PANIQUE à BORD: UNE AUGMENTATION DE + DE 30 % des IMPÔTS?

Tout à coup le Conseil Municipal a explosé hier après midi quand des informations journalistiques ont fait circuler qu'Eric Piolle allait crever tous les plafonds de l'impôt. De l'ordre de 30 à 34 % d'augmentation. Alors qu'il avait présenté une projection budgétaire qui prévoyait entre 15 et 25 % au même Conseil Municipal.

E.PIOLLE REFUSE DE DÉMENTIR L'AUGMENTATION DE + 33% 

Relayant cette idée Alain Carignon interrompait les débats engagés pour demander à Eric Piolle de la démentir. Un gros embarras était perceptible dans les rangs de la majorité municipale, gêne qui semblait établir que ce projet était bien discuté entre certains d'entre eux qui baissaient le nez. Eric Piolle ne voulait pas répondre à "une rumeur" , Alain Carignon lui demandant alors de la démentir: "soit vous restez dans l'épure que vous nous avez présenté, à savoir une augmentation entre 15 et 25 % des impôts et il vous suffit de le confirmer , soit si vous ne dites rien, c'est parce que vous êtes en train de tromper à nouveau les grenoblois".

LA DETTE PIOLLE VA PESER PENDANT 25 ANS SUR LES GRENOBLOIS

Dans ce même Conseil Municipal, le rendu acte du Maire apprenait que depuis le dernier Conseil, Eric Piolle avait signé pour 42 Millions d'€ d'emprunts.  Confirmant que jamais la ville ne se sera autant endettée sur une année : " avec ces emprunts la dette Piolle va peser pendant 25 ans sur les grenoblois" a aussi lancé le Président du groupe d'opposition 

PIOLLE VOULAIT EVITER LES SUJETS QUI FÂCHENT

Pour la majorité Rouge/Verts ce Conseil Municipal a été très douloureux. Comme à leur habitude, les élus avaient prévu une "délibération-cadre" sur le handicap et l'inclusion afin de le meubler. Les considérations générales s'accumulant pour ... 2027 . Ce qui permettait d'éviter les sujets qui fâchent.

N.PINEL (UDI) DÉFEND AVEC CONVICTION L'ÉDUCATION POPULAIRE

Sur la question de la prévention socio-culturelle par les associations d'éducation populaire, Nicolas Pinel, Conseiller Municipal (UDI) a fait une intervention de fond dénonçant l'abandon de l'action à Villeneuve, à Mistral, avec les mesures contre " la Cordée" et au " Plateau". Il a développé tous les éléments oubliés par la la municipalité qui a une vision très restrictive, renonçant à la dimension sociale des quartiers en difficultés, qui méritent une présence particulière et adaptée.  "Nous avons très bien compris de quoi avaient besoin les associations" a osé répondre Annabelle Breton (Verts/LFI).  Au moment ou elle les étouffe. Mais en privé, la plupart des membres de la majorité ne sont pas fiers. Toutes les oppositions ont d'ailleurs crié au loup.

LES DOSSIERS EN RÂDE S'ACCUMULENT 

De son côté le Président du groupe d'opposition a rappelé les dossiers du Palais des Sports, de l'ancien Musée qui attendent de l'ordre de 70 millions d'€ de travaux, les problèmes d'accueil dans le péri-scolaire qui mettent élèves et parents en difficultés en fin d'année, la montée de la délinquance gauchiste à Berriat avec le pillage d'une supérette au nom de " l'anticapitaliste" à proximité des 38 rue d'Alembert, la situation des personnes âgées dans les EHPAD qui pâtissent du manque de personnel selon les syndicats, les femmes et les enfants à la rue, réfugiés dans 7 écoles de la ville, alors que des centaines de logements sociaux sont vides dans l'attente de leur démolition...

ENDETTEMENT, IMPÔTS, DÉPENSES DE FONCTIONNEMENT RECORDS

La municipalité était assaillie par le réel qui montait de tous les bancs. On sent bien qu'Eric Piolle est le dos au mur avec un endettement, des impôts et des dépenses de fonctionnement record. Il semble tétanisé et ne prend pas la mesure de la catastrophe qui s'annonce. Dossier par dossier Alain Carignon, Brigitte Boer , Nicolas Pinel lui faisaient remarquer l'inanité de certaines décisions.

1, 6 MILLIONS D'€ "D'ÉTUDES" POUR AMÉNAGER LE PARC VERLHAC 

Ainsi par exemple, dans une Villeneuve ghettoïsée ou le revenu moyen est de 800 € mois, il finance une nouvelle "étude" de... 1,6 millions d'€ pour l'aménagement du parc Verlhac et de son accès ! Un étude. Pas des travaux. Dans un quartier ou il n'a pas financé le maintien du boulanger, ou la propreté minimale n'est pas assurée. La ville semble un canard sans tête. Jusqu'à quand tous les élus de la majorité vont ils cautionner ce bateau ivre? 

LES ÉLUS DE LA MAJORITÉ ROUGE/VERTS SONT ASSOMMÉS

A l'issue de ce Conseil Municipal de fin d'année au cours duquel les Rouge/Verts grenoblois, silencieux pour la plupart, semblaient assommés par ce qui leur tombe dessus, jamais ne sera apparu avec autant de clarté, le caractère perché, hors sol de ces élus. Sauf qu'ils se heurtent maintenant au mur infranchissable de la situation financière qu'ils ont créé par légèreté, incompétence et dogmatisme. 

Les grenoblois n'en sont qu'au début de leurs surprises. L'année 2023 devrait être l'année de l'explosion d'un état de fait insupportable qui a maintenant trop duré.

5 Comments

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.