Valeurs des Biens : E.PIOLLE RUINE LES PROPRIÉTAIRES

«on ne vit pas non plus dans une dé­charge à ciel ouvert ni au far West» tente Me Albert Nallet notaire grenoblois dans « le Dauphiné » (27/1/19) pour juguler la chute inexorable de l’immobilier de la ville, contraint de constater que «Grenoble est à contre-courant de la France, de l’Isère et même de sa banlieue » .

“GRENOBLE SE TRAÎNE EN QUEUE DE PELOTON”

En effet en matière de valeur des biens «Là où Bordeaux caracole en tête avec son +18%,(+9% à Lyon et + 6% à Rennes…), Grenoble se traîne en queue de peloton avec ­-3,9 %. «. Ces baisses se cumulant avec les précédentes et produisant un appauvrissement sans précédent des grenoblois. D’autant que cette baisse est une moyenne et dans une partie de la ville les propriétaires trompés par la fausse « mixité sociale » n’ont plus que les yeux pour pleurer.

A LA BASE TOUT LE MONDE A BIEN COMPRIS

Mais à 12 mois de l’échéance municipale la prise de conscience des raisons de cette exception grenobloise paraît toujours aussi peu avancée de la part de « l’élite «  locale. Alors qu’à la base tout le monde a bien compris.

Car si, en effet, Grenoble n’est pas partout et tout le temps « une décharge à ciel ouvert », le moins qu’on puisse dire est que la propreté laisse à désirer. Si elle n’est pas le « far West » elle est devenue la première de France pour les agressions violentes et les vols à la tire pour 1000 habitants. Or cautionnant la tactique d’Eric Piolle qui a mis « le petit Chicago » dans la liste des rumeurs malsaines dont les plus hauts magistrats sont donc les auteurs, Me Nallet attribue au… Grenoble Bashing cette situation : « Oui, on est victi­mes du “Grenoble bashing” de nos dirigeants, de nos éli­tes, de nos responsables éco­nomiques et de nos médias (sic). « 

TOUS LES INDICATEURS SONT AU ROUGE

Si on comprend bien qu’il soit du rôle du Notaire de sauvegarder la possibilité de poursuivre les  transactions, l’explication est un peu courte. Surtout elle interdit de réclamer les mesures de fond qui s’imposent et d’interpeller les responsables pour modifier la donne.

Bien entendu et heureusement on peut citer des classements positifs et heureusement aussi notre masse critique en matière de recherche continue à nous placer dans l’élite mondiale dans ce secteur. Mais globalement tous les indicateurs sont au rouge. Grenoble perd même des étudiants sur le seul critère de l’insécurité malgré la qualité de ses universités.

IMPÔTS SUR LES MÉNAGES ET TAXE FONCIÉRE LES PLUS ÉLEVÉS DE FRANCE

Etonnant que les notaires n’aient pas de propositions pour  la ville aux impôts sur les ménages les plus élevés des villes de plus de 100 000 habitants, au taux de taxe foncière le plus élevé et qui est celle ou les propriétaires perdent le plus sur la valeur de leurs biens ?  Ils sont spoliés par les deux bouts.

Et Nicolas Forège Directeur Commercial du groupe AGDA immobilier  « ne pense pas que les prix vont augmenter en 2019.»  Bref la descente aux enfer va se poursuivre car » L’image de Grenoble et son agglo n’est pas florissante. On sent une crainte, même de clients qui sont extérieurs à la région. » ( DL du 27/1/18)

VIGNY-MUSSET : LES OPÉRATEURS REFUSENT d’ACHEVER L’OPÉRATION

Grenoble est seule dans ce cas mais la municipalité n’y serait pour rien ? D’ailleurs la dogmatique Christine Garnier (Verts/Ades) responsable du logement dans l’agglomération en lien avec Maryvonne Boileau et Vincent Fristot -tous les deux Verts/Ades- à Grenoble répète dans une langue de béton invariable « On a constaté l’an dernier un retour important des investis­seurs, confiants dans la dyna­mique de la ville, «  . Pour ne citer qu’un seul exemple parmi d’autres, les opérateurs ont refusé d’achever la dernière opération de Vigny-Musset car il n’était plus possible de construire au niveau de la valeur des biens mis en vente dans le quartier compte tenu de la chute !

LA MUNICIPALITÉ RUINE DES MILLIERS de GRENOBLOIS

Ce qui signifie qu’ici comme ailleurs la municipalité ruine des milliers de grenoblois de la classe moyenne qui ont acquis leurs biens à la sueur de leur front. Un véritable scandale qui ne fait pas de bruit.

Le dossier du » Dauphiné «  sur ce sujet signé par Jean-Benoit Vigny relève bien par exemple que les agents immobiliers du Pays voironnais sont plutôt confiants en ce début d’année. « Notre secteur est bien dyna­mique et profite d’un report de la clientèle grenobloise », ana­lyse Damien Fiorina, responsa­ble de l’agence Century 21 à Voiron. Mais n’amène pas nos « décideurs » à se remettre en cause pour comprendre pourquoi la vérité est autre à quelques kms.

FLAUBERT, ESPLANADE … LES PROCHAINES CATASTROPHES

Personne ne posera la question du modèle. Ainsi le fait qu’Eric Piolle impose dans toutes les opérations 50 % de HLM est une autre catastrophe annoncée pour les acquéreurs . D’ores et déjà il est facile de prévoir que les futurs propriétaires de Flaubert ( 1000 HLM) ou de l’esplanade ( 500 HLM) vont rejoindre les déçus de Vigny-Musset qui rejoignent, eux, doucement les propriétaires de Villeneuve ou du Village Olympique, assignés à résidence car ne pouvant plus vendre.

GRENOBLE LA VILLE LA PLUS DENSE de FRANCE

Et même «  Me Nallet bondit » si on évoque la question de la ville trop dense ! La Chambre Régionale des Comptes vient d’annoncer dans son dernier rapport que Grenoble était devenue la ville la plus dense de France (hors région parisienne) dépassant… Villeurbanne derrière laquelle les grenoblois avaient eu la chance (!) d’être hissés par la municipalité Destot. Cette bétonisation avec pour corolaire la baisse drastique du nombre de M2 d’espaces verts par habitant – Grenoble devenant aussi la lanterne rouge des grandes villes- n’est pour rien dans la chute, dans l’explosion, les 5 quartiers en dessous du seuil de pauvreté ?

GRENOBLE DERNIÉRE GRANDE VILLE SANS LIGNE à GRANDE VITESSE

Est-ce du Grenoble – Bashing de relever le bilan de la Chambre des Comptes qui indique qu’à…. “ Grenoble le taux de pauvreté est de 18,6 % contre 11,3 dans l’Isère” avec un “taux de chômage de 15,7 % contre 11,6 % dans l’Isère et 15 % de la population déjà dans les quartiers prioritaires.”

Il n’est pas rare que , citant Bordeaux, un Grenoblois réponde «  mais ils ont le TGV ». Que Grenoble n’ait pas de ligne à grande vitesse, qu’aucune réserve foncière ne soit même prévue dans le plan intercommunal d’urbanisme des 20 prochaines années semble naturel à beaucoup comme ne manque jamais de le souligner Alain Carignon. Comme si l’absence de toute ambition ne produisait pas ses effets délétères sur la valeur des biens.

LE PROJET de la SOCIÉTÉ CIVILE POUR SORTIR de la CRISE

Les causes sont évidemment connues et les mesures à prendre désormais débattues. Plan innovant et fort pour lutter contre la délinquance , plans pour la propreté, l’embellissement, la valorisation du patrimoine municipal abandonné, la requalification des quartiers par la règle des 3 tiers ( HLM/ co-propriétés/ activités avec l’installation des services municipaux) , régler les contournements de l’agglomération, stopper la bétonisation, renouer avec les parcs et jardins … l’opposé des politiques conduites.

PERSONNE N’OSE ÉVOQUER LES POLITIQUES QUI CONDUISENT à ce RÉSULTAT

Mais il demeure très étonnant que les analyses sur l’immobilier s’arrêtent net sur les causes et leurs responsables ? Au moment où deux pages du grand quotidien régional décrit la situation hors normes que subissent seuls en France et même dans la Métropole les propriétaires grenoblois, personne n’ose évoquer les choix politiques qui conduisent à ce résultat !

DÉS 2020 UNE HAUSSE PAR ANTICIPATION DU CHANGEMENT POSITIF

Le projet du collectif de la Société Civile est maintenant sur la table. L’heure n’est plus aux lamentations en effet, mais aux solutions. Car rien ne changera dans les 12 derniers mois. Le devoir des acteurs du secteur n’est plus de cacher pas des oripeaux  le squelette d’une politique qui n’est pas présentable. Il est de se mobiliser sur les mesures à prendre afin que dès mars 2020 par un effet de souffle et d’anticipation à l’égard de ce qui sera engagé par la nouvelle municipalité, le marché se redresse . Ce qui sera inéluctable.

« SI UN CO-PROPRIETAIRE NE VOTE PAS POUR NOTRE PROJET, IL MANQUE de CERVELLE »

Tandis que dans le cas contraire on assisterait à une fuite sans précédent de ceux qui s’accrochent encore dans cet espoir, avec pour conséquence un effondrement sans fond.

Comme l’exprime souvent lors de ses réunions Alain Carignon «  si un co-propriétaire grenoblois ne vote pas pour notre projet, il  manque de cervelle » .

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *