CHAMPIONNET : Y.MONGABURU (Verts/Ades) NIE la SATURATION

« Pour nous, clairement, c’est plutôt négatif » juge le nouveau président de l’Union de quartier Championnet/Bonne/Condorcet/Hoche (UQCBCH), Michel Voilin dans le DL (2/8/19).

“DES RUES SATURÉES, Agutte SEMBAT VIDE”

Il s’agit du bilan du nouveau plan de circulation, et des autoroutes à vélos. Résumant très bien la situation : « entre des rues saturées, et Augutte-Sembat vide, c’est étrange… ». Pour le moins.

“INQUIETS POUR LES PIÉTONS”

Car « la rue Hoche est saturée, la rue Gambetta également. Quant à l’angle avec Lesdiguières, il faut du courage ! C’est périlleux, les gens ne savent pas où passer. Nous sommes inquiets pour les piétons ».

“VOUS IMAGINEZ LA POLLUTION ?”

Et ne lui parlez pas de Condorcet : « C’est saturé aussi, les deux ralentisseurs enlevés pendant les travaux n’ont pas été remplacés. On les a réclamés, mais sans réponse… ». La place Championnet ? « C’est un vrai périple! Et vous imaginez la pollution ? Et la nuit, oui, évidemment il y a moins de circulation, mais sur Lesdiguières, les voitures deviennent des bolides, c’est une grande ligne droite, alors… ».

“BEAUCOUP DE LYCÉENS C’EST DANGEREUX”

« Il faut regarder partout, que l’on soit automobiliste, cycliste ou piéton. Parfois, sur le passage piétons de Gambetta/Lesdiguières, on n’a pas le temps de traverser ! Or, il y a beaucoup de lycéens, c’est dangereux ».

“LA VILLE A DIT” UN CHOIX PAS DISCUTABLE”

Michel Voilin ajoute « La Ville nous a clairement dit que c’était un choix politique, pas discutable. Là, tout a été fait en même temps et tout le monde en souffre ». Toujours cette “coconstruction”, promesse N°1 du candidat Piolle, matrice de la municipalité.

C’EST TRÉS COMPLIQUÉ TOUS LES SOIRS”

La journaliste Isabelle Calendre du “Dauphiné” a pris aussi la peine d’interroger des riverains. Le bilan est le même. Au bar Le Quai d’Orsay, Karim confirme que « c’est très compliqué. Tous les soirs, à partir de 16 h 30, ça bouchonne. ».

“C’EST L’HORREUR, ON TRAVAILLE PORTE FERMÉE”

« C’est l’horreur » assène Sylvain, coiffeur à “En vogue”. « Aux heures de pointe, c’est incessant ici. On travaille la porte fermée. Les bus, les voitures, les motos… il y a des accidents, ils se rentrent dedans, ils accélèrent, ils pilent, ils doublent sur la voie de bus. La clientèle est gavée, ça devient compliqué ».

“30 MINUTES DE VERDUN à GAMBETTA…”

Dans son magasin Cartouches land, juste à côté, Isabelle fait le même constat. « Parfois, de Verdun à l’angle de Gambetta, on met 30 minutes ! Je n’avais jamais vu ça et je suis là depuis 15 ans ! Je suis effarée, (…) L’idéal serait de partager les flux ».

“C’EST DOGMATIQUE, MARCHE OU CRÉVE”

La commerçante regrette : « trop, c’est trop. (…) Là, ça a été dogmatique, c’est marche ou crève ». Estimant avoir perdu « 40 à 50 % du chiffre d’affaires depuis 3 ans », elle raconte : « Ma clientèle de Meylan ou Corenc est venue me dire que c’était impossible de continuer à venir désormais ». Alors, Isabelle se demande pourquoi, « si on veut développer le vélo, ne pas avoir choisi de lui dédier de plus petites artères, plutôt que des autoroutes ? »…. Parce que le bon sens n’est pas la chose la plus partagée chez les Rouge/Verts qui veulent de l’affichage, pas du résultat.

“LE CHIFFRE D’AFFAIRES A DÉGRINGOLÉ”

Pour Nicolas (caviste), la responsable, là encore, parle d’un «trafic compliqué, de pire en pire». Et d’automobilistes « qui s’énervent, c’est logique». Avec les travaux de mise à double sens de la rue (avril 2017), « le chiffre d’affaires a dégringolé, les clients ne voulaient plus venir. Avant, c’était compliqué de rentrer dans Grenoble, maintenant, c’est compliqué d’y circuler!»

“LE PASSAGE PIÉTON LE PLUS DANGEREUX de la VILLE”

À la terrasse de son café, “Le Détour”, Bertrand Poussard constate que « la place accueille le passage piéton le plus dangereux de la ville ! Ici, c’est le bordel total. Avec les deux cédez-le-passage en face, les bus, les voitures qui arrivent énervées parce qu’elles ne peuvent plus prendre Berriat… c’est un concert de klaxons. Maintenant, mes clients demandent à manger à l’intérieur! On a vraiment ressenti la différence : avant, c’était beaucoup plus fluide ».

E.PIOLLE A SUPPRIMÉ LES FEUX TRICOLORES

« C’est un quartier vivant, piéton et ils chargent en voitures ! ».

Rappelons que le croisement est aussi victime de la politique de suppression des feux qui mettent en danger les piétons ce qu’ont soulevé de nombreuses associations sans que la municipalité ne revienne sur sa politique. Rue Ampère, cours Berriat, dans la partie de la rue Lesdiguières proche de la place de Verdun les effets sont les mêmes: désastreux.

“L’ENFER, L’IMPRESSION D’ÊTRE AU FAR-WEST”

Nicolas Trouillon qui co-gère une importante pharmacie est aussi président de l’association des commerçants de Championnet. Le “Dauphiné” lui donne aussi la parole : « les deux moments insupportables que sont les matins et les fins de journées : l’enfer, à chaque fois, pendant 1 h 30 ». Il a l’impression « d’être au far-west ».

“UN PEU DOCTRINAIRE…”

Depuis « le passage à double-sens de Lesdiguières, le changement a été flagrant. Plus de monde, plus de tensions. ». Regrettant la façon « un peu doctrinaire » dont les aménagements ont été faits. Pas “qu’un peu“!

Y.MONGABURU (Verts/Ades) ÉTALE SES TITRES

Face à cette avalanche le “Dauphiné” donne la parole à … Yann Mongaburu, avec la liste de ses titres ronflants, qui était candidat à la Présidence de la Métro avant qu’Eric Piolle ne lui explique qu’il devait demeurer dans sa catégorie, déjà bien content. La place est pour Lui.

DES CONTRE VÉRITÉS AVEC APLOMB

Ses réponses sont une calamité pour la municipalité. Aucun habitant du quartier ne pourra sérieusement défendre des élus aussi hermétiques à la réalité et capables d’asséner des contre vérités avec autant d’aplomb.

Y.MONGABURU : “CIRCULATION EN BAISSE de 13 %”…

Pour Yann Mongaburu “la circulation sur cette artère est en baisse de 13 % par rapport à mars 2018 ».

La journaliste, probablement sceptique après ce qu’elle a vu et entendu demande prudemment : “Une donnée générale plutôt positive, mais qu’en est-il de la congestion aux heures de pointe ?”

… ET EN BAISSE AUX HEURES DE POINTES

Et Yann Mongaburu de répondre « Là aussi, le niveau est inférieur à l’année précédente ».

C’est Bertrand Poussard le patron du café “le Détour” qui ment. Et tous les autres qui voient ce qu’ils voient : le trafic a diminué selon Yann Mongaburu. Car E.Piolle est la vérité.

LES MANIPULATIONS S’ACCUMULENT

Avenue Agutte Sembat c‘est exactement la même manipulation avec les chiffres de fréquentation du vélo. Les mêmes dissimulations sur l’augmentation de la pollution sur les grands boulevards. Avec le classement de Grenoble en 5 ème position Française (5 places de “gagnées” en 5 ans) pour la perte de temps dans les embouteillages, la municipalité refuse d’en établir les conséquences sur la santé des grenoblois.

LES HABITANTS VOIENT, LA MUNICIPALITÉE NIE

Cette opacité et cet aveuglement sont inquiétants. Les habitants de Championnet voient de leurs yeux une situation que la municipalité nie. Si elle ment par quartier, ils comprennent bien qu’elle peut aussi mentir au global

Y.MONGABURU PEUT IL DEMEURER A SON POSTE ?

Avec son persiflage arrogant et provocateur, Yann Mongaburu dépasse une fois de plus les bornes. Peut il après ce nouveau coup de chaleur demeurer à ses postes jusqu’en mars prochain ? La question se pose. Il fait du mal aux grenoblois bien entendu mais ne rend pas service aux Rouge/Verts non plus.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *