“GRENOBLE à COEUR” DEMANDE DES COMPTES SUR LA SANTÉ

Depuis le début du mandat d’Eric Piolle, Grenoble est passée de la 10 ème à la 5 ème place des villes les plus embouteillées de France. Dans peu de jours les grenoblois perdront autant de temps que les parisiens dans les embouteillages.

143 HEURES DE PERDUES PAR AN

143 Heures par an de foutues pour les grenoblois, 150 pour les parisiens. Voilà encore un sujet sur lequel Piolle va faire de Grenoble la capitale, après celle des impôts, de l’insécurité et de la baisse de la valeur des biens.

Mais le collectif “Grenoble à Coeur” qui avait proposé des alternatives au plan de circulation -lesquelles n’avaient même pas été regardées- pose maintenant la question de la santé publique.

Une “publicité” qu’aucune marque ne pourra cacher (France 3)

QUELLES CONSÉQUENCES POUR LA SANTÉ des GRENOBLOIS?

En citant la récente étude de l’Insee, datée de mai 2019 : « Cette enquête, réalisée pendant les périodes de grève des transports dans plusieurs grandes villes de France, a démontré que le nombre d’admissions aux urgences pour cause respiratoire est immédiatement et significativement impacté par l’augmentation de la congestion automobile. Qu’en est-il à Grenoble, alors qu’elle est désormais la 5ème ville la plus embouteillée de France ? On aimerait avoir des réponses de nos élus, du maire de Grenoble et du président de la Métropole ! » (DL du 17/6/19)

PLUS AUCUN CHIFFRE SUR LA POLLUTION

La municipalité se spécialise de plus en plus dans une opacité qui effraie: plus aucun chiffre sur l’augmentation de la pollution de l’air depuis la mise en oeuvre du plan de circulation : le seul “capteur” par le regard permet de constater pourtant les reports de circulation rue Hoche, à Championnet, bd Gambetta… qui accroissent la pollution automobile.

Y.MONGABURU CACHE LES FAITS PAR UNE DÉBAUCHE D’ARGENT

Yann Mongaburu (groupuscule Hamon), le gros malin, a préféré monter une opération de com’ grossière avec les budgets du SMTC dont il abuse. “Grenoble à Coeur” a dénoncé « le buzz autour des mini-capteurs » de pollution qui a pour objet de cacher les chiffres. Il aurait mieux fait de choisir la même méthode que pour la délinquance dans les transports collectifs : depuis 2016 le thermomètre ne donne plus la température !

DES APPAREILS QUI N’ONT PAS LA FIABILITÉ REQUISE

Pour le collectif ça relève de l’escroquerie : en janvier dernier, il lançait un test expérimental pour mesurer la pollution aux particules fines, avec des mini-capteurs posés sur les toits de vingt bus de la Tag : « Tous les médias en ont parlé, même le JT de TF1, la com était parfaite. Mais derrière ce buzz massif, il y a la réalité. Ces appareils n’ont pas la fiabilité requise et ne sont pas reconnus comme instruments de mesure. En effet, selon le LCSQA -le Laboratoire central de surveillance de la qualité de l’air qui est l’organisme chargé d’assurer la coordination technique du dispositif de surveillance de la qualité de l’air en France-, aucun des mini-capteurs ne respecterait les objectifs de qualité de données des directives européennes».

CENTRE : UNE SEULE STATION DE MESURE de le POLLUTION

«Que va-t-on faire des données récoltées si elles ne sont pas fiables ? Nous disons qu’il est temps d’investir dans des stations fixes de mesure. La station d’Atmo du boulevard Foch est en effet la seule station grenobloise dédiée à la mesure de la pollution liée au trafic en ville, et en capacité de mesurer les effets de CVCM. Quand on pense que la commune de Clermont-Ferrand a 4 stations en zone urbaine ! »

18 PERSONNES AU SERVICE DE LA COM’

Toujours cette com’ à outrance avec pour objet de cacher la réalité. L’argent coule à flot pour tromper: 2, 2 M€ au SMTC pour Yann Mongaburu. Dans une interview dévastatrice, Guy Tuscher, ancien membre de la majorité municipale révèle : “Il faut dire que la communication municipale est très puissante pas moins de 18 personnes au service com’ et de puissants relais dans la presse nationale”

SOULAGER GAMBETTA…

Grenoble ne contrôle donc pas sérieusement la pollution de l’air.

Les solutions existent pour de meilleures mobilités dans le respect des modes de déplacement, sans recommencer de gros travaux dans la ville. Le collectif de la société civile a repris le projet de ” Grenoble à Coeur” de soulager Gambetta par le passage des vélos sur la voie voiture dans le sens Gustave-Rivet/Bastille.

MIXITÉ DE LA VOIE CENTRALE Agutte SEMBAT

La mixité de la voie centrale d’Agutte Sembat à 20/30 km/H pour tous les véhicules permettant à nouveau d’accéder à la ville et au futur parking Vaucanson réservé aux véhicules non polluants.

La cohabitation des différents modes de déplacements serait enfin organisée et les moyens de la faire respecter mis en place

UN MONORAIL à PROPULSION SOLAIRE et ÉLECTRIQUE

Et surtout le déblocage massif des accès à la ville par le monorail Voreppe/Crolles à propulsion solaire et électrique avec deux grands parkings/mall de dissuasion pour des milliers de voitures à ces deux extrémités.

RÉDUIRE LA POLLUTION DE L’AIR

Réduire la pollution de l’air et rétablir l’accessibilité et l’attractivité est évidemment possible et indispensable. Il suffit de voir haut et loin, de redevenir pionnier.

Les grenoblois ont bien compris maintenant que ce n’est pas avec cette municipalité qui rejoue le Dallas des années 70 que ça se réalisera.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

3 Comments

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *