“DIX MOMENTS QUI ONT FAIT LA FIERTÉ DES GRENOBLOIS” : AUCUNE RÉALISATION PIOLLE

Dans son édition du dimanche 14 août, le Dauphiné Libéré revenait sur 10 moments qui ont fait la fierté des Grenoblois entre 1944 et 2021. Sans surprise, aucune des actions d'Eric Piolle ne figure au classement.

ERIC PIOLLE N'AURA PAS MARQUÉ GRENOBLE

De Grenoble ville compagnon de la Libération en 1944 à Johnny au stade des alpes en passant par les Jeux Olympiques de 1968 et les succès du FCG et du GF38, il y en a pour toutes les périodes et tous les goûts. Mais le Dauphiné relève que les seuls évènements marquants sous l'ère Piolle sont le rassemblement pour Charlie Hebdo le 11 janvier 2015 et le Fantin Latour étoilé au Michelin en 2021. Soit deux évènements qui ne doivent rien à l'action du Maire de Grenoble.

1987 : L'INAUGURATION DU TRAMWAY

À l'inverse, on retrouve deux réalisations que l'ont doit directement à l'ancien Maire de Grenoble, actuel Président de l'Opposition Alain Carignon dans le classement. La première étant l'inauguration du tramway (ligne A) en 1987. Un projet résolument moderne (Grenoble était alors la deuxième ville de France à s'équiper d'un tel réseau), inclusif (c'était le premier au monde à être accessible aux personnes à mobilité réduite) et exemplaire en matière de participation citoyenne (dès l'élection d'Alain Carignon en 1983, les Grenoblois avaient été consultés par référendum sur la question).

Le référendum pour décider du Tramway : un grand moment de participation des citoyens voulu par la municipalité Carignon, à rebours des décisions imposées aujourd'hui

1994 : L'INAUGURATION DU SYNCHROTRON

Autre évènement marquant que relève le Dauphiné, l'inauguration du Synchrotron en 1994, qualifié comme "la plus intense des sources de rayons X durs au monde". 11 pays européens collaborent autour de cet équipement qui accueille chaque année des milliers de chercheurs. Il représente aujourd'hui 2500 emplois directs comme indirects et est l'un des fleurons du rayonnement de notre métropole. Là encore, l'action du Maire Alain Carignon aura été déterminante pour son implantation : Grenoble était en compétition avec Strasbourg, et il aura fallu une mobilisation du Maire et des Grenoblois hors du commun, notamment la communauté scientifique, pour remporter cette bataille.

Le Synchrotron, une réalisation obtenue par la municipalité Carignon

L'ÈRE PIOLLE OU LES ANNÉES DE LA HONTE

Les années Piolle font pâle figure face à ces succès passés qui font encore le Grenoble d'aujourd'hui. On a beau fouiller, aucune réalisation aussi marquante ne peut être mise au crédit de l'actuel Maire de Grenoble, qui n'a au contraire fait qu'enfoncer la ville.

INSÉCURITÉ, INSALUBRITÉ : LE BILAN PIOLLE

Que retiendront les Grenoblois des années Piolle ? Sans doute l'état d'insécurité et d'insalubrité dans laquelle il a laissé s'enfoncer la ville, avec une absence totale de volonté de lutter contre la délinquance et une ville jonchée de déchets, tags, dégradations de l'espace public en tout genre. Grenoble est devenue la première ville pour les agressions violentes et les vols à la tire pour 1000 habitants.

Les mots du Procureur de la république Jean-Yves Coquillat. Sous Piolle, Grenoble est devenu "le Chicago français".

BÉTONISATION ET DISPARITION DES ESPACES VERTS

Eric Piolle aura également réussi à faire de Grenoble la première ville de France pour les ilots de chaleur (source CNRS). Belle performance à l'heure du réchauffement climatique. La faute à une politique de bétonisation à outrance qui rogne les derniers espaces verts existants et n'en créé pas de nouveaux... au détriment de la qualité de vie des Grenoblois.

Un nouveau record dont on se passerait.

BOUCHONS, ATTRACTIVITÉ : LE DÉCLIN

L'attractivité de la ville est en chute libre, avec un nombre de vitrines vides impressionnant dans le centre-ville, une ville numéro 1 pour le prix du stationnement (hors Paris), une politique qui a créé toujours plus de bouchons empêchant d'y accéder. Mais ce repli sur soi ne semble pas inquiéter les lumières municipales, malgré la baisse du nombre d'habitants.

2 euros pour 1h de stationnement, un triste record.

LES GRENOBLOIS ESSORÉS

Pour couronner le tout, les Grenoblois sont parmi les plus imposés de France. Grenoble est ainsi la première des villes de plus de 100 000 habitants pour l'impôt sur les ménages... et la situation pourrait bien s'aggraver l'an prochain, avec une nouvelle hausse d'impôts actuellement à l'étude dans les arcanes municipales.

La situation pourrait être amenée à empirer dès l'an prochain.

ET MAINTENANT LA FAILLITE MORALE

Eric Piolle, acculé, aura ajouté à ce piètre bilan municipal une faillite morale en tentant d'autoriser le burkini dans les piscines municipales et d'ainsi séduire une communauté électorale pour sauver sa vie politique. Vue la levée de bouclier y compris dans son camp, c'était peut-être la goutte de trop. Ceux qui croient pouvoir éviter la défaite au prix du déshonneur auront le déshonneur et auront la défaite, comme le veut l'adage.

2 Comments

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.