PAS DE TAGS AU 2 rue Marcel BENOIT

Immeuble huppé, immenses appartements traversants - deux par étage- en bordure de l'élégante place de Verdun, le 2 rue Marcel Benoit figure parmi les immeubles hausmanniens de Grenoble abritant une classe aisée.Pas d'affiches de la rébellion, des antifas, pas de tags sur les murs, les volets ou la majestueuse porte d'entrée. Il abrite des gauchos-écolos-bobos dont le tagueur fou à vélo contre lequel il a été nommément porté plainte hier par Mehdi Ben Fredj, agressé par lui alors qu'il le surprenait en flagrant délit de taguer les volets, les murs, les portes de sa rue. 

DES BEAUX QUARTIERS AUX SQUATS MUNICIPAUX 

Se révèle un incroyable dispositif qui relie entre eux des squatters avec des protégés de la grande bourgeoisie locale qui s'encanaillent ainsi en faisant la révolution. Tout ce beau monde avec leurs parents votant massivement Mélenchon ou pour les Verts comme en témoignent les résultats des votes des beaux quartiers au premier tour de l'élection présidentielle. Rejoignant aussi un vote communautaire dans d'autres secteurs de la ville.  

UNE RIBAMBELLE DE GROUPUSCULES VIOLENTS

Le réseau dont les bases sont installées dans des squats municipaux comme le 38 rue d'Alembert ou 106 rue des Alliés n'est donc pas composé de grenoblois d'origine populaire. S'y ajoute le collectif "Rebellion" installé , lui aussi quartier Chorier-Berriat  au 17 de la rue du Dauphiné. Puis tous les groupuscules violents tels " Action Antifasciste Grenoble" ( AFA Grenoble) le "Nouveau Parti Anticapitaliste 38" (NPA38), "Pour une Ecologie Populaire et Sociale" (PEPS),  ou encore le "Réseau de Lutte contre le Fascisme Isère" (RLF).

L'ÉLECTION D'UN NOUVEL HITLER (!) LEUR DONNERAIT DU GRAIN à MOUDRE 

Ils ont à nouveau manifesté samedi à Grenoble contre "l'extrême droite" mais partagés puisque beaucoup affichaient un " ni Le Pen, ni Macron" prouvant que l'élection d'un nouvel Hilter (!) - comme ils définissent M.Le Pen- ne les gênent aucunement. Au contraire, ça leur donnerait du grain à moudre. Seule leur bêtise crasse leur permet de rejouer leur époque -et heureusement seulement dans leur tête décervelée - avec la Shoah, la résistance et la déportation. 

GRENOBLE ZONE ANTIFAS : çA COMMENCE AVEC LE DRAPEAU FRANCAIS

Cette nébuleuse active produit la ville que nous voyons dénoncée par la nouvelle page"SaccageGrenoble" qui publie quotidiennement des témoignages de grenoblois: un univers de tags, d'affiches agressives, des poteaux recouverts de sticks appelant à la révolte ou décrivant la zone comme " antifas" ... Sous entendu toute personne non fan des thèses de l'extrême gauche n'est pas la bienvenue.

UNE CULTURE DE TYPE TOTALITAIRE 

Outre la culture de type totalitaire dont ce climat est porteur , toute la ville est dégradée, des façades à peine ravalée à grands frais, des commerces, des portes, des rideaux de fer, des volets sont couverts de barbouillis ou de slogans s'en prenant au capitalisme , à la police, à tous ceux désignés comme ayant un comportement  patriarcal ou n'étant pas prosélytes actifs du transgenre, du voile ou du Hijab...

UNE CHAINE DE CINGLÉS A PRIVATISÉ L'ESPACE PUBLIC 

Le nervi qui habite rue Marcel Benoit est un maillon de cette chaine de cinglés qui ont privatisé tout l'espace public en faveur de leurs thèses et qui sont des adeptes de la violence. Ces tags sont reconnaissables dans toute la ville et nombre de copropriétés peuvent se joindre à la plainte déposée contre lui afin que son assurance couvre les frais de remise en état de leurs façades ou de leurs volets.

Eric PIOLLE VA T-IL SE JOINDRE à la PLAINTE?

Mais Éric Piolle va t-il se joindre à la plainte ou continuer à couvrir tous ces agissements? Comme un commentateur plutôt que comme un acteur, Gilles Namur ( Verts/FI) expliquait récemment à une Union de Quartier qu'il constatait que Grenoble était devenue une ville touristique pout tagueurs! On vient de toute la France pour se payer des murs, des volets, un bâtiment.

LA CCI : "FUCKS FACHOS"

Ainsi lors d'un récent week-end , le siège de l'ex  Chambre de Commerce et d'Industrie en a été la victime, les artisans, chefs d'entreprises, commerçants bénéficiant aussi du " Fuck Fachos". Face à cette folie, la municipalité se refuse à toute contravention sur des auteurs. Elle transmet des dossiers ( ?) à la police. Résultat à Grenoble, en 2021, deux PV ont été dressés. Cette redoutable efficacité explique la ville de détraqués qui apparait sur tous les murs. 

 LA VILLE EST TRANSFORMÉE EN FAR WEST 

Les grenoblois attendent en effet l'arrêt de ces dérives. La ville est transformée " en Far West" comme l'a dit Alain Carignon dans un tweet. La loi du plus fort s'impose et une population entière se calfeutre de peur de s'exprimer. Éric Piolle et ses amis ne peuvent pas faire semblant de dénoncer le péril d'une violence d'extrême droite qu'on ne voit nulle part à Grenoble et se taire sur les sabotages, les incendies criminels, les agressions physiques émanant de l'extrême gauche.  

L'OBJECTIF : UNE VILLE HOMOGÉNE IDÉOLOGIQUEMENT

Si Éric Piolle encourage encore cette évolution mortifère, la ville va être transformée en champ clos d'affrontements ou bien - ce qui est recherché - une partie de la classe moyenne continuera à la fuir et elle deviendra totalement homogène idéologiquement. Le nirvana pour Piolle.

TAGUER CHEZ LES AUTRES EST NOUVEAU DROIT

Cet incident de la rue Lieutenant Chanaron est le symbole du caractère insensé de ce que subissent les grenoblois : au centre ville on défèque entre les voitures, on pisse sur les portes d'entrée, on jette ses canettes dans les bacs censés végétaliser (!) et on tague donc en toute impunité en agressant si on est empêché. Car c'est une nouveau "droit". Le droit de salir la ville et le droit de faire perdre de la valeur aux biens des autres, en sauvegardant soigneusement les siens. ça commence à faire beaucoup.

LES GRENOBLOIS EN ONT RAS LA CASQUETTE

il va falloir qu'Eric Piolle se ressaisisse. Car les citoyens - pas ses amis Verts des budgets dits "participatifs" - les vrais, commencent à en avoir ras la casquette d'être les dindons d'une instrumentalisation politique qui a pour objet de les écraser. ça pourrait ne pas se passer comme prévu.

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.