DÉPLACEMENTS: LA GRANDE ARNAQUE DE MONGABURU ÉCLATE À LA MÉTRO

Christophe Ferrari ne se laissera par cornériser par les Rouge/Verts Grenoblois. Le cave se rebiffe sérieusement. Trainé dans la boue sur tous les tons, voilà qu'il est accusé de trainer les pieds sur les transports en communs ! L'affaire de l'utilisation abusive de sa voiture de service tombant mal pour lui, les amis de Piolle en rajoutent. Il ne mesurerait pas les enjeux, ne comprenait pas tout, mou du genou sur le réchauffement climatique. Crime de lèse Majesté.

L. COIFFARD (Verts/LFI) CHARGÉ DES BASSES OEUVRES DE PIOLLE  

Vendredi dernier au Conseil Métropolitain, à l'occasion du débat sur la transport par câble entre St Martin le Vinoux et Fontaine, Lionel Coiffard, du groupe Piolle a été à nouveau chargé de mener la charge, acceptant de s'acquitter sans état d'âme de cette tâche alors qu'il est... Vice-Président de Christophe Ferrari. L'élu (Verts/LFI) de Vizille n'y est pas allé de main morte.

LA PERTE DE LA PRÉSIDENCE de la MÉTRO et du SMMAG CHANGE LEUR POSITION

Pourquoi les Rouge/Verts qui avaient inscrit ce transport par câble dans le Plan de Déplacement Urbain (PDU) de 2019 porté par Yann Mongaburu ( Verts/Ades), n'y sont plus favorables? Parce qu'il y a d'autres priorités qui ont été abandonnées selon eux. En fait parce qu'ils ont perdu la présidence de la Métro et du SMMAG. 

ON AURAIT DÛ PASSER DE 5 à 8 LIGNES DE TRAM ENTRE 2019 et 2023...

Et le brave Coiffard d'énumérer sans rire, comme un comptable, les "priorités" abandonnées : le tram jusqu'à Lesdiguières, le passage de 5 à 8 lignes de Tram, les bus à haute fréquence de Montbonnot à la Presqu'ile, l'achèvement de Chronovélo, le tout étant promis pour être achevé en 2023. 

Comme rien de tout ça n'est fait, Piolle et ses amis ne veulent plus voter le Métrocâble qu'ils ont porté. 

 

C. FERRARI : "DEUX TIERS DU PDU N'ÉTAIT PAS FINANCÉ"

Christophe Ferrari révèle alors le pot aux roses, la grande tromperie sur laquelle tout ce beau monde s'était mis d'accord pour berner les citoyens. En présentant en 2019 un PDU avec tous ces programmes et ces dates, ils ont menti aux citoyens. Ils ont caché un fait que le Président de la Métro a lâché en public pour se défendre: "deux tiers du PDU n'était pas financé. je vous rappelle que l'ADTC elle-même l'avait relevé, il n'était pas un PDU d'investissements. Alors on pouvait toujours faire rêver..." 

À LA VEILLE DES MUNICIPALES ILS ONT PROMIS CE QU'ILS SAVAIENT NE PAS TENIR

Sauf qu'à la veille des élections municipales de 2020 la majorité sortante à sciemment fait croire à des réalisations qu'elle savait impossible. Au passage Christophe Ferrari a cruellement rappelé ses réunions communes avec le Maire de Grenoble portant le projet de câble de St Martin le Vinoux à Fontaine, les déclarations de Yann Mongaburu selon lesquelles, visionnaire, pour la première fois les mobilités arriveraient avant les constructions.... 

Seul l'éclatement de la majorité, les coups répétés de Piolle contre Ferrari qui a eu l'outrecuidance de lui résister, permettent de découvrir la vérité. 

LE PARAVENT D'UN IMMOBILISME ET D'UNE FRAUDE

Les cocoricos répétés de Yann Mongaburu, sa logorrhée verbale suffisante et donneuse de leçons n'étaient donc que le paravent d'un immobilisme de fond et d'une fraude intellectuelle au détriment des citoyens. Vendredi dernier au Conseil Métropolitain encore, Sylvain Laval, son ennemi juré qui lui a succédé au SMMAG et à la Vice-Présidence aux déplacements, a dressé un inventaire sans concession de l'état des lieux, séparant avec précision ce qui dépendait de la Métropole, où elle en était et ce qui était attendu des autres partenaires. Son discours qui annonçait de modestes résultats (une voie bus ici, une avancée là) sonnait la fin de la récréation. 

Y. MONGABURU (Verts/Ades) SILENCIEUX SOUS L'AVALANCHE DES MISES EN CAUSE

Encore a-t-il eu la délicatesse de ne pas rappeler les retards en investissements du matériel roulant et l'endettent abyssal du SMMAG. Yann Mongaburu est demeuré silencieux dans ce débat, n'osant répondre quoi que ce soit de crainte de voir tout sortir. On se demande encore pourquoi un Lionel Coiffard accepte-t-il de jouer ce rôle si peu reluisant de porte parole de cette parole mensongère ? 

LA MAJORITÉ S'AFFRONTE AUSSI SUR UNE COMPÉTENCE CLEF, LES DÉPLACEMENTS

L'affrontement entre les Rouge/Verts et le reste de la majorité sur une compétence clef de la Métro était éclatant. Mais ce faisant il permet de mieux comprendre le fonctionnement de cette majorité qui a reposé sur du vent et du boniment. Christophe Ferrari a d'ailleurs essayé d'en sortir en en appelant à "l'humilité", à la continuité des projets entre élus, rappelant - suivez mon regard - que même le tramway ne serait pas là sans cette action sur la durée. Il a même fallu que l'équipe Carignon organise un référendum (1983) lance les études (1983/85) et le réalise (1985/87) pour que les deux premières lignes, les plus difficiles à insérer, voient le jour.

 

PIOLLE ET MONGABURU : PAS UN KM DE TRAM ET AUCUNE GRATUITÉ

Tandis que Piolle et Mongaburu, qui donnent la leçon n'ont pas été capables de réaliser un Km de tram en 6 ans de gestion et même pas la gratuité promise aux 18/25 ans, matraquant même les plus de 75 ans, alors qu'ils la promettent désormais à tout le monde !   

TOUTE AVANCÉE SIGNIFICATIVE EST EXCLUE 

Maintenant que l'arnaque du PDU de 2019 est sur la place publique, ce qui reste de la majorité Métropolitaine va ramer avec des avancées secondaires, laissant loin devant elle toute avancée significative en matière de déplacements. 

LA TROISIÈME VOIE DE L'A 480 A "FAIT DU YOYO" PENDANT 25 ANS 

Car même la troisième voie sur A 480 n'est que le rattrapage de 25 ans d'atermoiements : les projets ont fait du "yoyo, replongeant chaque fois dans les abysses des débats" a reconnu aussi Christophe Ferrari tout en étendant la faute à "toutes les forces politiques" (!). Alors que les élus PS - dont lui-même - gèrent la Métropole depuis 27 ans avec les Verts qui ont empêché cet élargissement pour ne pas "créer d'aspirateur à voitures" comme le rappelait Yann Mongaburu à chaque occasion. Le rattrapage ne donne pas d'avance. 

LE RER EN 2035, PAS DE TGV à GRANDE VITESSE 

Enfin s'agissant du RER Grenoblois "qui ne dépend pas de nous" se sont empressés de rappeler Christophe Ferrari et Sylvain Laval, les usagers ressentiront peut être des effets en 2035. 

Même au moment du débat sur le plan d'urbanisme, Alain Carignon a fait remarquer qu'il n'y avait aucune demande de réserve foncière pour une éventuelle ligne TGV à grande vitesse entre St Exupéry et Grenoble, interdisant à jamais notre Métropole de bénéficier de la grande vitesse pour rejoindre Paris. 

Ce qui n'a fait ciller personne, puisque, comme avec l'A 480 en son temps dont l'élargissement était tabou à cause de l'opposition des Verts, la possibilité d'une ligne à grande vitesse l'est aussi parce que les élus Verts/LFI n'en veulent pas. 

LE PLAN DE DÉPLACEMENT URBAIN DE 2019 ÉTAIT UN FAUX 

La Métropole "avance" donc au rythme de ces oukases-là et les habitants ont appris vendredi que les seules visions que la "majorité " portait en 2019, formalisées par un Plan de Déplacement Urbain (PDU) qu'elle annonçait, était un faux. Décidément, c'est mal parti pour eux. 

One Comment

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.