E.PIOLLE SACRE GRENOBLE N°1 FRANÇAIS POUR LA DÉLINQUANCE

Le “Dauphiné” a traité avec délicatesse le sujet qui fâche la municipalité, mais à la lecture de ses chiffres le verdict est accablant: Grenoble est bien devenue la première ville de France pour la délinquance.

Les chiffres d’actes de délinquance rapportés à l’habitant sont une terrible condamnation pour les politiques conduites et pour Eric Piolle :Comparativement à la population, il y a plus de crimes et délits commis à sur la circonscription de police de Grenoble que sur celles de Marseille, Toulon ou Rennes” explique ainsi le Dauphiné (16/9/18)

PLUS DE CRIMES ET DÉLITS QUE MARSEILLE, TOULON, SAINT ETIENNE…

Selon les chiffres du service statistique du ministère de l’Intérieur, détaille Fabrice Margaillan le journaliste, la circonscrip­tion de sécurité publique de Grenoble a enregistré, en 2017, 25 843 crimes et dé­lits, soit 93.56 faits pour 1 000 habitants.(…)  Si l’on va voir du côté de la zone poli­ce de Saint­ Étienne (…)  les crimes et délits (sont de)  74.18 pour 1000 ha­bitants. Idem pour Toulon (72.75 pour 1 000), Rennes (64.64 pour 1 000), Dijon 59,15 pour 1 000). On poussera même jusqu’à comparer Grenoble à Mar­seille .(…)  on aboutit à une moyenne de crimes et délits de 85.2 pour 1000 habi­tants.

GRENOBLE PREMIÈRE POUR LES VOLS à la TIRE 

Il manquait ce record  à la gestion des élus PS/PC puis Verts/PG de Grenoble ! D’autant que, dans le détail la situation est catastrophique sur les items les plus sensibles. Le Dauphiné précise : “Sur les vols à la tire, Grenoble arrive sur la  première marche de ce podium avec 5,36 faits pour 1 000 habitants, loin devant Marseille (3,24‰) et Saint­ Etienne (3,2‰).

GRENOBLE PREMIÈRE POUR LES VOLS AVEC VIOLENCE

Pour ce qui est de vols avec violence Grenoble  se classe aussi en tête avec 3,6 faits pour 1 000  habitants, devant Marseille (3,19‰) et Rennes (2,07‰).Idem pour les cambriolages chez les particu­liers où Grenoble est sur la plus haute marche du podium avec 8,83‰ devant Toulon (6,23‰) et Marseille (5,2‰).” (DL du 16/9/18) 

UN URBANISME RESPONSABLE de CES RÉSULTATS 

Même si le journaliste estime que l’actualité “a repla­cé la ville et l’image de violence qui lui colle à la peau depuis des décennies­ sous le feu des projecteurs des médias nationaux.” Il avait échappé à beaucoup que cette” image de violence” (qui n’est pas une “image”) avait envahi tout l’espace public de toute la ville, en sus des quartiers désormais entièrement gouvernés par un contre-pouvoir depuis “des décennies”… Au contraire cet envahissement, certes progressif, est particulièrement marqué depuis que certains politiques sont suivies : ghettoïsation, communautarisme, clientélisme, absence de toute sanction…

GRENOBLE PREMIÈRE POUR LA DENSITÉ (HORS RÉGION PARISIENNE) 

D’ailleurs en même temps le “Dauphiné” note comme un élément factuel sans cause, comme tombé du ciel,  la densification de la ville. En réalité Grenoble est devenue sous “l’impulsion” des municipalités Destot la deuxième ville la plus dense de France (hors région parisienne) derrière Villeurbanne. “Etait” devrions nous dire car il n’est pas exclu que les 6000 logements du dernier mandat Destot et la bétonisation accélérée qui se poursuit n’aient pas, depuis, placé Grenoble aussi en Number one.

UN PLAN D’URBANISME COMMUN AUX ÉLUS PS/PC et VERTS/ADES

Or c’est le plan Local d’Urbanisme de 2004 porté par un élu Verts/Ades, Pierre Kermen, alors que les élus de ce parti gouvernaient avec M.Destot, J.Safar et G.Fioraso qui a décidé de cette “bétonisation” qui produit les effets constatés. De moins en moins d’espaces verts et une explosion de la ville.

QUAND UN BILAN de L’ÉCHEC de la POLITIQUE de la VILLE CONDUITE par les MUNICIPALITÉS? 

Des quartiers difficiles situés dans la ville et non en périphérie, une très forte densité de population, font partie des facteurs qui peuvent expliquer la situation sur la circonscription de sécurité publique de Grenoble” commente encore le journaliste. Mais quand donc un bilan sera t il établi entre les mots des élus qui vantent la mixité sociale, le désenclavement, les différents plans pour ces quartiers à longueur de colonnes et la réalité ? Comment ont ils donc réussi à faire de toute la ville un quartier sensible et de l’agglomération une banlieue à problème de Lyon ?

POURQUOI CONTINUER LA BÉTONISATION à MARCHE FORCÉE ? 

Si la très forte densité de population est un facteur mais pourquoi donc Alain Carignon et la société civile Grenoblois qui réclament un moratoire de la bétonisation depuis des années ne sont ils pas entendus ? Pourquoi la municipalité continue t elle  le pied sur l’accélérateur à densifier Berriat (Ilot Raymond) le sud avec Flaubert et ses 1000 HLM, l’esplanade et ses 900 logements dont 50 % de HLM ? Sinon parce qu’elle y trouve un bénéfice électoral ?

SELON LE PROCUREUR ENCORE + 18,49 % d’ATTEINTES AUX PERSONNES DÉBUT 2018

Selon les “chiffres du Procureur la situation ne s’améliore pas” poursuit le Dauphiné. Sur les premiers mois de l’année 2018  les atteintes aux per­sonnes ont augmenté de 18,49 % et les violences non crapuleuses de 21,86 %. (…) De manière générale, depuis 2012, la délinquance sur la circonscription de Gre­noble a augmenté de 16 % passant de 22 252 crimes et délits à 25 843en 2017.

LES ÉLUS LOCAUX PROPOSENT des RÉUNIONS…

De son côté le site d’information Place Gre’Net fait un point de la situation en livrant les positions des uns et des autres. On est atterré par la pauvreté de “la pensée” et l’absence de concret. Pour M.Chamussy  il faut “une mission d’information” (!), pour Paul Bron (app PS) “un conseil municipal extraordinaire” (!)et pour S.Gemmani (app PS)  mettre tout le monde autour de la table (!)

Alors que tout le monde est informé depuis 20 ans que se réunissent les conseils de prévention de la délinquance qui établissent des constats sur l’état de la délinquance par secteur avec tous les partenaires (ville, police, justice). De ces  élus qui se réunissent depuis autant de temps, on aurait attendu des mesures, pas la demande de réunions supplémentaires.

….Alain CARIGNON LISTE DES SOLUTIONS à METTRE EN OEUVRE 

D’ailleurs Place Gre’Net  ne s’y trompe guère :” Alain Carignon, et pointe la responsabilité des déclarations d’Eric Piolle sur la vidéo-surveillance dans l’explosion de la délinquance.

Ajoutant les seules solutions concrètes qu’on peut découvrir dans cet article : “ Il propose par ailleurs tout un train de mesures censées enrayer cette escalade : amendes et expulsions des délinquants, réservations sécurisées de logements pour les policiers, police montée dans les parcs, critère de tranquillité publique dans l’attribution des logements, signalement au fisc des grosses cylindrées qui stationnent devant des immeubles HLM, habilitation des gardiens et des cadres à dresser procès-verbal, réduction de la part du logement social à un tiers (au lieu de 50 %) dans les nouvelles opérations…” 

LES POLICIERS : “ON A BESOIN D’UN PLAN POUR GRENOBLE” 

Effectivement un “train de mesure” est à mettre immédiatement en oeuvre parce qu’il y a le feu dans la maison Grenoble. Ce qu’expriment à leur manière les syndicats de policiers : “on a besoin d’un plan Greno­ble”. Il existe. Reste à élire ceux qui vont le porter

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *