3ÈME CIRCO : CLÉMENT CHAPPET, CANDIDAT DES ANTI-PIOLLE, SOUTENU PAR L’OPPOSITION MUNICIPALE

On votera dans le sud de la ville aussi les 12 et 19 juin prochains pour les élections législatives. Une opportunité pour les grenoblois de s'exprimer à nouveau plus localement puisqu'Eric Piolle en fait une affaire personnelle en ayant imposé son candidat, Emmanuel Bodinier, contre sa base qui en avait désigné un autre.

ERIC PIOLLE VEUT IMPOSER BODINIER CONTRE ÉLISA MARTIN 

Une situation plus explosive en fait puisque Elisa Martin, sa Première Adjointe, est pressentie pour être candidate de Jean-Luc Mélenchon qui a écrasé les Verts à Grenoble. C'est de Paris, avec l'accord en négociation entre les Insoumis et les Verts, que sortira la fumée blanche : Éric Piolle parviendra -t-il à imposer là aussi son candidat et à éliminer les Insoumis de la Députation ? Ceux-ci accepteront-ils de passer aussi sous la table pour le siège de la 2ème circonscription (Saint-Martin d'Hères/Echirolles) au profit du parti communiste ? ça fait beaucoup de grosses couleuvres de la part d'un parti qui subit les effets politiques de l'affaire du Burkini, relancée par Piolle à un si mauvais moment. 

LA 3ÈME CIRCONSCRIPTION : TOUT LE SUD DE LA VILLE DÉLAISSÉ

Le sud de la ville, ce sont tous ces quartiers délaissés, ghettoïsés, où toutes les politiques socio-éducatives ont été abandonnées, des équipements tel la piscine des Iris ont été fermés. Éric Piolle et Elisa Martin, successivement Présidents d'Actis, ont conduit une politique d'attribution de logements catastrophique. A Villeneuve, au Village Olympique, même à Malherbe, les effets se font sentir. La situation demeure très dégradée à Mistral et invivable au Lys Rouge. Ces quartiers appartiennent à la 3ème circonscription dont la Députée est Emilie Chalas (LREM) qui a été remerciée par eux une première fois aux élections municipales de 2020 : elle a fini 4ème dans sa propre circonscription, témoignant de sa très faible implantation et de son maigre bilan pour les Grenoblois...

AILLEURS : LA BÉTONISATION INTENSIVE 

Mais ailleurs, les quartiers subissent la bétonisation intensive comme on le constate Cours de la Libération, à Jean Macé, sur la Presqu'ile. Il n'est pas exclu que les habitants se réveillent voyant disparaitre devant eux la vue sur les montagnes et le soleil. On sait ce qu'il est advenu par ailleurs du quartier Chorier-Berriat que Piolle voudrait fermer également. 

CLÉMENT CHAPPET INCARNE L'ALTERNATIVE

Dans ce contexte, l'ouverture de la permanence de Clément Chappet dans ce quartier, dès samedi dernier, démontre la volonté de celui-ci de représenter une alternative. Soutenu par LR, Les Centristes, l'UDI, Oser la France et par le groupe d'opposition municipale présidé par Alain Carignon, le candidat était entouré de nombreux jeunes et Nathalie Béranger, Brigitte Boer, Nicolas Pinel et Dominique Spini, Conseillers municipaux d'opposition étaient présents.

NE PAS ABANDONNER LE TERRITOIRE À L'EXTRÊME-GAUCHE

Tous les anti-Piolle, les grenoblois opposés à sa politique, se retrouveront aisément dans sa candidature. Avec sa suppléante Mylène Gourgand à ses côtés, il a lancé : "je ne me résous pas à abandonner ce territoire à la gauche extrême et ses alliés écologistes qui ont fait tant de mal à Grenoble et à sa métropole. Ils ont encore illustré leurs dérives récemment, par leur complaisance coupable avec ceux qui tabassent des militants de droite, ou encore en défendant l’autorisation du burkini dans les piscines municipales grenobloises."

UNE DÉPUTÉE SORTANTE AMBIGÜE

"Je ne peux pas non plus me satisfaire d’une députée sortante solidaire du bilan LREM loin d’être à la hauteur, avec l’explosion de l’insécurité, la dérive de nos finances publiques, le laisser-aller des dérives communautaristes. Trop souvent, ses prises de position nationales ont contredit son discours local : sur le burkini par exemple, elle s’y oppose à Grenoble mais à l’assemblée nationale, elle n’a pas soutenu l’amendement du sénateur Michel Savin pour l’interdire."

CLÉMENT CHAPPET : LA CANDIDATURE ANTI-PIOLLE

Les Grenoblois qui veulent sanctionner Eric Piolle, ses alliés et leurs dérives les 12 et 19 juin prochains ne doivent pas s'y tromper : le seul bulletin de vote utile sera celui de Clément Chappet.

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.