LES INSOUMIS : “PIOLLE C’EST DU DESTOT SANS GLUTEN”

Les Insoumis de JL Mélenchon font un pas de plus vers la sortie de la municipalité Piolle. Ça sent le sapin pour le Grand Timonier. Amin Ben Ali a été envoyé en avant garde pour orchestrer la rupture.

LES 11 ÉLUS DE LA FRANCE INSOUMISE SILENCIEUX

Elisa Martin, Alan Confesson, Antoine Back et les 11 élus de La France Insoumise de la municipalité Piolle, silencieux, laissent les fantassins dégager le terrain. Ils répondent à leur manière aux fanfaronnades de Piolle.

A.BEN ALI : CO-CANDIDAT AVEC LA PATRONNE DES VERTS38

Amin Ben Ali est passé de grand défenseur de la municipalité Piolle à ses débuts à grand déçu à sa fin. Il a été co-candidat aux départementales avec la secrétaire départementale des Verts ce qui signifie une certaine proximité avec les Rouge/Verts grenoblois.

PARMI LES RESPONSABLES de L’ORGANISATION du PARTI

Il est l’ancien responsable National des jeunes du Parti de Gauche et il est désormais attaché parlementaire d’un Député des Insoumis au Parlement Européen, parmi les responsables de l’organisation du Parti.

UN PORTE PAROLE AUTORISÉ

Sa charge contre Eric Piolle dans le “Dauphiné” (17/4/19) recueillie par Eve Moulinier n’est donc pas un hasard dans une organisation structurée comme la sienne. De la part d’un homme dont le poste dépend de son parti.

“IL FAUT CHANGER DE SYSTÉME”

Fidèle à la rhétorique de Mélenchon il juge qu’il “faut proposer autre chose qu’une simple gestion. (…) Écoutons tous ces jeunes des Marches pour le climat qui nous disent que “c‘était déjà trop tard” et que les petits ajustements ne serviront à rien. Eux ont compris, bien avant leurs aînés, qu’il faut un changement de système. »

“E.PIOLLE C’EST DU DESTOT QUAND MÊME..”

Et Piolle n’a donc rien compris : « Même si on compte des élus de la FI dans la municipalité grenobloise, on peut dire que le bilan de Piolle, c’est du Destot sans gluten, mais c’est du Destot quand même ! Piolle n’a pas incarné la rupture qu’on attendait en 2014. Il a géré sa ville, il s’est adapté à l’austérité comme l’auraient fait des macronistes ou la droite. Il s’est plié aux autorités et au final, il a servi un plan de réduction des services publics. Il y avait d’autres manières de faire qui auraient pu servir de modèles à d’autres villes françaises. Car les contraintes budgétaires de Grenoble, on les retrouve ailleurs. Mais non… Résultat : beaucoup de jeunes Insoumis comme moi espèrent aujourd’hui qu’il y aura une autre liste à gauche en 2020. »

E.PIOLLE ASSIMILÉ à DESTOT : L’HUMILIATION SUPRÊME

La sentence est claire. Il est vrai qu’Eric Piolle tout à ses changements de pieds nombrilistes n’a pas été très reconnaissant à l’égard de JL Mélenchon, l’affrontant même aux législatives par candidats interposés. Et perdant la bataille. Mais être assimilé par ses propres alliés à Destot et à son bilan désastreux qu’il a lui-même condamné est terriblement humiliant.

POURQUOI LES 11 ÉLUS INSOUMIS N’ONT PAS ROMPU ?

En réalité Amin Ben Ali justifie totalement la rupture de Guy Tuscher et Bernadette Richard-Finot qui ont préféré quitter la majorité pour demeurer fidèles à leur engagement. Mais pourquoi donc les 11 élus Insoumis n’ont ils pas mis leur actes en accord avec leur conviction ? Ils seraient plus crédibles aujourd’hui.

UN VULGAIRE RABOTAGE COMPTABLE

En tout cas au passage, le “plan de modernisation des services publics” est bien appelé par son nom : un vulgaire rabotage comptable sans imagination ni perspective. Juste pour tenir jusqu’à la fin du mandat. Pauvre Piolle…

Les Insoumis de Mélenchon jugent Piolle…( DL du 17/4/19)

LES JEUNES VEULENT UNE LISTE FI

Déjà les jeunes insoumis Grenoblois avaient sonné le tocsin pensant que la rupture “la France Insoumise la portera mieux, toute seule, au premier tour, “car elle aura un programme pour cela…”

Bien entendu le Jeune Amin et les autres oublient le bilan spécifique de Grenoble tel qu’établi par la Chambre Régionale des Comptes après 25 ans de “gauche” dont au total 18 ans avec des élus Verts/Ades dans la majorité.

UN BILAN CATASTROPHIQUE

Le mandat des élus Verts/Ades avec la France Insoumise (2014/2020) aura achevé la ville : les impôts les plus élevés de France des villes de plus de 100 000 habitants, le taux de taxe foncière le plus fort de sa catégorie, des dépenses de personnel qui crèvent les plafonds selon la Chambre Régionale des comptes (plus de personnel après les transferts à la Métro qu’avant pour des services réduits!), une dette qui explose qui a conduit Eric Piolle a reporter des annuités après 2020 en renchérissant les remboursements pour le contribuable…

LA CLASSE MODESTE RUINÉE PAR LA MUNICIPALITÉ

En parallèle la classe moyenne et modeste des quartiers sud en particulier est ruinée par la baisse de la valeur de leurs biens, conséquence d’une politique de bétonisation et de paupérisation insensée.

LE VENEZUELA MODÉLE et GRENOBLE COBAYE

On comprend que les 11 élus de la France Insoumise qui figurent dans la majorité Piolle souhaitent prendre la poudre d’escampette. Il est juste temps. Car si des observateurs nationaux se penchaient sur ce bilan et extrapolaient sur ce que donnerait Mélenchon au pouvoir, entre le Vénézuela son modèle et Grenoble son cobaye, la présidentielle serait mal partie .

LES GRENOBLOIS HÉRITENT de la DETTE et de la POLLUTION

D’ailleurs Amin Ben Ali “pense qu’il vaut mieux léguer de la dette plutôt qu’une planète pourrie“. C’est une “pensée” qui n’est pas jeune chez les démagogues. Mais les grenoblois héritent des deux. Car, outre la dette, la pollution a augmenté de 15 % sur les boulevards, l’agglomération est la 6 ème pour le temps perdu dans les bouchons et compte les 5 ème (Rocade Sud) et 7 ème (A 480) bouchons Français, premières sources de la pollution automobile. Merci qui ?

UN TRONC COMMUN DES LIGNES DE FUITE

L’approche du verdict électoral à quelque chose de salutaire. Il existe un tronc commun dans les lignes de fuite face à l’obstacle qui approche, inévitable.

E.PIOLLE DU NEUF AVEC DU VIEUX

Eric Piolle lui-même qui avait annoncé à “Libération”qu’il allait se représenter “avec une nouvelle équipe“. Ça fait chaud au coeur des sortants disciplinés. “Nouvelle” avec Maud Tavel (!) et l’ancienne Adjointe (PS) de Destot, Céline Deslattes qui a marqué le mandat…

COMME DES POISSONS DANS UN BOCAL

Et puis tous les autres qui tournent sur eux-mêmes comme des poissons dans un bocal et multiplient les conciliabules entre eux pour se sauver : M.Savin (LR) M.Chamussy (LR repenti) MJ Salat (PS canal historique) S.Gemmani (girouette) O.Noblecourt (PS repenti) et toute la famille LREM qui se déchire : Emilie Chalas, Oliviers Six qui se sont déjà partagés les postes mais ne sont pas d’accord sur les moyens de les conquérir. Leurs supplétifs, Jean-Claude Borel-Garin ou l’ex Préfet Bonnetain changent de case en fonction des montages, sans en être même toujours informés !

LA DÉLIQUESCENCE d’ÉLUS QUI ONT TROP MENTI

La sortie de Amin Ben Ali au nom de la France Insoumise sonne le glas de la majorité municipale. Elle est le point d’orgue de la déliquescence locale d’élus qui ont trop menti, trop triché, trop parlé, trop peu agi, dont les résultats catastrophiques sont sous les yeux de tous.

Mais cette fuite sans courage, sans honneur et sans panache ne fait pas disparaitre l’obstacle pour autant : dans 10 mois les grenoblois les jugeront.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

One Comment

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *