TRANSITION : LA NORIA de CAMIONS

“J’ai pu assister ce mardi 12 mars à midi à la “livraison” d’un nouveau totem place Grenette au couleur de la “Biennale de Grenoble Villes en transition”.

“Cette opération a été effectuée par un énorme camion pas très raccord avec les intervenants qui prodiguent des conseils écologiques !

“Les Colonne Morris outre d’être plus belles avaient l’avantage de durer plus longtemps. Cordialement” nous écrit cette grenobloise.

Déjà avec Cécile Duflot au jardin de ville on avait connu semi-remorques et chauffage apporté au chapiteau. Toujours ces mensonges.

AUCUN BILAN ENVIRONNEMENTAL N’EST DRESSÉ

L’opération de com’ avec sa noria de beaux parleurs aura asphyxié la ville sur tous les plans. Aucun bilan environnemental n’en sera dressé.

Le budget publicitaire qui a permis de bénéficier de véritables “publi-reportages” dans les médias locaux demeure inconnu et pas une fois la question n’a été posée par “l’opposition” officielle. Place Gre’Net avait dénoncé la méthode utilisée pour “acheter” le silence

LES SOLUTIONS NOUVELLES DÉJA PRISES

L’annonce selon laquelle ces opérations vont faire émerger “les solutions nouvelles” (DL du 25/2/19) n’est évidemment suivie d’aucun effet, les décisions étant toutes déjà prises. Mais elle entre complètement dans les éléments de langage de la campagne électorale de la municipalité Piolle : ne parlez pas de notre bilan mais de 2050. Nous sommes compétents pour répondre aux préoccupations de 2050.

SOUFFRIR POUR LE BONHEUR de DEMAIN

Certes nous ne savons pas ramasser les poubelles, nous ne savons pas assurer un minimum de sécurité quotidienne, ni garantir de ne pas ruiner la classe moyenne, les commerçants … il faut souffrir pour le bonheur de demain comme dans toutes les idéologies totalitaires.

LA MUNICIPALITÉ SE PLANQUE DERRIÉRE UN BROUILLARD

En alignant les professionnels du catastrophisme qui en vivent, mélangent tout, multiplient les annonces dont certaines sont établies et d’autres relèvent de leur vision personnelle, dans un mélange sans hiérarchie ni aucune éthique scientifique, la municipalité veut créer un brouillard derrière lequel elle se planque pour éviter de répondre de son bilan.

“LE PALAIS DES TRANSITIONS”

Ainsi par exemple, le Palais des Sports, probablement le pire équipement en matière énergétique est il baptisé “le Palais des Transitions” (!). Miracle de la sémantique qui se suffit à lui-même.

On peut lire des phrases aussi définitives que celle-là : “l’événement permet aussi de prendre conscience des initiatives qui existent mais aussi d’en créer d’autres”  (DL 25/2/19)

DES JEUX d’ENFANTS POUR SÉDUIRE LES PARENTS

Bien entendu beaucoup de jeux pour enfants afin de séduire les parents non pas à la cause de “la Transition” mais à celle de la municipalité ! Le tout sur fonds publics aux frais du contribuable.

Pas certains que le grenoblois soit un gogo facile à tromper. Tous ceux qui marchent pour le climat on des solutions concrètes à proposer, tout comme les start-up spécialisées, ou bien de vrais scientifiques. C’est vers eux qu’il faudrait se tourner pour les proposer aux Grenoblois afin de les faire partager. Plutôt que cette propagande sans foi ni loi.

L’IDÉOLOGIE ET LES DOGMES, MAUVAIS SERVICE à la CAUSE

L’idéologie et les dogmes imposés d’en haut par des élus municipaux totalement hors sol aura été le plus mauvais service rendu à la cause de l’écologie. Les résultats avec l’augmentation de 15 % de la pollution sur les boulevards en sont le plus cruel témoignage.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

One Comment

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *