RATS: LES VIDÉOS QUI ACCABLENT G.NAMUR (Verts/FI)

La danse des rats place Grenette samedi 17 juillet

 

Brigitte Boer, Conseillère Municipale d’opposition et membre de notre collectif a été ulcérée par le déni municipal en ce qui concerne la malpropreté de la ville. Pour beaucoup de grenoblois les propos hors du temps répétés comme un perroquet bien dressé par Gilles Namur l’Adjoint (Verts/Fi) chargé de la propreté mais appelé « Adjoint à la fraicheur » (!) relève de la cécité grave.

LES TÉMOIGNAGES SONT ARRIVÉS de PARTOUT

De partout les témoignages sont arrivés et deux jours après le « Dauphiné » lui-même mettait le focus sur un quartier -Bouchayer-Viallet- pourtant pas plus affecté qu’un autre par la prolifération des rats. Mais pas moins.

PRÉALABLE: LA PROPRETÉ DE LA VILLE

Toute la ville est concernée par la décision municipale de classer les surmulots (les rats) en espèce à protéger : « pour nous la propreté de la ville est un préalable à tout renoncement aux actions d’hygiène et de salubrité contre les rats «  rappelait encore Alain Carignon (DL du 17/7/21). Le groupe d’opposition est intervenu au Conseil Métropolitain, au Conseil Municipal encore le 12 juillet dernier.

A.CARIGNON : DES PROPOSITIONS D'ACTION

Avec des propositions d’action comme « la mise en place rapide d’une autorité politique unique entre la Métro et la ville afin de mutualiser, mettre en place les synergies, des ramassages différenciés suivant les secteurs, de revoir l’organisation du tri et des encombrants »

la vidéo d'un rat mort devant sa porte au 4 eme étage, place Grenette le samedi 17 juillet

OUI LES RATS PROLIFÈRENT à GRENOBLE

En rendant publique des vidéos de rats qui se promènent dans le secteur place Grenette et d’un rat mort devant sa porte au 4 ème étage, Brigitte Boer met un nouveau coup d’arrêt aux fakes de la municipalité. Oui les rats prolifèrent. Les témoignages viennent de partout et certains ont produit des images, place des Géants, allée des Frênes… Les Rouge/Verts grenoblois vont  avoir de plus en plus de mal à demeurer inerte sur ces dossiers de vie quotidienne. 

E.PIOLLE "HUMBLE, TERRE à TERRE, QUI NOUS RESSEMBLE" (!)

D’autant que l’ équipe de communicants de Piolle a fait pondre un « appel «  signé par 350 personnes  publié par le JDD (journal du Dimanche) toujours complaisant. Il  indique que Piolle incarnerait « une présidence humble, terre à terre, qui nous ressemble, qui connaisse la réalité  du terrain et celle des territoires ». On croit rêver. On a été pliés que certains osent écrire ça. Certes le communiqué prend les devants en précisant  « nous ne cherchons pas, à travers Grenoble, un modèle exemplaire… ». On les comprend. Faut pas exagérer dans le mensonge.

E.PIOLLE CONTRE EXEMPLE DE CE QUI EST VENDU

Mais Piolle est bien le contre exemple en matière d’humilité, de terre à terre, de ressemblance avec tous, de connaissance de la réalité du terrain qu’il s'enorgueillit à Grenoble, au contraire, de superbement ignorer. Certes les signataires affichés en gros, parmi lesquels figure évidemment Guillaume Gontard, Sénateur (Verts) de l’Isère, primo-dépendant des voix de la municipalité de Grenoble pour être élu,  ne sont pas des célébrités de premier plan : Bruno Latour, Mohammed Mechmache, Juliette Mignot, Charlotte Talpaert, Emmanuel Denis, ou encore l'ex-maire de Marseille pendant un an (!), Michèle Rubirola. Mais ils sont un peu ridiculisés.

MÊME DES MEMBRES DE SA MAJORITÉ VEULENT SON DÉPART

Ceux-là n’ont pas trouvé le temps de se pencher sur aucun dossier grenoblois pour mesurer l’abime qui existe entre les affirmations Piollesques et la réalité justement. Même des membres de sa majorité souhaitent son départ.

LA FAMILLE ET LES ÉLUS GRENOBLOIS DANS "L'APPEL"

Mais pour arriver à 350 noms en France "l'appel" est même rempli avec des membres de la famille, telles Dominique Piolle, "Cadre dans le High-tech" (Raise Partner? ) ou Laure Piolle, "Militante écologiste " (!). Figurent quelques cerbères locaux du Conseil Municipal comme Margot Belair, Olivier Bertrand, Kheira Capdepon, Antoine Flechet et ... Gilles Namur. Emmanuel Carroz est présenté comme "élu municipal". On ne sait pas de quelle ville. Pourquoi pas les autres élus de la majorité municipale?

LES INÉVITABLES AFFIDÉS LOCAUX POUR MEUBLER

Avec Pauline Couvent, Myriam Laidouni…élues locales, les inévitables affidés locaux, Fabien Malbet, Guillaume Laget ... mis à toutes les sauces , évidemment Jérôme Cucarollo, qui n'a été élu Conseiller départemental que pour ça, Eric Piolle arrive à une liste de soutien qui démontre, à contrario, qu'excepté ces obligés, comme le dit "Libération" "personne ne voit Piolle à L'Elysée"....

PLUS GRAVE : LA SUPPRESSION des ILOTS de CHALEUR

Le dossier de la propreté de la ville n’étant qu’une parmi tant d’autres, des supercheries du Grand Timonier. Moins grave que les autres puisqu’il peut se réparer. Tandis que la bétonisation massive de Grenoble est sans retour. L’abattage de tant d’arbres, l’urbanisation de parcs, la suppression d’ilots de fraicheur dans la rénovation de places, le quart des fontaines de la ville en panne, tout contribue à aggraver les conséquences du réchauffement climatique dans une ville-cuvette. 

UNE ABSENCE DE TOUTE HUMANITÉ, DE TOUTE COMPASSION

Mais surtout le mépris manifesté à l’égard des grenoblois est la marque de fabrique d’Eric Piolle. La plupart de ses décisions descendent de l’Olympe sans consultation de quiconque. Leurs conséquences sur la vie des personnes est superbement ignorée. L’absence de toute humanité, de la moindre compassion avec ce qui contredit ses dogmes est consubstantiel à Piolle. Il est tout sauf « humble et terre à terre » ( !). Il n’est pas possible que cette com’ hors sol puisse être déversée sans susciter une vague de réactions locales dénonçant un faussaire. 

Samedi encore sur C' News Marlène Schiappa jugeait "cocasse" qu'il veuille devenir Président de la République et dénonçait sa complaisance avec l'islamisme politique

LE BEAU RÔLE ET LA SORDIDE RÉALITÉ : TARTUFFERIE de PIOLLE

La prolifération des rats dans la ville est une bonne métaphore du Piollisme: la mise en avant d'une sorte d'acolyte, élu municipal, l’affirmation la main sur le cœur que la protection des animaux implique de laisser les rats proliférer avec pour seul frein la propreté de la ville. Derrière ce sont les habitants et en particulier ceux des quartiers populaires qui doivent subir leur prolifération insensée  du fait d’une ville trop sale justement, le Maire se refusant à traiter de ce dossier lui-même. Alors qu’il  est le seul à disposer de tous les pouvoirs pour le faire. 

Cette répartition entre les paroles, le beau rôle affiché et la sordide réalité résume la Tartufferie de l’homme et de sa méthode. Pas beaux à voir de près. 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *