PIOLLE à SINGAPOUR : NOUVELLES RÉVÉLATIONS de “MARIANNE”

 

« Oui, il y a la BNP ou la Société générale, qui travaillent dans des paradis fiscaux, devance Éric Piolle. Certes, ce n'est pas ‘ ‘clean'' », regrette-t-il. S'y ajoutent les fonds d'investissements de gestion privée Indosuez et Halbis Capital Management, filiales respectives du Crédit Agricole et de HSBC, mis en cause dans l'affaire d'évasion fiscale révélée en 2016 par les « Panama Papers» . Raise Partner travaille également avec d'autres fonds importants comme Citadel, Achmea, Millenium ou GLG Partners et, dixit la communication de la start-up, « des clients institutionnels ». ( Marianne du 16/4/21) 

E.PIOLLE TRAVAILLE AVEC LES BANQUES DANS LES PARADIS 

Après Vincent Peyret, rédacteur en chef du Postillon et son livre « le Vert à moitié vide «,  Thomas Rabino s’y colle dans «  Marianne ».  Oui Eric Piolle travaille très bien avec les banques et dans les paradis fiscaux. Il le confirme lui-même et en cite quelques unes empêtrées dans les " Panama Papers". Il regrette gentiment que " ce ne soit pas très clean..." 

UN SIMPLE CAILLOU DANS LA CHAUSSURE !

 Sous le titre «  le caillou dans la chaussure de Piolle » le journaliste revient  donc sur la présence de Piolle dans les paradis fiscaux.Celui qui affirme dans ses engagements de Maire que la ville ne travaillera pas avec une banque installée ou qui compte des filiales dans les paradis fiscaux confirme que ce sont ses principaux clients ! L’engagement « 64 « est rappelé par le journaliste qui pose seulement la question de savoir si ce n'est pas « contradictoire « ! On croit rêver. Imagine-t-on ce que subirait un Maire de droite dans cette situation? 

3 MILLIONS d'€ de SUBVENTIONS POUR 30 EMPLOIS CREES

Certes, sur le fond, Thomas Rabino énumère des faits accablants qui disqualifieraient tout Maire normalement constitué et exclurait que celui-ci puisse faire la moindre apparition nationale. Ainsi , rappelant ce qui est établi, le journaliste cite les 3 millions d’€ d’aides publiques reçues pour … 30 emplois à propos desquels Eric Piolle dit «  j’en suis fier « comme de tout ce qui le concerne. 1 millions d’€ de subventions par tranche de 10 emplois. Dont son épouse. Qui dit mieux ?

IL TROUVE INJUSTE LA FACILITE DE L'ARGENT PUBLIC RECUEILLI...

D’ailleurs fidéle à son cynisme bien établi Eric Piolle «  trouve injuste la facilité avec laquelle l'entreprise a récolté des fonds : « Je l'ai évoquée pendant ma campagne, précisément pour déplorer qu'il était plus simple de recevoir des aides quand on œuvre dans la high-tech que dans l'économie circulaire . » Il ne va pas jusqu’à investir dans l’économie circulaire, ni jusqu’à refuser des capitaux injustement attribués. il aurait pu le signaler son cousin Bernard Larrouturou Président de l’INRIA quand celui-ci lui signait les chèques à la société .

"GOINFREE D'ARGENT PUBLIC, SES GAINS NE SONT PAS IMPOSABLES"

Mais tout de même Thomas Rabino ne peut pas éviter le constat qui fâche : "Le problème est  sans doute ailleurs. Si la start-up s'est goinfrée d'argent public, elle ne réalise pas le moindre bénéfice en France : depuis 2012, date de création de Raise Partner LTD Singapour les gains réalisés dans l’Hexagone ne sont pas imposables . le tour de passe passe est classique «  . Ah bon ? "Classique" ?

PIOLLE A SIGNE LA CHARTE ROOSEVELT 2012 

Eric Piolle ferait comme les autres en affichant ses postures publiques sur les paradis fiscaux?  Signant la charte «  Roosevelt 2012 "qui engage sur l’honneur de n’avoir aucun rapport avec les paradis fiscaux ? 2012, l’année ou il signe comme actionnaire le transfert du siège de la société de Grenoble à Singapour? L’homme qui est aux côtés d’Alternatiba et de son amie F. Mahrez laquelle fait semblant de  pourfendre banques et paradis mais  ne lui pose jamais de question à lui qui y est installé.

IL A PROTESTE CONTRE " L'EMPRISE DES BANQUES..." 

Celui qui inaugura une « rue BNPParibas «  pendant sa campagne municipale pour protester contre " l’emprise des banques » - mais oui vous lisez bien - celui qui accompagna son candidat à la Présidence de la Métropole, Yann Mongaburu quand il pris son seau et sa brosse pour laver la vitrine d’une malheureuse agence bancaire grenobloise afin de  «nettoyer la finance « .  Vous les voyez à Singapour ou il n'y a que des banques opaques avec leur balai et leur seau?  Ces Tartuffes  ridicules et  boursouflés de mots sont tout de même très bien traités par rapport à leurs forfaits et leurs mensonges. 

MAINTENUE à L'EQUILIBRE POUR NE PAS REMBOURSER

Sous le titre évocateur «  aide publique à Grenoble et bénéfices à Singapour »  notre site a tout dit dés 2016 . Si Thomas Rabino l’avait lu - il est long- il aurait su que l’antenne grenobloise de la société a été maintenue sans bénéfices et renflouée par Singapour afin d’être seulement à l’équilibre , seul moyen de ne pas rembourser les «  avances remboursables » consenties par le contribuable. Bref la perte doit demeurer publique et le bénéfice privé. " Contradictoire?" On rigole. 

V.PEYRET EVOQUE LE " FAVORITISME" 

En réalité depuis 2016, le seul élement nouveau a été apporté par Vincent Peyret à propos des liens entre Larrouturou , alors Président de l’INRIA qui a subventionné la société de Piolle. Pour le rédacteur en chef du Postillon "en échange du favoritisme de son cousin Bernard Larrouturou, Piolle a obtenu ses actions dans l’entreprise et un emploi pour sa femme Véronique Piolle qui a été la première à obtenir un CDI dans Raise Partner en 2001 »

SINGAPOUR PAS MENTIONNE DANS SA DECLARATION 

Car tout est sur la table depuis juillet 2014 lorsque l'UMP38 d'alors avait révélé le pot aux roses, ce que le " Postillon" n'avait pas dit ou su dans son reportage sur Raise Parner: le siège de la société de Piolle était à Singapour et il ne l'avait pas précisé dans sa déclaration à la haute Autorité pour la transparence , ce qui aurait déjà du arrêter là sa carrière politique.

" CAUTIONNER LA FINANCIARISATION "

A «  Marianne «  on y va plus bien plus mollement  :  «  conserver ces parts, fussent-elles d'un montant symbolique, ne revient-il pas à cautionner ce qu'elles symbolisent, en l'espèce, cette financiarisation si peu compatible avec « l'arc humaniste » cher à l'intéressé ? « On reste feutré par des questions qui ne se posent pas, puisque les faits sont évidents. Au passage la société de Piolle n'a aucunement l'emploi, l'environnement, la planète ou le réchauffement dans ses critères d'investissements qu'il recommande Lui-même à tous. 

FOURNISSEUR des RETRAITES PAR CAPITALISATION

Mais Eric Piolle ne répond plus à " Marianne" comme en juillet 2014 au DL, quand cette affaire avait été révélée,  qu’il voulait «  lutter contre le capitalisme de l’intérieur » ( !). «  Je veux réfléchir à où l'on met le curseur par rapport à l'économie de marché : notre système de retraite, où le met-on ? », répond il maintenant . «  En  bourse », répondrait sans doute Raise Partner, qui, en 2013, s'affirmait comme le « leader des fournisseurs des caisses de retraite aux États-Unis et en Amérique du Sud sur la partie ‘ ‘allocations d'actifs robustes" » lance Thomas Rabino pour conclure cette imposture à nouveau par un simple «  Contradictoire ? « . Piolle fournisseur des retraites par capitalisation. On aime beaucoup. 

L'ESCROQUERIE INTELLECTUELLE EXPLOSERA

N'empêche. On voit toujours très mal comment on « peut être candidat à la présidence de la Répubique en étant actionnaire à Singapour » comme le redit Alain Carignon dans " Marianne" . L'examen au scanner ne fait que commencer. Les éléments factuels – les faits- même sans tuer immédiatement  Eric Piolle parce que l’extrême gauche et les Verts bénéficient toujours dans les médias d’une bienveillance incompréhensible, les faits rapportés par «  Marianne «  sont si accablants, si terriblement à des planètes de distance par rapport à ce que plaide Eric Piolle, qu'immanquablement l’escroquerie intellectuelle explosera.

L'ARNAQUE ETAIT SI GROSSE QU'IL LA PENSAIT INDECHIFFRABLE

Jusque-là Eric Piolle a pensé se protéger par l’ampleur et l’affichage de la fraude elle-même . L’arnaque – "je bataille contre les paradis fiscaux et je suis actionnaire à Singapour "– était si grosse qu’il la pensait indéchiffrable. 

 

UN EFFONDREMENT RAPIDE ET DEVASTATEUR 

On pourrait assister à un effondrement rapide et dévastateur:  au fur et à mesure que des journalistes vont tirer les fils, faire leur travail,  tels Vincent Peyret ou Thomas Rabino,  et établir  seulement  les faits si opposés à ce qu'il dit et les questions qu’ils posent d'évidence, la pelote va se dévider.

INCOMPATIBLE AVEC SON EXPOSITION MEDIATIQUE 

Car la présentation de ses actes rend incompatible l’exposition médiatique d’Eric Piolle et l’action politique qu’il prétend mener. Incompatible et sans appel. 

 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *