« TONNEAU de DIOGENE »: L’AFFAIRE DES TERRASSES EXPLOSE

 

Que ce soit à partir du vénérable " Tonneau de Diogène" que l'affaire explose est un clin d'oeil du destin. Ce lieu festif traditionnel de la ville qui s'est perpétuellement renouvelé est une institution à sa manière. En observant les affrontements devant les tribunaux entre la municipalité et cet établissement , on ne peut qu'être à nouveau accablé par la totale absence du moindre dialogue, de la moindre empathie avec les problématiques des uns et des autres.

I.RAMBEAU de BARALON: " NOUS N'AVONS JAMAIS EU LA MOINDRE CONTRAVENTION"

Ainsi la terrasse du " Tonneau de Diogène" est interdite depuis un mois. Quel grenoblois a vu le Tonneau sans terrasse?  Pour arriver à une telle décision il faut que les fautes lourdes soient nombreuses et accumulées.  « En cinq ans, rien ne nous a officiellement été reproché. Nous n’avons jamais eu la moindre contravention ! », assure Isabelle Rambeau de Baralon la propriétaire .( DL du 7/4/22). Mais Maxence Alloto, l'Adjoint ( PS repenti)  au commerce affirme qu'il y a "des problèmes de bruit et de débordements de tables sur le trottoir". (!). Des  "clients urinent aux alentours". Comment savoir d'où ils viennent?

" LE DIALOGUE AVEC LA VILLE, CE N'EST PAS POSSIBLE" 

Bref des problématiques oh combien classiques entre des habitants et des animations de centre ville. Qui se règlent par une médiation :« Je ne comprends pas, et le dialogue avec la Ville n’est pas possible : ils n’écoutent pas. J’ai pourtant essayé. Cette décision est injuste et arbitraire. » poursuit la propriétaire. 

 

Me Thierry ALDEGUER : "LES ADJOINTS N'ONT PAS DÉLÉGATION DU MAIRE "

Le problème se corse quand cet arrêté d'interdiction de terrasse a été signé par Maud Tavel ( Verts/FI) et Maxence Alloto. Or, hier , Me Thierry Aldeguer avocat représentant le " Tonneau de Diogéne" à l'audience a soulevé un problème incontournable: ni l'un ni l'autre ne disposent d'une délégation du Maire pour traiter de l'espace public. Le phare de l'humanité qui a décidé de reprendre à la Métropole la compétence police sur les terrasses le 1er janvier dernier,  a oublié de modifier ses arrêtés de compétence des Adjoints. Il a toujours autre chose à faire que de s'occuper de Grenoble. Ils n'étaient donc aucunement habilités à prendre cette décision. Dans l'hypothèse ou le tribunal jugerait en droit, l'interdiction de cette terrasse serait annulée, mais également toutes les autres ! La décision est attendue mardi. 

L'ANNULATION DE L'ARRÊTÉ ANNULERAIT TOUS LES AUTRES

Maitre Aldeguer qui avait obtenu l'annulation de l'arrêté sur la place aux enfants pour l'artisan de la rue Cuvier avait en même temps fait annuler la totalité de l'arrêté. Si les mêmes conséquences se produisaient avec les terrasses , il démontrerait à nouveau sa haute maitrise du droit administratif et le véritable danger qu'il constitue pour Éric Piolle. De plus toutes les victimes de surpression de terrasses pourraient se retourner contre la ville en dommages et intérêts. Quel bilan!

 

POUR Me T.ALDEGUER IL Y A UN CONFLIT D'INTÉRÊT

Pour Me Aldeguer il y a également un conflit d'intérêt entre l'Adjoint au Maire, Maxence Alloto et Thibaut Dehut , Président de l'Union de Quartier, avec lequel il est marié. De ce fait il eut été en effet plus convenable, à minima,  pour l'élu de se déporter d'une telle décision qui pourrait ressembler à du favoritisme. Le dossier n'en est que plus empoisonné. Car si l'Union de Quartier est dans son rôle en défendant les habitants, la décision municipale ne peut être entachée.

LE "5 " FERME LES 4 MOIS D'ÉTÉ PAR INCOMPÉTENCE MUNICIPALE

Ce gâchis tient à l'incompétence et à la distance, dont la municipalité  a fait une doctrine de son fonctionnement , afin que les élus ne traitent pas les problèmes.  Ce qui revient à les déshumaniser en les renvoyant aux bureaux. Récemment le patron du "5", Pierre Pavy, le restaurant du Musée protestait contre la fermeture de son restaurant , propriété de la ville, pour 4 mois à compter du 1 er avril ! Pour ces travaux attendus depuis 2 ans, il n'est pas venu à l'idée du Grand Timonier de les réaliser pendant la période Covid. Éric Piolle ne descend pas à ce niveau. D'ailleurs il n'atterrit jamais afin de mouliner du vide avec le succès que l'on voit. 

" LE COMPTOIR DE JULIE"EST MENACÉ D'UNE FERMETURE de 2 ANS de la Rue DIDEROT

Rue Diderot, la seule restauratrice de la rue, voit un matin apposer des panneaux qui ferment sa rue pour deux ans . ça commence par GEG ( Président V.Fristot) ça continue avec la Compagnie de Chauffage (Président A.Confesson) et ça continue avec la Métro ( C.Ferrari). Peu importe " le Comptoir de Julie" pour ces beaux messieurs qui parlent si savamment du malheur des peuples. 

TERRASSES : DES DÉCISIONS AU FACIÉS

La gestion catastrophique de ces problématiques simples en dit long sur les Rouge/Verts grenoblois. Les décisions au faciès concernant les terrasses , sans aucune règle publiquement établie, l'absence de prise en compte des valeurs commerciales dans les décisions, l'aggravation des conflits avec les habitants, en sont le résultat. 

E.PIOLLE S'OCCUPE DE RÉÉDUQUER SA MAJORITÉ SUR LE BURKINI et le JIHAB 

Si Éric Piolle passait autant de temps à traiter les problèmes de la vie quotidienne des grenoblois qu'il en consacre à essayer de rééduquer sa majorité afin qu'elle comprenne que le port du Burkini et du Jihab est une grande avancée de la condition féminine, peut être l'explosion, l'abus des tribunaux seraient-ils évités. A condition que, outre le temps donné, il accepte également d'écouter plutôt que de donner la leçon. Ya encore du chemin. 

2 Comments

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.