É. PIOLLE BATTU PAR les MAIRES DE GRIGNY et SAINT OMER

Lui qui s’était dégotté un nouveau label facile pour impressionner la galerie, décerné par un comité Théodule dont personne n’a jamais entendu parler se retrouve « Gros-jean comme devant » selon l’expression de La Fontaine dans Pierrette et le Pot au lait. Il devait être sacré «meilleur maire du monde «  ou au moins dans les 10 sélectionnés ce qui aurait toujours fait bon effet auprès des ignorants.

PIOLLE ÉCARTÉ SUR SA GESTION DE LA PANDEMIE 

Las, la City Mayors Foundation entendait distinguer particulièrement les élus « dont le leadership pendant la pandémie de coronavirus a offert de la protection et des garanties à leurs citoyens ». C’était difficile tout de même de retenir Piolle qui avait été l ‘un des premiers à répondre qu’il « était hors de question de fournir des masques à la population » et qui ne s’est «distingué «  en rien sur la gestion de la pandémie, se contentant de suivre et de critiquer. De donner des leçons aussi, bien entendu.

"CAPITALE VERTE" ... SUR DOSSIER ET JURY à L'ORAL ....

Ses dernières épousailles des anti-vaccins afin de glaner quelques voix des tenants du Covid créé par le complot capitaliste international  n’a probablement pas amélioré son sort. Quant à la gestion de la ville proprement dite, la  City Mayors Foundation a peut-être été plus regardante que M. Virginijus Sinkevičius le Commissaire Européen désigné par les Verts qui a accordé à Piolle le label de « ville verte » sur la base d’un dossier fourni par lui et d’un entretien avec un jury qui a écouté ses … intentions. On sait qu’en la matière il n’est ni avare, ni modeste et n’a aucun scrupule avec la vérité .

SUPRÊME HUMILIATION : ÉLIMINÉ PAR DES SECONDS COUTEAUX

Suprême humiliation la Fondation Londonienne a retenu Philippe Rio, maire de Grigny (Essonne) et François Decoster, maire de Saint-Omer (Pas-de-Calais) pour qu’ils puissent concourir au titre de meilleur Maire du monde  mais pas Piolle. Pourtant la concurrence avec ces célébrités n’était pas rude. Le ridicule de ces titres qu’il recherche de façon effrénée se cumule donc avec celui d’être retoqué à la première pré-selection. 

JB VIGNY (le DL) : "CETTE DISTINCTION LUI AURAIT PROFITÉ..."

Jean-Benoit Vigny qui informe de cette triste décision (DL du 7/8/21) relève sobrement que « cette distinction lui aurait sans doute profité avant la primaire écologiste ». On comprend bien que c’était même l’objectif. Il est probable que l’élimination produira l’effet inverse. Déjà dans « l’appel «  à sa candidature signé par 350 personnes, dont des élus grenoblois et des membres de sa famille, Eric Piolle avait pris les devants en écrivant «nous ne cherchons pas, à travers Grenoble, un modèle exemplaire… ». Difficile en effet.

LE CABINET DU MAIRE RÉDIGE UNE TRIBUNE

Mais après l’interview pourtant assez édulcorée de Vincent Peyret  auteur du livre « le vide à moitié vert » dans Reporterre, un quotidien de l’écologie sur le Net, Eric Piolle a fait donner « les jeunes pour Piolle «  (!) «  un collectif de jeunes de 16 à 26 ans qui souhaite porter la candidature de Piolle  à la présidence de la République «  mais ou ne figure aucun nom de l’un d’entre eux. On reconnaît là les tricheries Piollistes.  La tribune pour le défendre a visiblement été rédigée par le cabinet du Maire. Les « jeunes «  signent une ode au Grand Timonier grâce auquel ils vivent à Grenoble dans la félicité et le bonheur absolu.

LES "JEUNES" OUBLIENT SA PROMESSE DE GRATUITÉ DES TRANSPORTS

Sans entrer dans le détail de la com‘ grossière pour laquelle ces « jeunes «  sont instrumentalisés, retenons qu’ils se félicitent de la participation citoyenne, des tarifs des transports en communs pour eux ou … des bibliothèques. Quand on sait qu’il a fallu la condamnation d’un  tribunal récemment pour imposer à Piolle d’écouter un artisan de la ville, qu’il n’a jamais tenu son « engagement » de gratuité des transports promis aux 18/25 ans depuis 2014 et qu’il a fermé deux bibliothèques dans les quartiers populaires, on mesure la qualité de la tribune. On comprend pourquoi aucun nom n’apparait.

PIOLLE : "JE SUIS LE CENTRE DE GRAVITÉ" (!) 

Le  JDD (Journal du Dimanche 8/8/21) titrait très second degré ironique : «Piolle, le Maire Verts qui se voit déjà à l’Elysée ». La journaliste Anne-Charlotte Dusseaulx racontant la liste de ses balades qui démontrent son désintérêt de Grenoble, sa campagne avec Véronique, sa femme, actuelle cadre de la société dont il est actionnaire et dont le siège est à Singapour qui était déjà candidate aux élections législatives avec lui en … 1998. Après le célèbre  « tout ce que j’entreprends je le réussis. D’ailleurs mes frères et sœurs sont jaloux, on a droit dans le JDD a un nouveau scoop :«  je suis le centre de gravité «. Du monde ? Mais que deviennent sans Lui les galaxies inconnues ?

IL TOURNE DE PLUS EN PLUS VITE AUTOUR DE SON NOMBRIL

Il semble surtout tourner de plus en plus vite autour de son propre nombril. Être battu par les Maires de … Grigny et Saint Omer pour le titre fumeux de meilleur Maire du monde qu’il avait dégoté pour sa facilité, devrait éclairer les plus aveugles sur la réalité du personnage. Car lui qui réussit tout ce qu’il entreprend  -dans sa vie il a gagné deux élections sur son nom après avoir perdu une législative et exercé la fonction de cadre dans la logistique chez Hewlet-Packard, parti avec un chèque comme tant d’autres, un itinéraire hors du commun...-  rencontre un problème sérieux avec la vérité.

PAS CERTAIN QUE SA VESTE DÉSSILLE SON REGARD  

Pas certain que la sérieuse veste qu’il se prépare à enfiler en même temps qu’affronter  la colère des grenoblois pour l’abandon de la ville dessille son regard obnubilé par Lui-même.

 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *