BOUCHAYER-VIALLET : E.PIOLLE VEUT CONSTRUIRE EN ZONE INONDABLE

Le Préfet de l’Isère bloque les 18 000 M2 qu’Eric Piolle veut encore construire dans la zone Bouchayer-Viallet, faisant fi des risques majeurs. En effet ce secteur est inondable et le représentant de l’Etat est là pour faire respecter les lois de prévention et freiner les élus toujours fous d’immobilier.

P.CLOUAIRE et M.TAVEL (Verts/FI) COMME P.KERMEN (Verts/Ades)

Au dernier Conseil Municipal, Pascal Clouaire, le « nouveau » Président de la SEM d’aménagement qui succède à Maud Tavel (Verts/FI) a expliqué qu’il voulait évidemment continuer, comme son prédécesseur. Il est d’ailleurs surprenant que tous ces élus soi-disant innovateurs répètent inlassablement les discours des services, sans aucun apport de réflexion personnel ?

P.KERMEN DEVENU DIRECTEUR GÉNÉRAL de la SEM INNOVIA....

L’opération immobilière située entre la rue Ampère et A.480 a démarré en 2004, lancée par Pierre Kermen alors Adjoint (Verts/Ades) à l’urbanisme et qu’on retrouvera lors du dernier mandat nommé par Piolle directeur général de cette même SEM Innovia (la mal nommée) pour mettre en œuvre le projet qu’il a lancé comme élu. Bonjour les conflits d’intérêts et les dégâts. Mais, eux, ne se gênent jamais.

LA PART DE LOGEMENTS SOCIAUX ENCORE AUGMENTÉE

Bien entendu les objectifs toujours grandioses n’ont pas été atteint puisque l’opération devait s’achever en 2025 et que seulement la moitié des 60 000 M 2 prévus d’immobilier et de tertiaire ont été réalisés. Comme d’habitude ils ont donc forcé sur le plus facile, le logement à construire -il suffit de vendre du droit à construire à des opérateurs sur un terrain public- et ont monté la part de logements sociaux à près de 40%.

LA CLASSE MOYENNE, DINDONS DE LA FARCE

On retrouve à Bouchayer-Viallet les mêmes dérives que partout : les acquéreurs du privé savent-ils qu’on atteint un tel niveau de part sociale ? En sont-ils précisément informés avec les programmes de ventes ? D’autant moins que des opérateurs sociaux sont aussi en parallèle les promoteurs privés. Qui est le Dindon de la farce ? Le grenoblois de la classe moyenne qui sera spolié au final sur la valeur de son bien. D’autant qu’Il suffit qu’une politique irresponsable d’attribution des logements sociaux soit conduite pour que la dégradation produise des effets irréversibles. On peut compter sur Eric Piolle.

INTERDIT DE CONSTRUIRE EN BORDURE des AXES POLLUÉS

Mais surtout ce quartier figure parmi ceux qui n’auraient pas dû être construits si on en croit les recommandations de l’organisme de contrôle de la qualité de l’Air, Atmo qui recommande de ne pas construire en bordure des axes pollués. Or  A 480, du fait des refus d’élargissement qui ont été opposés ces 20 dernières années est l’une des deux premières sources de pollution par le trafic de l’agglomération, avec la rocade sud. Il est devenu une soufflerie à pollution. 

Ajouté à cette nouvelle affaire de l’inondabilité qui n’a pas été prise en compte, la prochaine tranche de l’opération est menacée. Cette incompétence municipale s’est aussi manifestée à côté, pour les travaux d’extension de l’école Diderot, qui avaient oublié l’inondabilité du Drac et le danger pour les enfants. Tout simplement.

A.CARIGNON : "EST-IL SOUHAITABLE DE PASSER OUTRE" ?

Au Conseil Municipal du 14 décembre, Alain Carignon a demandé  «  s’il est raisonnable, souhaitable de passer outre aux recommandations de ATMO et de continuer à construire des logements ou des bureaux dans une zone polluée ? Qu’en est-il de ceux qui y vivent et y travaillent et ne devraient-ils pas se retourner contre les élus qui ont pris ces décisions au détriment de leur santé ? 

Et enfin si la dernière tranche pose problème en matière d’inondabilité qu’en est-il des tranches précédentes ? » 

LA MUNICIPALITE PIOLLE VEUT PASSER EN FORCE

Bien entendu ces questions-là sont demeurées sans réponse. Comme à son habitude la municipalité Piolle fait la sourde oreille, veut passer en force, nier les réalités, même si celles-ci sont dangereuses pour la santé, les enfants ou la sécurité des habitants. Un jour ou l’autre elles finiront par se rappeler à lui. Mais il n’en n’est pas la première victime

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *