QUARTIER NOTRE-DAME/ANTIQUAIRES : PIOLLE FAIT ACCUSER FERRARI

 

« Nos enfants n’ont pas à subir les disputes entre la Ville et la Métropole. Ça fait un an et demi que cela dure ! Quand est-ce que vous allez tomber d’accord pour l’intérêt général ? » . Voila qui résume bien l'opinion des grenoblois si on en croit la phrase rapportée par Eve Moulinier ( DL du 4/12/22) à l'issue de la réunion au cours de laquelle les habitants du quartier des Antiquaires ont exprimé leur ras le bol.

LA GUERRE FERRARI/PIOLLE AU DÉTRIMENT DE L'INTÉRÊT GÉNÉRAL 

Sauf qu'il faudrait remplacer "ville" par Eric Piolle et " Métropole" par Christophe Ferrari, car les deux collectivités sont aux ordres de leurs dirigeants qui mènent leur guerre à travers elles. Mais une partie des électeurs bobos-gauchos des uns et des autres à des pudeurs: comment admettre que ces deux-là ne pensent pas plus à l'intérêt général? Le concevoir serait se poser la question sur toutes leurs autres décisions et remettre en cause trop d'acquis conscients et inconscients.

G.NAMUR ( Verts/LFI) TENTE DE BALADER LES GRENOBLOIS... 

Les grenoblois réunis vendredi rue du Vieux Temple pour discuter des fameux aménagements des rues Auguste Gaché, de la Paix , Bayard  et du quartier des Antiquaires ont été baladés en particulier par l'inénarrable Gilles Namur (Verts/LFI), spécialiste sans succès du genre. Le malheureux se promène de réunion d'habitants en réunion d'habitants pour ramasser sur lui tous les mécontentements qui s'accumulent. Ses discours sont de moins en moins écoutés.

... EN RENVOYANT SUR SES COLLÉGUES de la MAJORITÉ !

Pour protéger son chef , une fois il justifie l'injustifiable  comme à Championnet ou à la Mutualité, une fois il renvoie sur les autres. Vendredi il visait Sylvain Laval, le Vice-Président de la majorité Ferrari de la Métro, à laquelle il appartient lui-même! Selon lui il refuserait de financer les bornes de sécurité attendues depuis 18 mois que la fausse "piétonisation" a été imposée.

 

Des " REPRÉSAILLES POLITIQUES " de Sylvain LAVAL ( majorité Ferrari) 

« On se heurte à la seule décision du vice-président de la Métropole [Sylvain Laval, NDLR]qui a décidé tout seul dans son coin. Une décision sans fondement qui ressemble à des représailles politiques…» Et de proposer aux habitants de faire une pétition pour le contraindre à payer, rapporte le DL. Maxence Alloto (PS repenti) en rajoutant contre ces ex-camarades, appelant à la révolte contre eux, car avec Piolle il faut sans cesse donner des gages de soumission.

DES VICE-PRÉSIDENTS VONT PÉTIONNER CONTRE D'AUTRES VICE-PRÉSIDENTS

Ainsi Céline Deslattes, Yann Mongaburu, Nicolas Béron-Perez, Pascal Clouaire, Salima Djidel, Anne-Sophie Olmos, Vice Présidents de la Métropole , élus grenoblois de la majorité Piolle, vont-ils ... pétitionner contre un autre Vice-Président. Il y a peu c'étaient des Vice-Présidents du groupe de Ferrari qui demandaient à Yann Mongaburu ( Verts/Ades) de démissionner de son poste après sa dénonciation du Président de la Métropole auprès du Parquet. Ensuite ils n'ont pas voté le pacte financier.

E.PIOLLE A LE POUVOIR DE POLICE DONC LA RESPONSABILITÉ des BORNES

Sauf que Sylvain Laval sur lequel ils concentrent leurs attaques car il a osé succéder à Yann Mongaburu à la tête du SMMAG et  ne se gêne pas pour décrire les retards considérable d'investissements pour le matériel roulant des tram, a répondu dans le même DL: «franchement ce n’est pas digne ! La Métropole n’a jamais été opposée à l’installation de bornes. il revient à l’équipe d’Éric Piolle d’assumer ses responsabilités. C’est elle qui a voulu garder le pouvoir de police, donc c’est à elle de se charger du financement des bornes pour sécuriser les rues. ce n’est pas à la Métropole de payer pour ces bornes. Si on avait le pouvoir de police, cela serait différent, mais là c’est à la Ville d’agir. Mais peut-être qu’elle a des soucis financiers et dans ce cas-là, elle devrait le dire… »

 

E.PIOLLE A PRIS SEUL ET BRUTALEMENT LA DÉCISION DE PIÉTONNISER

Accuser " un homme seul" d'avoir pris la décision par un Eric Piolle qui a annoncé brutalement et seul la nécessité de piétonniser le secteur quand il a appris par hasard ( il ne suit rien) que la voie de tram allait être rénovée entre la Maison du Tourisme et le Musée de Peinture, est une pantalonnade. Il a aussi "raté, au moment de leur réfection, l’opportunité de végétalisation des voies tram entre la Maison du Tourisme et le Musée, qui aurait contribué à la déminéralisation du secteur" a rappelé hier Alain Carignon au nom de l'opposition.

EN CHIPANT LA COMPÉTENCE à FERRARI, PIOLLE N'A PAS VU LES CONSÉQUENCES

Mais en décidant de reprendre au 1 er janvier 2022 à la Métro le pouvoir de police, pour affaiblir Christophe Ferrari, Eric Piolle n'avait pas vu que cette compétence impliquait des obligations et des financements. Sa gestion par foucades, sur la base de ses inimitiés pose de plus en plus de problèmes à la ville et une partie de sa majorité s'en inquiète. 

LA " DETTE PIOLLE " VA PESER DES ANNÉES ET DES ANNÉES SUR LES GRENOBLOIS

Or la ville est exsangue. Il recourt à l'emprunt comme jamais et les grenoblois vont payer la "dette Piolle" pendant des années et des années après son départ. Il veut matraquer d'impôts et n'a pourtant pas les moyens de faire face à ses obligations de base , conséquences de ses propres décisions: poser des bornes pour sécuriser les rues piétonnes. 

LA GOUTTE d'EAU DE TROP?

Cette nouvelle affaire entre Ferrari et Piolle sera peut être la goutte d'eau de trop? Car les grenoblois peuvent maintenant vérifier de visu à la fois l'état financier de la ville et les conséquences des décisions de Piolle.

LA MUNICIPALITÉ NE PEUT MÊME PAS ASSURER LA SÉCURITÉ DES ENFANTS

Les habitants, les commerçants du quartier historique de Grenoble , celui auquel la municipalité Carignon a apporté le passage du Tram, l'ensemble Evêché-cathédrale, le nouveau Musée de Peinture , la place Lavalette et le jardin de l'évêché, peut constater les dégâts et la marche arrière dont ils sont victimes. La municipalité Piolle ne peut même pas assurer la protection des enfants, des piétons dans la zone ... piétonne qu'elle a créé. 

LE RIDICULE ATTEINT CEUX QUI MANIFESTENT TANT d'ARROGANCE 

Le Grand Timonier et ses thuriféraires sont de plus en plus disqualifiés.Le ridicule atteint ceux qui affichent tant d'arrogance et de certitudes sur l'avenir lointain et sont de moins en moins en mesure de traiter les problèmes simples dont ils ont la charge. Il n'est pas exclu qu'un nombre de plus en plus élevé de grenoblois se pose des questions et établisse le même constat. 

2 Comments

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.