VOEUX : PIOLLE DÉCIDE DE SNOBER LES QUARTIERS

Sa Grandeur a annoncé à la gazette officielle (DL du 3/1/23) qu'Elle ne participerait pas aux cérémonies de voeux dans les quartiers. Elle ne s'est pas fendue d'une explication. Ses sujets ne peuvent que se confondre en conjectures.

La plus probable est qu'Elle a été contrariée les années précédentes par la présence de Grenoblois qui osaient poser des questions, voire émettre des remarques sur l'état de la ville ou de leur quartier au lieu de se situer à la seule échelle et sur la seule ligne d' horizon auxquelles le Grand Timonier accepte d'être confronté : 2050. Car sur ce sujet, il est imbattable à aligner toutes les prévisions apocalyptiques du moment si nous ne suivons pas ses précieux conseils et n'abandonnons pas notre coupable comportement. 

LES GRENOBLOIS VONT AVOIR LA JOIE DE SE COLTINER DES ADJOINTS AU MAIRE

Les habitants vont donc se coltiner des Adjoints au Maire inconnus, sans pouvoir, juste autorisés à répéter les éléments de langage édictés par le cabinet. Quelle joie de partager des voeux avec une Isabelle Peters, un Gilles Namur, ou bien un Vincent Fristot, une Christine Garnier, pourquoi pas même Antoine Back ou Olivier Bertrand ? On imagine la fête. 

PIOLLE NE VEUT PAS RÉPONDRE SUR LES IMPÔTS ET LA DETTE

Piolle n'avait nulle envie de se coltiner les Grenoblois au moment où les impôts et la dette explosent. Il n'excluait pas que ceux-ci ne soient pas tous à la hauteur de ses explications et ne comprennent pas pourquoi il semble trahir un engagement qu'il avait pris de ne pas augmenter la fiscalité. 

LES ANIMATIONS POURSUIVENT LE BOURRAGE DE CRÂNE 

Il annonce donc à Eve Moulinier (DL du 3/1/23) qu'il honorera de sa présence une seule cérémonie de voeux le 14 janvier et - oyez, oyez braves gens - qu'il prononcera un discours à 17h45 précises. Autour de cette cérémonie, des "animations" sont programmées afin, comme d'habitude, de toucher des familles en s'adressant aux enfants. Toujours dans le cadre du bourrage de crâne généralisé puisque le manège sera... "à pédales" et le karaoké "décroissant". On ne les refait pas.

LES LIMITES ET LES TRICHERIES DU SYSTÈME PIOLLE 

Mais cette prise de distance avec la ville illustre les limites et les tricheries du système Piolle. Il met en place des "interpellations citoyennes " qui sont des leurres, des "budgets participatifs" qui amusent quelques bobos sur fonds publics, mais il refuse de débattre et de répondre aux Grenoblois sur les fondamentaux, il récuse toute interpellation directe.  

IL NE REND JAMAIS DE COMPTES

Plus largement, le système est même organisé afin que jamais le pouvoir de décider ne soit rendu aux citoyens sur les sujets qui comptent. Eric Piolle a même poussé la duplicité à affirmer lors des dernières élections municipales qu'il ne pouvait pas s'expliquer sur son premier mandat car il en fallait deux pour juger des résultats. Sauf qu'à la fin du second il ne se représente pas. Le tour est joué, il ne rend jamais de comptes.

MAIRE DE GRENOBLE : UNE LIGNE SUR SA CARTE DE VISITE

Les Rouge/Verts ont inventé une conception de la politique totalement désincarnée, détachée du territoire et des hommes qu'ils devraient servir. Le mandat de Maire d'Eric Piolle est une future ligne sur sa carte de visite et son exercice aura surtout servi à améliorer son réseau personnel pour la suite. Député Européen ? Dirigeant d'une ONG qui sont la principale ressource de pantouflage des Verts (Cécile Duflot, Emmanuelle Cosse...) ? Pour son avenir personnel, Grenoble est déjà loin dans sa tête. 

SON CV EST UN FAUX 

Cet éloignement et une certaine complaisance médiatique traditionnellement consentie à la gauche et aux Verts leur permet d'entretenir des contes et légendes. Ainsi, selon la thèse officielle Eric Piolle aurait démarré sa vie publique en 2007... alors qu'il a été candidat aux élections législatives dès 1997. Rappelant d'ailleurs dans sa profession de foi de l'époque s'être "engagé depuis 1993 avec Pierre Larrouturou", aujourd'hui casé Député (PS) Européen.

SALARIÉ PENDANT 5 ANS À CHAMP SUR DRAC 

Ainsi, au plan professionnel il est entendu que c'est un "ancien de HP" où il a effectivement été cadre chargé de la logistique d'un secteur de la société et qu'il a quitté avec un gros chèque, mais il a auparavant été salarié pendant 5 ans à Champ sur Drac chez Avery Dennisson, une entreprise de papier carton. Elle a aussi disparu de son CV. Le papier carton ne fait pas assez classe? 

L'ADJOINT DE SECTEUR NE DOIT PAS HABITER LE SECTEUR...

Ils se faufilent entre les fakes, se tiennent loin des citoyens : ainsi par exemple il a été établi que les Adjoints de secteur ne devaient pas être chargés du quartier dans lequel ils habitent ! Ils risqueraient d'être reconnus, de connaitre un peu mieux les problématiques et surtout d'être interpellés. Ça permet de mieux tenir les citoyens à distance. Les habitants de la rue de Washington qui demandent en vain depuis deux ans une réunion de concertation à Isabelle Peters, la Première Adjointe (PCF) chargée du quartier ne risquent pas de la croiser dans la rue, de la relancer. Dans tous les quartiers c'est le même système : l'Adjoint de secteur est un inconnu, injoignable aisément.

ON NE PEUT PAS S'EN PRENDRE À UN ÉLU QU'ON NE CONNAIT PAS 

Dans le précédent mandat, l'élue chargée de Villeneuve se perdait en chemin et appelait pour demander sa route pour rejoindre une réunion ! L'objectif est atteint : la distance citoyen/élu n'est pas créée par une sorte de supériorité affichée qui ne serait pas compréhensible de la part d'élus rouge/Verts, mais par la complexité de règles administratives érigées pour tous les rapports, une lourde bureaucratie qui est interposée épuisant toute velléité et rendant cette distance encore plus infranchissable. Car on peut s'attaquer à un élu qui se la joue au dessus de vous, on ne peut pas s'en prendre à un élu qu'on ne connait pas, qu'on ne voit pas ou qui vous demande de remplir des formulaires ....

LES ROUGE/VERTS RUSENT GROSSIÈREMENT AVEC LA DÉMOCRATIE

Le renoncement à la présence du Maire dans les quartiers pour les voeux n'est que l'épilogue de cette série et de ce système qui ne peut pas et ne veut pas se confronter aux citoyens, admettre le pluralisme. Prisonniers de leurs dogmes qu'ils désirent imposer afin de faire le bonheur des autres y compris contre eux, ils rusent grossièrement avec la démocratie. 

TOUS LES MOYENS POUR ÉCHAPPER À LA CONFRONTATION 

Eric Piolle aura fait de Grenoble le laboratoire perfectionné de ce procédé selon lequel, plus on parle de participation citoyenne, plus celle-ci est appréhendée par eux comme étant la mise en oeuvre de leur doctrine, en mettant en place tous les moyens possible pour échapper à toute confrontation sur ce qui les dérange. 

Mais la fuite ne résout rien. Elle peut même, alors que s'annonce l'orage des impôts et de la dette, aggraver la colère. La fuite de Varennes , ça ne leur dit rien? 

3 Comments

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.