MÉTROCÂBLE : LA GRANDE TARTUFFERIE

Qui a présenté et fait voter un Plan de Déplacements Urbains (PDU) en 2019 qui prévoyait la réalisation d'un transport par câble entre St Martin le Vinoux et Fontaine ?  Yann Mongaburu ( Verts/Ades) alors Président du syndicat des Mobilités. 

E.PIOLLE ( 2022) : " UN AVIS TRÉS RÉSERVÉ SUR LE PROJET "

Qui veut faire voter par le Conseil Municipal de ce lundi 7 novembre un " avis très réservé sur le transport par câble car celui-ci apparait non prioritaire " . Margot Belair et Gilles Namur les Adjoints ( Verts/LFI) et la majorité Rouge/Verts dont Yann Mongaburu. 

FEU SUR Sylvain LAVAL QUI A REMPLACÉ Yann MONGABURU 

Entre 2019 et 2022, Eric Piolle a perdu la présidence du syndicat des mobilités ( Smmag) que détenait son homme de mains et sa position varie en fonction de ses intérêts politiciens. Alors pour gêner Sylvain Laval, le nouveau Président, devenu leur bête noire depuis qu'il a osé les battre, ils font feu de tout bois contre cette réalisation qu'ils avaient voulu.

E.PIOLLE ( 2016) : "LE CÂBLE S'EST AVÉRÉ LA MEILLEURE SOLUTION "

Qui déclarait au DL ( 30/4/16) « le câble entre Fontaine et Saint-Martin-le- Vinoux est un transport en com­mun. Quand on a regardé com­ment accueillir tous ces nouveaux emplois sans augmenter les déplace­ments en voiture, le câble s’est avéré la meilleure so­lution » ? Un dénommé Eric Piolle. Avec lui les déclarations n'engagent que ceux qui les écoutent comme on le constate  sur les impôts.

POURQUOI N'ONT -ILS RIEN FAIT EN 6 ANS DE POUVOIR 

Pour eux maintenant la priorité est ... le tramway. Ils demandent le prolongement du Tram E jusqu'au stade Lesdiguières, le remaillage du réseau pour passer de 5 à 8 lignes etc... etc... On se demande pourquoi, alors qu'ils avaient les manettes de tout ( Métro, Ville, Syndicat des Mobilités) pendant 6 ans, n'ont ils rien fait? 

EN 2019 LA COMMISSION D'ENQUÊTE S'INQUIÉTAIT DU PDU MONGABURU

Pourtant, lors de l'adoption du plan de déplacements urbains de Mongaburu  , en 2019, la commission d'enquête « s’inquiètait de la faible ambition du PDU en matière d’extension du réseau de tramway ». Il convenait, selon elle, que « la problématique d’extension du réseau de tramway soit réétudiée, et mise en regard, en termes de montants d’investissement… avec d’autres investissements lourds (métrocâble) d’ici 2030 ».

65 MILLIONS D'€ POUR MOINS DE 5000 USAGERS/JOUR

Les Rouge/Verts grenoblois n'en avaient tenu aucun compte. Leurs contorsions d'aujourd'hui sont à lire à l'aune de cet historique. Car sur le fond évidemment que la priorité n'est pas une liaison par câble entre St Martin le Vinoux et Fontaine. On comprend bien que les Maires de St Martin le Vinoux ( en l'occurrence Sylvain Laval) et de Fontaine, Frank Longo , y soient favorables. C'est toujours bon à prendre. Mais l'investissement de 65 millions d'€ est disproportionné par rapport au nombre d'usagers espéré,  de l'ordre de 5000 par jour.  Mais il n'était déjà pas prioritaire en 2019...

LES BESOINS ESSENTIELS SONT IGNORÉS 

Le " débat" actuel est donc une grande Tartufferie. Les besoins concernent le Nord/Sud (Voreppe/Grenoble) ou l'est/ouest mais sur la Bastille. Les attentes concernent Lyon/Grenoble , Chambéry/Grenoble pour qu'en matière de TER les trajets domicile/travail puissent être assurés de plus en plus d'habitants choisissant de vivre dans des bourgs , de pratiquer une part de télétravail. Et bien entendu Vizille et le sud de l'agglomération. 

ABSENCE de LIGNE à GRANDE VITESSE: LA GALÉRE SUR LA LIGNE GRENOBLE LYON

L'absence de ligne TGV à grande vitesse entre St Exupéry et Moirans paralyse la ligne Grenoble/Lyon qui ne peut pas recevoir des TER rapides et fréquents puisqu'elle est encombrée de TGV eux-mêmes limités en nombre car la capacité de la voie est insuffisante. Habiter à Bourgoin, Voiron, le Grand Lemps  et venir à Grenoble pour travailler ou consommer devrait être possible avec des TER ultra fréquents et rapides: aujourd'hui c'est la galère.

LA MÉTROPOLE EST PASSÉ à CÔTE DE TOUS LES PLANS DE RELANCE

Tous les projets de RER dont on parle pour 2035 ne sont pas financés car ce sont des usines à gaz: les autres Métropoles ont toute saisi les différents plans de relance pour faire avancer leurs projets , pas celle de Grenoble. 

LA STAGNATION DE LA FRÉQUENTATION des TRANSPORTS EN COMMUNS

En parallèle , pour la première fois depuis les années 80 , la fréquentation des transports en communs n'a plus progressé sous la gouvernance des Verts: l'insécurité a été un frein , le transfert de certains vers le vélo et l'absence de tout développement sous l'ère Mongaburu. 

LA LISTE D'OPPOSITION A PROPOSÉ UN SAUT QUALITATIF et QUANTITATIF

La liste de la société civile, du centre et divers droite conduite par Alain Carignon avait proposé un saut qualitatif et quantitatif avec la réalisation d'un monorail à propulsion solaire entre Voreppe et Crolles. Un tel projet innovant, s'il était prêt, aurait pu à chaque étape bénéficier de financements y compris européens et d'une taxe transport revalorisée comme la Région parisienne l'a obtenue. 

LE CÂBLE A UN GRAND AVENIR

En matière de câble c'est le franchissement de la Bastille , le lien avec le Vercors, avec Chamrousse que la liste d'opposition préconisait , faisant de Grenoble la capitale des Alpes et permettant d'accéder aux montagnes depuis Paris sans utiliser une seule fois la voiture.

PIOLLE ET FERRARI PASSENT à CÔTÉ DES GRANDS DÉFIS DE DÉPLACEMENTS

Mais la majorité de la gauche et des Verts préfère se complaire dans des batailles lilliputiennes dont les usagers et les citoyens sont les victimes.  Ce nouvel épisode de la guerre des gangs, dont le Métrocâble n'est qu'un très petit avatar,  ne la grandira pas. Eric Piolle et Christophe Ferrari passent à côté des grands défis des déplacements et de l'attractivité de notre territoire. 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.