LÉGISLATIVES: MANOEUVRES POLITICIENNES de PIOLLE ET SES AFFIDÉS

C'est reparti comme en 14. ils ont déjà enjambé le second tour de la présidentielle. Les Rouge/Verts grenoblois veulent obtenir de JL Mélenchon le siège de la 3 eme circonscription législative qu'ils jugent gagnable. Éric Piolle a même désigné " son" candidat contre le vote des militants Verts qui en avaient choisi un autre: Emmanuel Bodinier. Il lui ressemble. Entièrement "woquiste" , totalement sociétal, imperméable à la misère sociale : " extrême droite, climat, racisme, féminisme " étaient les thèmes de sa tentative de réunion le 21 avril avec Éric Piolle avenue Marie Reynoard au ... " Maxi Tacos". Pas au bar radis.

"LE PARLEMENT LOCAL"  AU MAXI TACOS ,RISÉE DES RÉSEAUX 

Inutile de dire que ce ne fut pas un franc succès et les internautes s'en sont donné à coeur joie. Car Piolle et Bodinier ne faisaient pas une réunion comme les autres mais " un parlement local" à eux tous seuls. Leur grandiloquence et leur suffisance sont inversement proportionnelles à leurs résultats : " vous allez aussi parler insécurité, saleté, bétonisation ?" leur demande un grenoblois. Non. Surement de la violence faite aux femmes au moment ou une responsable de LR , Hanane Mansouri est violemment agressée par leurs nervis " antifas" dans le cadre de la lutte contre " l'essstrême droite" qui est partout, contre le fascisme en marche (!),  ce qui permet tout. 

E.PIOLLE MULTIPLIE LES "APPELS" POUR SON CANDIDAT

En parallèle le Grand Timonier a lancé un appel "  à désigner une candidature unique de la gauche écologiste par circonscription" . Elle est signée aussi de Pierre Didier Tchetche (élu départemental Générations et PEPS), Annie David, sénatrice honoraire de l’Isère PCF, Pierre Labriet, adjoint au maire d’Échirolles, candidat PCF dans la deuxième circonscription, Zaim Bouhafs, adjoint au maire d’Échirolles (LFI). Ce dernier est lié à Piolle par le mois " décolonial" dont son fils est l'organisateur.

OBJECTIF : NE RIEN LAISSER à JL MÉLENCHON

La répartition des deux circonscriptions gagnables est simple : la 3 eme aux Verts et la deuxième au PCF. Ce qui permet d'éliminer les Insoumis de la Députation dans l'Isère. Pas belle la vie? Mais ça n'empêche pas Éric Piolle d'affirmer qu'il faut "accorder une majorité de circonscriptions à l’Union populaire pour être cohérent avec le résultat du premier tour de la présidentielle" . Il est prêt à donner toutes les autres circonscriptions de l'Isère non gagnables aux amis de Mélenchon. On aime sa mauvaise foi et sa Tartufferie prétentieuse quand elles s'exercent au détriment de "ses amis". Elisa Martin dispose d'une grande capacité à avaler des couleuvres.

LE COUP TORDU DU " PRINTEMPS ISÉROIS" DIFFICILE à RÉPÉTER

Les Insoumis lui répondent d'ailleurs ( DL du 22/4/22): « Les négociations se passeront au national. Il n’y aura pas de négociations départementales à la carte ». Que Piolle plaide sa cause auprès de Mélenchon auquel il a aussi fait la leçon entre les deux tours! Le coup du " printemps isérois" sera difficile à refaire: les Rouge/Verts ont imposé leur apparatchiks partout aux élections départementales et ce fut la Bérézina; Hors de Grenoble seul un affidé total, subventionné, au service du Guide, a été élu : Jérôme Curarollo et encore avec l'appui de Laurent Amadieu le Maire (Verts) de St Egrève qui fait tout, lui, pour faire oublier son statut d'apparatchik du parti.

ILS SE BATTENT POUR LE MAGOT D'UNE POPULATION QU'ILS PENSENT CAPTIVE

Toute cette politicaillerie démontre la réalité des sentiments de la gauche et des Verts: ils veulent faire du sud de la ville un Bantoustan électoral à leur profit mais au détriment de populations abandonnées comme en témoigne la ghettoïsation accélérée des quartiers. Chacun d'eux veut prendre le magot de cette "clientèle" qu'ils pensent captive. Sauf qu'elle peut se révolter en voyant la façon dont elle est  considérée. Les généralités Piollesques d'Emmanuel Bodinier au Maxi Tacos ne sont pas de nature à la rassurer, tant elles sont loin de ses préoccupations.

TOUJOURS FACE à L'EXTRÊME DROITE....

Pour l'enfumer Éric Piolle multiplie les appels avec ses affidés ( Antoine Back, Nicolas Kada, Nicolas Beron-Perez, Anne-Sophie Olmos , Bernard Macret) qui sont de tous les coups tordus: « Face à une extrême droite ouvertement raciste et réactionnaire et un ultra néolibéralisme teinté d’autoritarisme avec comme seul horizon l’explosion des inégalités, la division actuelle ne peut plus durer » lancent -ils notamment pour ranger les Insoumis derrière son panache Rouge . On ne comprend pas qu'Antoine Back ( LFI), signataire de cet appel,  n'ait pas tout compris. Rappelons au passage que le racisme est un délit et, exprimé, doit être condamné par la justice. 

... ET A " L'ULTRA-LIBÉRALISME ..." 

Quand à " l'ultra-libéralisme " dans un pays au niveau de prélèvements obligatoires le plus élevé des pays occidentaux afin de permettre la redistribution également la plus élevée, cela relève du mensonge idiot. On peut discuter de l'efficacité de la répartition, même de son niveau, mais nier son existence  en dit long sur le dogmatisme des Verts. 

E.PIOLLE VEUT IMPOSER LE SILENCE à GRENOBLE et à SES PARTENAIRES

Le technique est donc connue. Leader des " antifas" des " antiracistes" Éric Piolle fait feu de tous bois afin d'imposer le silence à ses partenaires comme à toute la ville. Il définit seul qui a le droit à la parole, à l'existence et s'érige en fléau de la balance pour dire le juste, le bon et le droit. Est quasi fasciste ou (et) raciste, celui qu'Il désigne et disqualifie comme tel. Le tour est joué.

SES NERVIS TABASSENT COMME DES GARDIENS DE LA RÉVOLUTION

Ses nervis s'érigent en gardiens de la révolution en tabassant dans Grenoble tout ce qui ne correspond pas à la doxa locale. Même les tagueurs revendiquent le droit de frapper ceux qui défendent leur propriété. Mais cette extension du domaine de la lutte à ses alliés en voulant leur imposer sa domination se heurte aussi au mur de la réalité: son résultat électoral minable de Jadot à Grenoble ne justifie aucune supériorité. 

IL NE PEUT ÊTRE ARRÊTÉ QUE PART LE RÉÉL 

Décidément ou que l'on se tourne, sur tous les dossiers, les sujets et les rodomontades de Piolle, on découvre chaque fois ce qui l'arrête : le retour du réel qui est le seul obstacle contre lequel il ne peut rien. 

3 Comments

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.