GRENOPOLITAINS : L’OPÉRATION PIOLLE SE NOIE AUSSI

Bernard Macret et Sadok Bouzaiene deux Adjoints au Maire sur quatre participants : pas des perdreaux de l’année et tout sauf des citoyens non partisans ! (photo du DL)

Si “le laboratoire de la gauche écolo-progressiste prend l’eau comme le juge “Marianne” la laborieuse opération des “grenopolitains” est, elle, déjà noyée.

AS.OLMOS VERROUILLE LE GROUPE ROUGE/VERTS

Faut dire qu’en choisissant de la faire porter par Anne-Sophie Olmos (Verts/PG) laquelle, comme co-présidente verrouille le groupe Rouge/Verts de la majorité municipale, Eric Piolle commettait une faute de goût difficile à surmonter.

LA TROMPERIE DU RÉSEAU CITOYEN

Mais surtout le souvenir de la tromperie du “réseau citoyen” des années 2014 qui n’a vécu que le temps d’une élection est encore dans toutes les mémoires. Il a même été rappelé par l’un de ceux qui ont occupé la fonction de Président.

LES “CITOYENS” NE SE PRESSENT PAS AU PORTILLON

Au pouvoir, désormais à découvert et le dos au mur, il est difficile d’échapper à des regards un peu plus aigus. Les “citoyens” ne se pressent pas au portillon pour venir au secours de Piolle.

RÉDUIT à UNE PARTIE DES VERTS et de la FRANCE INSOUMISE

Pour lui c’est une question de survie que de paraitre être lesté d’un groupe afin d’éviter d’être réduit aux seuls Verts d’EELV (pas tous avec lui) et à la France Insoumise dont la base ne veut plus de lui. Donc il a inventé les Grenopolitains espérant que ça ferait bien pour pas cher.

E.PIOLLE ENTRE LES INSOUMIS et le PS CANAL HISTORIQUE


D’autant qu’à ce jour Eric Piolle zigzague entre les Insoumis et… le parti socialiste canal historique contre lequel il n’avait pas de mots assez durs depuis son élection. De même que sur les mandats Destot dont il recherche maintenant les ex élus.

E.PIOLLE A QUÉMANDÉ OLIVIER FAURE (PS canal historique)

Mais nécessité électorale faisant loi, il est allé à Canossa rencontrer Olivier Faure le patron du PS pour marchander sa place à la Métro contre une alliance avec le PS auquel il livrerait la mairie. Un montage politicien compliqué pour échapper au bilan. On ne sait pour ou en est cette négociation périlleuse. En tout cas elle aurait été inconnue si “Grenoble, le Changement” ne l’avait pas révélée.

Guy TUSCHER DANS LA COMPÉTITION

Malgré cet affolement et cet itinéraire politique fou, la trahison de ses engagements de campagne Elisa Martin (FI) prône toujours l’alliance avec Piolle. Fatiguée par avance d’avoir à conduire une liste ? De toute façon on imagine que Guy Tuscher sera présent dans la compétition pour rappeler quelques vérités.

E.PIOLLE ASSIS ENTRE DEUX CHAISES

Eric Piolle terminera avec qui voudra de lui. Le risque n’est pas négligeable pour lui que le vieux PS également sollicité par LREM se ressaisisse et que la France Insoumise se lasse. Eric Piolle entre deux chaises se retrouverait assis par terre.

LA BÉQUILLE des GRENOPOLITAINS NE COMPENSE RIEN

La béquille des Grenopolitains frelatés ne remplacera rien. En rendant compte de la deuxième réunion en 3 mois (c’est dire le rythme soutenu) Eve Moulinier a eu la délicatesse de ne pas évoquer le nombre de participants.

B.MACRET et S.BOUZAIENNE… GRENOPOLITAINS !

Sur la seule photo sur laquelle on voyait quatre participants, deux Adjoints au Maire y figuraient : Bernard Macret (Verts/PG) et Sadok Bouzaiene (Front de Libération de la Tunisie). Pas des perdreaux de l’année ni des citoyens particulièrement indépendants des partis !

E.MOULINIER : “DE NOMBREUX ÉLUS de la MAJORITÉ..”

D’ailleurs Eve Moulinier notait “la présence de nombreux élus de la majorité municipale“. Constituaient ils l’essentiel des participants ? On croit le comprendre. D’ailleurs cette fois c’est bien Eric Piolle qui ouvrait la réunion.

UN “PROGRAMME” POUR SEPTEMBRE…

Bref le nez au milieu de la figure de Piolle s’est encore affiché grossièrement. Avec ces deux apparitions les grenopolitains sont censés produire des propositions pour un programme en septembre prochain.

… DÉJA ÉCRIT PAR Enzo LESOURT

Gageons qu’elles sont depuis un moment sous le coude d’Enzo Lesourt, le conseiller “spécial”. Cela a pour objet de permettre à Eric Piolle de dire sans rougir que son programme est l’émanation d’une vaste consultation.

UNE HONTE POUR LA DÉMOCRATIE PARTICIPATIVE

Mesurent-ils que toutes ces combinaisons ne marchent plus ? Ceux qui se livrent à ces mascarades (1) n’ont ils pas honte pour la démocratie participative ?

LA BIFURK ANNEXE DE LA MAJORITÉ MUNICIPALE

Afin de meubler la réunion à la Bifurk transformée en annexe de la majorité municipale, Eric Piolle avait invité Élisabeth Dau, “spécialiste” du “municipalisme” dont il voudrait labelliser son opération afin de faire neuf. Sa course derrière les modes est pathétique.

” L’ÉLU FACILITATEUR…”

Mais en conclusion de son intervention rapporte le “Dauphiné” elle a demandé “que les élus changent de posture, en troquant celle du leader que tout le monde devrait suivre, contre celle de facilitateur.”

LE GRAND TIMONIER DEVRAIT PASSER LES PLATS

On ne sait pas qui a regardé qui à ce moment-là. Ou si certains ont baissé le nez vers leurs chaussures. Affirmer devant le Grand Timonier qui fait entrer Grenoble dans le XXI ème siècle, qui a raison contre tout et tous, qui juge qu’on peut souffrir, perdre son emploi, son commerce au nom de ce qu’Il juge indispensable de faire, qu’il faut passer de “leader à suivre” à “facilitateur” raisonne comme un crime de lèse-majesté.

UN CUMUL DE PANTALONNADES INQUIÉTANT

Il devait manquer à Elisabeth Dau quelques éléments d’ambiance locale et les Grenopolitains trop peu existants pour les lui faire connaitre.

Le cumul des pantalonnades devient inquiétant pour Eric Piolle. Jusqu’à quand, jusqu’où va t -il s’enfoncer dans cette com’ insincère, dans ces montages virtuels qui le décrédibilisent un peu plus à chaque étape.

AUCUN ÉLU DE BASE POUR QU’IL ENTENDE RAISON ?

Faut il que le bateau soit devenu ivre et fou pour qu’aucun élu de base ne puisse faire entendre raison afin de tenter de redresser la barre. Eric Piolle va s’échouer par là ou il pêché.

(1) nous publions :

LA LISTE de L’ESCROQUERIE POLITIQUE EN BANDE ORGANISÉE

Anne-Sophie Olmos (Grenoble), élue grenobloise co-animatrice

Florent Cholat (Champagnier), géographe co-animateur

Pascal Charriau, chef d’entreprise engagé pour la transition énergétique

Laura Pfister, syndicaliste étudiante

Jean-Noël Causse (Herbeys), doyen du conseil métropolitain militant de l’hospitalité

Chloé Pantel, militante Génération.s

Edouard Schoene (Fontaine), militant de la solidarité pour le peuple kurde

Anasse Bouallali (Echirolles), élu échirollois militant FI

Ludovic Didier Laurent, élu au Fontanil Groupe socialiste

Caroline Schlenker (Seysinnet-Pariset), militante associative membre du C2D

Marien Fressinaud, militant du logiciel libre

Aguibou Diallo (Herbeys), demandeur d’asile guinéen étudiant en licence de droit

Hugo Prévost, syndicaliste étudiant

Sylvette Rochas (Echirolles), élue échirolloise militante PCF

Karin Bush (Sarcenas), militante pour la biodiversité membre de la LPO et Gentiana

Doussou Keita, réfugiée de Guinée Conakry militante du droit des femmes

Thomas Kuntz (Eybens), lycéen, militant climatique, membre de Youth for Climate

Claire Fallet, militante du Parti de Gauche

Francis Silvente, militant pour le droit au logement et à l’hebergement

Claudine Kahane, universitaire, syndicaliste

Sébastien Rogez, militant pour l’accessibilité dans toute la métropole

Benjamin Trocmé, élu départemental militant EELV

François Lalande, ancien directeur de cabinet d’Hubert Dubedout

Eveline Banguid, médecin en santé publique

Gilles Moreau, startuper engagé pour la transition énergétique

Yoann Aubry, militant FI, entrepreneur-salarié en CAE

Pierre BEJJAJI, élu métropolitain (Eybens)

Guillaume Allègre, militant EELV

Antoine Flechet, Grenoblois

Vincent Faure, Seyssinettois

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *