RATS : L’ACADÉMIE DE MÉDECINE RECADRE PIOLLE

Dans un communiqué en date du 15 juillet, l'académie de médecine recadre sévèrement les municipalités qui voudraient surprotéger les rats en rappelant que ces animaux sont une menace pour la santé humaine.

À GRENOBLE, LES RATS PROLIFÈRENT...

Dans notre ville, l'accumulation de déchets et l'incapacité des élus à assurer la propreté des rues entrainent une prolifération des rats depuis des années. Dans tous les quartiers, des habitants témoignent de cette recrudescence des rongeurs, qui montent jusque dans les immeubles... des habitants les retrouvant même parfois dans leur lit !

Une habitante de la Villeneuve a pris en photo le rat retrouvé dans son lit et l'a envoyé à Eric Piolle.

...ET LA MUNICIPALITÉ LES PROTÈGE !

Face à ce phénomène, la réponse de la Municipalité a de quoi révolter. Préférant parler de "surmulots", les élus d'Eric Piolle avaient adopté il y a un an une délibération visant à "réhabiliter ces animaux qui méritent autant d’attention et de respect que les animaux domestiques ou sauvages". C'est très clair : à Grenoble, le rat a droit à plus d'attention que les Grenoblois qui en souffrent.

LES TÉMOIGNAGES SE MULTIPLIENT

Un après l'adoption de cette délibération (qui prétendait vouloir s'attaquer aux causes, la prolifération de déchets alimentaires : les Grenoblois jugeront du résultat), les témoignages d'habitants se multiplient pour dénoncer la situation. À la Villeneuve, Place Grenette où ils montent jusqu'au 4ème étage, rue de Stalingrad, dans les parcs, devant les écoles... Certains commerçants devant des lieux où prolifèrent les rats constatent même une baisse de leur chiffre d'affaires, car les clients pensent les établissements et ces lieux insalubres. Pendant ce temps, Eric Piolle n'a rien amélioré en matière de déchets et refuse toujours de dératiser.

Des habitants sont contraintes de fermer leurs fenêtres pour se protéger des rats...

L'ACADÉMIE ÉTRILLE LES SOI-DISANT DÉFENSEURS DU BIEN-ÊTRE ANIMAL...

Sentant la situation devenir dangereuse dans certaines villes de France (gérées par la gauche et les écologistes, évidemment), l'académie de médecine s'est fendue d'un communiqué. Elle rappelle les conditions de prolifération des rats (l'abondance de déchets), et moque ceux qui veulent renoncer à les éliminer au nom du bien-être animal, citant l'exemple de Paris qui a été très médiatisé... alors que Grenoble avait un temps d'avance, l'équipe d'Eric Piolle parle de surmulots depuis plus d'un an ! "Face à l’ingénuité de ces propos, qui bénéficient parfois d’une écoute favorable il importe de rappeler que le rat reste une menace pour la santé humaine". On peut difficilement faire plus clair.

Aucun quartier Grenoblois n'est épargné par les déchets : grand succès pour Eric Piolle qui voulait "s"attaquer aux causes" de la prolifération des rats.

... RAPPELLE TOUS LES PROBLÈMES QU'APPORTENT LES RATS...

L'académie parle ensuite d'un "véritable problème de santé publique". Malgré les fake news du système Piolle qui affirme qu'ils ne sont pas porteurs de maladies. Elle rappelle tous les problèmes que causent les rats, via leurs puces, déjections, morsures, griffures : peste, typhus, bartonellose, leptospirose, salmonelle, septicémie, nombreuses bactéries, fièvre avec syndrome rénal, hépatite... Mais la ville explique aux habitants que tout va bien : ils n'ont qu'à compter les rats eux-mêmes et ils ne sont pas dangereux de toute façon. À ce niveau d'inconscience, on ne peut même plus parler de honte mais de culpabilité si quelque chose arrivait.

La ville de Grenoble en flagrant délit de fake news.

... ET RECOMMANDE TOUT CE QU'ERIC PIOLLE NE FAIT PAS

L'académie clôture son communiqué en préconisant tout ce qu'Éric Piolle refuse de faire : "un plan de propreté urbaine, rigoureux et pérenne" et "de vigoureuses campagnes de dératisation dans les habitations et l’environnement urbain chaque fois qu’une surpopulation de rongeurs est constatée (rats visibles dans la journée)". Soit exactement ce que le Groupe d'Opposition, présidé par Alain Carignon, réclame : Eric Piolle va-t-il balayer d'un revers de main les demandes de l'académie de médecine, comme il le fait constamment avec celles de l'Opposition qui représente 1/4 des Grenoblois qui se sont déplacés voter ?

Depuis son élection, le Groupe d'Opposition intervient très régulièrement en conseils municipaux et métropolitains pour réclamer un plan propreté.

LA SCIENCE RECADRE ERIC PIOLLE

Après avoir été recadré par les juges pour le burkini, Eric Piolle est recadré par la science pour son inaction en matière de propreté de la ville. Enfermé dans sa tour d'ivoire, il persiste pourtant à ne rien entendre des remontées des Grenoblois et des élus d'opposition. Il continue à creuser la fracture entre lui et le reste du monde. La fin de mandat s'annonce électrique. 

2 Comments

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.