST OBLIGÉ DE DESCENDRE DU TROTTOIR..."

Comme d’habitude un seul point de vue évidemment respectable. Seul les internautes  répondent sur le site du DL en ramenant aux réalités : « lorsque l’on est obligé de descendre du trottoir avec une poussette ou un déambulateur, ce n’est toujours pas des mauvaises herbes ? Ou encore : « Et quand ces "plantes" soulèvent le bitume ou le béton des trottoirs…..ce ne sont pas des mauvaises herbes ? » ou bien « Quand ces plantes particulièrement robustes auront fait éclater le ciment, quand ces plantes sans intérêt aucun vous empêchent de marcher sur un trottoir sans être couvert de débris, alors que peut-être on utilisera des herbicides ou la binette...pour les écolos. »

DES NIDS DE SALETÉS

Ces ex-mauvaises herbes sont aussi des nids de saletés en tous genres (papiers, plastiques, déchets) et n’améliorent pas l’esthétique d’une ville déjà très dégradée en matière d’entretien. Il en ressort un climat d’abandon, de laisser aller peu agréable aux captifs de la ville qui aspirent à un environnement propre.

TANT PIS POUR LES PERSONNES ÂGÉES, LES HANDICAPÉS

Ce discours sur la biodiversité que la municipalité fait dégouliner pour justifier la présence de ces herbes folles, semble avoir surtout pour objet de camoufler son impéritie crasse. Il justifie les arbres abattus et son immobilisme qui devient une grande cause nationale. Vos trottoirs sont sales, mal entretenus, impraticables par endroit ? C’est pour la bonne cause. Tant pis pour les personnes âgées, mal voyantes, handicapées…

LA DENSIFICATION INTENSE de la VILLE 

Ça sent l’arnaque à plein nez. Car en parallèle la municipalité ne prête aucune attention à ces préoccupations-là dans les aménagements qu’elle réalise et dans ses opérations immobilières de densification partout dans la ville. Le discours sur la « végétalisation » est d’abord un discours, ensuite souvent un alibi.

LES ESPACES DE RESPIRATION DISPARAISSENT UN à UN

D’autant que les espaces de respiration disparaissent un à un, les arbres tombent partout où le béton doit avancer.

Derrière ses générosités de façade, il y a toujours une raison sordide. Ainsi dans un autre ordre d’idées les parents d’élèves de l’école Anthoard à Berriat viennent de constater que la « place aux enfants »censée sécuriser l’accès aux écoles permettait à la municipalité de supprimer le poste de gardien qui permettait de traverser en sécurité depuis la rue Abbé Grégoire traversée qui subsiste toujours. On mesure avec précision la sincérité de l’engagement de Piolle

LA MUNICIPALITÉ NE VEUT PAS REALISER DE PARCS

Dans ces dossiers il faut conserver toujours une double lecture. Si la municipalité affiche si fort la « végétalisation » c’est pour camoufler la réelle bétonisation et justifier ce que Gilles Namur a exposé à Benoit Lagneux dans le DL  (3/10/21): la municipalité ne peut pas réaliser de parcs ! Ah bon, pourquoi ? Parce qu’elle ne peut pas … raser des immeubles. Elle en construit donc le plus possible

LE RETOUR DU NOIR et de la JUNGLE ?

Exit donc les « mauvaises herbes « et vive « les plantes sauvages » aux incomparables vertus pour la biodiversité (que ne ferait-on pas en son nom) qui poussent sur les trottoirs et les chaussées de nos villes. Jusqu’à l’arrivée des nouveaux éclaireurs de la planète,  la ville était le lieu de la civilisation, de la lumière, de la culture, par opposition au noir de nos campagnes dont les feux s’éteignaient à la tombée de la nuit et par opposition à la nature non domestiquée dont le meilleur spécimen est la jungle.

 

L'INCOMPÉTENCE à GÉRER GRENOBLE

Avec eux tout s’inverse  sans que ce grand recul  qu’ils veulent imposer aux autres ne soit dépourvu d’un cynisme  à proportion. Car cette  arnaque  à grande échelle est aussi un artifice pour faire oublier beaucoup d’incompétence à gérer Grenoble.

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *