CANICULE: PIOLLE A MULTIPLIÉ LES ILOTS DE CHALEUR

" Le plan canicule à Grenoble, tout ce qu'il faut savoir..."  Isabelle Calendre a bien du mal dans le DL (7/7/22) à dire aux grenoblois que savoir... On peut aller se réfugier dans les Musées pour se protéger de la chaleur et la journaliste a trouvé de l'eau à Bachelard: « Le bassin, désespérément à sec pendant près de dix jours début juillet, est enfin rempli. » Un succès donc pour notre municipalité-phare.

" VIVRE à GRENOBLE" : 70 % DES FONTAINES SANS EAU 

Mi-juillet elle a réussi à apporter l'eau dans ce bassin et dans celui de Villeneuve ou les habitants souffrent de la fermeture de la piscine des Iris et de n'avoir pas eu d'eau tout le mois de juin. Pour le reste c'est la Bérézina . L'association " Vivre à Grenoble" a révélé que 70 % des fontaines et points d'eau de la ville sont en panne!  Si le débit d'eau dans la ville était proportionnel aux discours de nos élus sur le sujet, les grenoblois nageraient dans les rues. 

VICTOR HUGO: NOUVEL ILOT DE CHALEUR AU CENTRE VILLE

Au contraire les fontaines les plus emblématiques sont taries : Alsace-Lorraine, Victor Hugo, Notre Dame et tant d'autres. La "plage de Grenoble" est la seule au monde à ne pas avoir d'eau ! Le réaménagement de la place Victor Hugo a fabriqué un nouvel ilot de chaleur en plein centre ville. 

LES 19 MARRONNIERS CENTENAIRES ONT ÉTÉ ABATTUS

L'abattage des 19 marronniers centenaires de cette place qui n'étaient pas tous malades a été un véritable crime par rapport aux périodes caniculaires : la municipalité aurait du conserver des sujets anciens qui procuraient de l'ombre bienfaisante en attendant que les nouvelles plantations prennent leur essor. La bêtise municipale est telle que les grenoblois ont perdu pour longtemps ce havre de fraîcheur. Le refus de consulter qui que ce soit - l'Union des Habitants du Centre Ville  (UHCV) a rappelé qu'on ne lui avait pas demandé son avis- aboutit à ces aberrations. 

 BACHELARD : LES JEUX D'ENFANTS EN PLEIN CAGNIARD

Mais à Bachelard les parents ont constaté que les jeux pour enfants avaient été installés en plein cagniard , si bien qu'ils sont inutilisables sous peine de graves expositions au soleil pour les gamins. 

En parallèle la bétonisation de la ville se poursuit avec une constance de boeufs qui démontre que la municipalité ne tient aucun compte du réchauffement climatique dont la cuvette est particulièrement victime .

BOUCHAYER-VIALLET : LA BÉTONISATION CONTINUE

Ainsi à Bouchayer-Viallet après avoir abattu le dernier arbre, sujet ancien, qui demeurait la municipalité stakhanoviste du béton poursuit : au lieu de réserver un ilot de respiration dont le quartier aurait bien besoin, elle urbanise le dernier carré .

NOTRE DAME SAINTE CLAIRE : PAS D'ENGAZONNEMENT de la VOIE TRAM

Même dans les réaménagements, elle n'a pas pris en compte la lutte contre la minéralisation: ainsi entre la Maison du Tourisme et le Musée de Peinture, la refonte de la voie Tram aurait du être saisie pour apporter de la fraicheur par l'engazonnement . Malgré la présence d'un" Adjoint à la Fraîcheur" cette opportunité a été manquée par la municipalité. Elle va se contenter de poser ses petits jardinets-poubelles ici ou là sans aucun entretien , manquant des occasions de réaliser de vraies avancées verte au coeur de ville. 

CNRS : GRENOBLE PREMIÉRE VILLE POUR LES ILOTS DE CHALEUR

Selon le CNRS, Grenoble est donc devenue la première ville de France hors Paris pour les ilots de chaleur créés par l'urbanisation excessive. La carte établie par le " Dauphiné" est très édifiante: 80 % des habitants sont exposés à une intensité forte. Il faudrait stopper la suppression des jardins, la réduction des parcs comme projeté Parc Tarze ou à Beauvert. Au Conseil Municipal de juin , L'inénarrable Gilles Namur , Adjoint ( Verts/FI) à la fraîcheur a annoncé que la municipalité demanderait la protection des jardins ... au prochain PLUI ! 

COURS DE LA LIBÉRATION: TOUS LES JARDINS DOIVENT DISPARAITRE

Après qu'ils aient été tous éradiqués avec l'actuel comme les grenoblois le constatent dans tous les quartiers: cours de la Libération les nombreux jardins qui subsistent vont être remplacés par des immeubles de 8 étages de façon à ce que l'avenue devienne un canyon de béton depuis le bd Foch jusqu'à Echirolles...

LA " VÉGÉTALISATION" du BÉTON NE SOLUTIONNE RIEN

La " végétalisation" du béton, la place laissée à l'herbe folle dans la ville - nids de saleté- ne peuvent en aucun cas réduire cette intensité de chaleur à laquelle sont exposés les grenoblois. La municipalité devrait remplacer la chasse aux dents creuses pour construire , en une chasse aux  espaces de respiration à sauvegarder ou à créer. Les grenoblois souffrent plus que les autres de l'intensité de la canicule et ils le doivent à leur municipalité qui discourt sur ce sujet, comme sur tous les autres.

LES GRENOBLOIS VEULENT RAPPELER à PIOLLE LES FONDAMENTAUX

En ce mois de juillet et cet été insupportable qui s'annonce, privés de deux piscines, de bassins, de fontaines, d'arbres ,les grenoblois suffoquent. La municipalité n'a répondu à aucune de ces préoccupations, n'a rien anticipé , même pas de faire fonctionner les fontaines.

Des habitants chercheraient selon le DL à introduire leur entretien via les "budgets participatifs" ! Bientôt tous les fondamentaux dont la municipalité a la charge et qu'elle ne remplit pas, vont lui être rappelés par cette procédure. Adieu les poulaillers collectifs, les fours à pain, les WC à éolienne... . Eric Piolle est interpellé sur  ses missions essentielles oubliées, noyées - elles- dans son verbiage fumeux et non opérationnel. 

EN RETARD SUR TOUT

 Le Grand Timonier va avoir de plus en plus de mal à gérer la ville par dessus la jambe. L'été caniculaire fait aussi monter la température de la demande des grenoblois: ils constatent de visu et avec accablement qu'il est en retard sur tout. 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.