TERRASSES DE CAFÉS: TOUS LES ARRÊTÉS PEUVENT ÊTRE ANNULÉS

"Et l’avocat du Tonneau de Diogène, Thierry Aldeguer, de faire remarquer qu’un tel jugement, s’il était confirmé sur le fond, invaliderait « toutes les décisions prises depuis janvier 2021" . Le site d'information en ligne Place Gre'Net rappelle la menace qui pèse sur les décisions de la municipalité en matière e terrasses.

LA VILLE EST CONDAMNÉE à PAYER 1000 € AU "TONNEAU de DIOGÉNE "

En effet la justice a donné raison au "Tonneau", l'institution de la place Notre-Dame : le juge des référés a en effet “cassé” la décision de la Ville de Grenoble .Et, de facto, rétabli l’autorisation d’installer la terrasse. Une terrasse que le bar n’avait au demeurant jamais enlevée, malgré la décision de la Ville, payant amendes sur amendes. Celles-ci devront lui être remboursées si le Tonneau le réclame. Mais la ville est condamnée ,de plus, à verser 1000 euros d'indemnités au "Tonneau de Diogène".

LA DÉCISION DE LA MUNICIPALITÉ N'ÉTAIT PAS MOTIVÉE EN DROIT

Un fiasco puisque le juge a estimé que la décision de la municipalité " n'était pas motivée en droit". La propriétaire n'avait donc pas menti en affirmant n'avoir reçu aucun avertissement, aucun PV concernant des débordements ou des nuisances. C'est bien Maxence Alloto , l'Adjoint (PS repenti rallié à Piolle) qui a raconté des sornettes.

LE FAR WEST A ÉTÉ INSTALLÉ PAR LA BANDE à PIOLLE

Le problème posé est la décision au faciès. Ici on enlève, puis on remet suite à des contacts personnels autour du bar, ou grâce à tel ou tel " influenceur". Là on retire définitivement sans discuter. Dans ce domaine aussi le Far West a été installé par la bande à Piolle.

 

LES UNIONS DE QUARTIERS AUCUNEMENT ÉCOUTÉES

Dans le cas du "Tonneau" , l'Union de Quartier est dans son rôle, à Notre-Dame, comme ailleurs de faire remonter des doléances d'habitants. Mais ailleurs elles ne sont aucunement écoutées et sont même traitées "d'opposants politiques, machine à fake news "  comme l'a déclaré Gilles Namur (Verts/FI) au Conseil Municipal.

BROCHERIE/CHENOISE : DES NUISANCES INSUPPORTABLES 

On peut concevoir un certain étonnement que la demande de l'Union de Quartier concernant le "Tonneau" soit immédiatement appliquée de cette manière alors que la question des nuisances que subissent les rues Brocherie et Chenoise sont nombreuses: droit au sommeil, à la sécurité, à la propreté , à l'accès,  importantes et méritent une action efficace de la municipalité , qui ne vient jamais.

Eric PIOLLE N'A PAS DONNÉ COMPÉTENCE à SES ADJOINTS!  

Une décision sans base de droit. Et certainement doublement illégale puisque Maxence Alloto et Maud Tavel, l'égérie de Piolle,  n'ont pas compétence pour signer les arrêtés concernant les terrasses. Cette " compétence" que le Grand Timonier à repris à la Métro au 1 er janvier 2021 n'a jamais été confiée à ces Adjoints au Maire. Bref Éric Piolle fait n'importe quoi.

Me Thierry ALDEGUER DEMANDE L'ANNULATION de L'ARRÊTÉ

Si, au fond, comme le demande Me Thierry Aldeguer, l'avocat spécialiste du droit administratif, le tribunal annule cet arrêté aussi à ce motif, tous les arrêtés Alloto/Tavel seront caducs. Les tenanciers auxquels des terrasses auront été supprimées pourront légitimement se retourner contre la ville!

Maxence ALLOTO S'EN PREND à ... " GRENOBLE LE CHANGEMENT"...

Cette grande pagaille et ses injustices créées de toute pièce par la seule municipalité inspire à Maxence Alloto de s'en prendre....  aux sites d'information" Grenoble le Changement" et" SaccageGrenoble":   « Il va falloir qu’ils s’expliquent auprès des habitants : d’un côté ils dénoncent souvent les problèmes de nuisance. Et là où la collectivité prend ses responsabilités pour permettre la tranquillité publique, eux vont soutenir l’établissement concerné ».(Place Gre'Net).

... IL N'AURAIT PAS à S'EXPLIQUER SUR SON ARRÊTÉ ILLÉGAL 

Ainsi un arrêté illégal contre un seul établissement serait traiter sérieusement les problèmes de nuisances de tout un quartier qui n'en peut plus des décisions à l'emporte-pièce, sans aucune concertation? Maxence Alloto lui-même n'aurait pas à s'expliquer, mais seulement ceux qui constatent l'inanité de ses actes relevés par l'autorité judiciaire? Leur culot et phénoménal d'autant que l'Adjoint au Maire aurait du se déporter de la signature de l'arrêté illégal, pour une question d'éthique évidente. 

IL MANQUE UN ACTEUR PRINCIPAL : LE MAIRE

L'absence de toute médiation du Maire, le refus de toute concertation induit l'explosion à laquelle on assiste en live. Chacun est dans son rôle, les débits de boissons qui défendent leur chiffre d'affaires comme l'Union de Quartier qui défend les habitants. Il manque un acteur principal. Son mépris de la vie quotidienne des grenoblois, sa prétention à refuser de traiter leurs problèmes sont la cause essentielle de ce climat délétère qui amène à traiter les problèmes devant les tribunaux.

PLACE AUX ENFANTS, TAXIS, BIBLIOTÉCAIRES, PERSONNEL COMMUNAL ...

Ce n'est pas un hasard si l'arrêté sur les interdictions induites par les "places aux enfants" a été annulé aussi. Il y a eu les taxis qui, pour la première fois dans l'histoire de la ville,  ont bloqué deux fois le bd Jean Pain pour être entendus. On se souvient des bibliothécaires et ces derniers jours de l'unanimité des représentants des organisations de salariés des employés communaux entrés en guerre contre leur patron, le Maire, pour absence totale de concertation.  On a bien compris que la municipalité ne discutait qu'avec ceux qui sont d'accord et prenait plutôt des décisions dictées par ceux qui lui sont proches.

LES GRENOBLOIS NE VEULENT PLUS ÊTRE TROMPÉS 

Il en résulte ce champ de mines qu'est devenue Grenoble. L'une d'elle a explosé sous les signatures probablement illégales de Maxence Alloto et Maud Tavel, zélés répétiteurs des éléments de langage du cabinet. ça ne suffit visiblement plus. Il semble que les grenoblois ne soient plus décidés à se laisser tromper. 

One Comment

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.