LA POLLUTION AUGMENTE avec le PLAN de CIRCULATION

Si l’été est chaud pour Eric Piolle, l’automne risque d’être torride et dévastateur. Le site d’information en ligne Place Gre’Net révèle qu’Atmo l’organisme de contrôle de la pollution devrait confirmer l’augmentation de la pollution, suite au nouveau plan de circulation imposé par la municipalité.

PLACE GRE’NET : “UNE HAUSSE de la POLLUTION”

“À ce jour, les résultats de l’étude n’ont toujours pas été rendus publics. D’après nos informations, ils devraient toutefois confirmer ce que de premières évaluations avaient constaté fin 2017 : une hausse de la pollution modérée au dioxyde d’azote, polluant routier par excellence, coïncidant avec la mise en place de CVCM” écrit le journal en ligne.

GRENOBLE à COEUR” : DES COMPTES SUR LA SANTÉ

Ainsi la fermeture de Grenoble appelée “CVCM” a produit des reports de circulation qui augmentent la pollution comme l’a dénoncé notamment “Grenoble à Coeur” en demandant des mesures pour protéger la santé des habitants.

ATMO CONTRÔLÉ PAR LES ÉLUS de la MAJORITÉ ROUGE/Verts

Atmo qui est très contrôlé par les élus de la majorité Rouge/Verts n’a rien publié en 2018, ce qui n’est pas bon signe. On voit mal comment l’organisme pourrait demeurer silencieux tout l’automne. Même si les formulations, les présentations feront tout pour épargner Eric Piolle et les Rouge/Verts il est à craindre pour lui que les chiffres parlent.

FIN DE MANDAT : AUGMENTATION de la POLLUTION

Finir le mandat en constatant que ses mesures autoritaires ont augmenté la pollution de l’air serait la dernière catastrophe avant fermeture définitive.

D’autant que -pas de chance- “Place Gre’Net” rend également compte du résultat d’une étude conduite en Rhône-Alpes par une équipe de chercheurs de l’Inserm, du CNRS, de l’Inra, d’Atmo Auvergne Rhône-Alpes et de l’Université Grenoble Alpes (UGA).

“LES SCÉNARIOS ONT EU PEU D’IMPACT SUR LA SANTÉ”

Une baisse du niveau moyen de particules fines dans l’air de trois microgrammes par mètre cube ferait diminuer la mortalité d’un tiers à Grenoble” affirment les chercheurs.

Ils affirment que “les scénarios axés uniquement sur les zones les plus exposées ont eu peu d’impact global”. Une autre pierre dans le jardin de Piolle qui a bloqué le centre ville de l’agglomération… pour rien. Enfonçant le clou : “Les scénarios de réduction ciblant uniquement les points chauds de la réduction de la pollution atmosphérique ont peu d’impact attendu sur la santé de la population”.

CHAMPIONNET, GAMBETTA : AUGMENTATION de la POLLUTION

En l’occurrence cette pollution aurait encore augmenté selon Atmo du fait des reports de circulation. Pas besoin de capteurs de pollution pour comprendre que Championnet –malgré les dénégations de Yann Mongaburu- ou le boulevard Gambetta sont plus pollués aujourd’hui qu’avant l’arrivée d’Eric Piolle.

L’ÉTUDE “RESTÉE TRÉS DISCRÉTE…”

L’étude “restée très discrète” comme le souligne malignement Place Gre’Net soulève le sujet de l’inégalité sociale face à la pollution en citant les riverains des grands axes.

AUCUN OBSERVATEUR NE VEUT METTRE EN CAUSE TOUS CES ÉLUS

Mais aucun observateur ne va au bout du raisonnement car il met en cause trop d’élus des mêmes majorités et depuis trop longtemps : les politiques de blocage des voiries de contournement de l’agglomération ont produit les deux premières sources de pollution automobile : la rocade sud et A 480.

5 ÈME AGGLOMÉRATION POUR LES EMBOUTEILLAGES

Elles ont également produit la pollution par les bouchons : devenue 10 ème agglomération Française pour les blocages routiers sous Destot elle a “gagné” une place par an sous Piolle pour finir 5 ème.

DENSIFICATION MASSIVE AU BORD des AXES POLLUES

Le cumul avec la densification massive en bordure de ces axes pollués -pourtant déconseillée par Atmo- produit aussi cette inégalité sociale qui met des populations entières sous la soufflerie d’une pollution voulue.

BOUCHAYER-VIALLET, ÉCOLE Joseph VALLIER SOUS LA SOUFFLERIE

Les chercheurs citent Mistral, mais oublient Bouchayer-Viallet en bordure de A 480, l’école et le gymnase rue Ampère et toutes les constructions des Maires d’Echirolles et de St Martin d’Hères en bordure de la rocade.

EN CATASTROPHE LES ÉLUS PS/PC/VERTS CHANGENT de POLITIQUE

En catastrophe ces mêmes élus consentent maintenant avec des crédits d’Aréa (!) à élargir A 480 en opposition complète avec ce qu’ils ont préconisé pendant 25 ans, faisant accumuler des retards considérables à l’agglomération.

EN 2022 GRENOBLE SERA PREMIÈRE POUR LES BOUCHONS

Mais en 2022, à la fin prévisible des travaux, au rythme d’une place par an, il n’est pas exclu que notre agglomération soit devenue la première de France pour le temps perdu dans les embouteillages.

Pour lutter contre la pollution de l’air il faut “mettre en place des actions sur un large périmètre” comme le préconisent les chercheurs.

A.CARIGNON VEUT AGIR SUR UN LARGE PÉRIMÈTRE

Exactement ce qui a été pensé par le collectif de la société civile avec Alain Carignon. En matière d’accessibilité de l’agglomération et de mobilités le projet de monorail à propulsion solaire et électrique entre Voreppe et Crolles, desservant Grenoble répond à ces défis.

DES POSSIBLITÉS D’ACCÉS RAPIDES, ÉCOLOGIQUES, CONFORTABLES

Avec de vastes parkings de dissuasion aux deux extrémités, il permettrait de faire baisser la pression automobile en donnant de nouvelles possibilités d’accès rapides, confortables et écologiques.

UNE MUNICIPALITÉ RINGARDE

Plus l’échéance de mars approche, plus le débat s’éclaire. La municipalité Piolle -contrairement aux apparences- aura été l’une des plus ringarde de l’histoire grenobloise, la moins anticipatrice, la plus doctrinaire et ruineuse pour la ville. En matière de déplacements elle en est restée au Tram sans d’ailleurs en construire un km , ni prévoir de faire quoi que ce soit avant 2030. De vrais phares de l’humanité.

GRENOBLE DOIT à NOUVEAU ANTICIPER

L’innovation et les réponses écologiques fondamentales sont apportées par le collectif de la société civile avec l’expérience : Les municipalités d’Alain Carignon avaient anticipé dans les années 80 avec le tramway introduit par décisions des grenoblois exprimées par référendum.

EN 2020 UN NOUVEAU SAUT QUALITATIF et QUANTITATIF

Dans les années 2020 elles proposeront un nouveau saut qualitatif et quantitatif en matière de transports, prenant en compte un large périmètre, celui du Grand Grenoble, correspondant au bassin de vie de demain.

UN MODÉLE de MODERNITÉ de la TRANSITION

En inventant cet avenir Grenoble retrouvera cette attractivité perdue, donnera à nouveau envie et deviendra ce modèle de modernité de la transition qu’on voudra imiter.

Source notamment : article À Grenoble, une étude préconise d’abaisser le niveau de particules fines dans l’air… sur un large périmètre | Place Gre’net – Place Gre’net

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

2 Comments

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *