38 D’ALEMBERT: B.BOER et C.CHAPPET ATTAQUENT LE BAIL

Depuis 7 ans, le squat du 38 rue d’Alembert génère nombre de bruits et nuisances pour les riverains, dégrade le quartier avec des tags “anti-capitalistes”, fait baisser la valeur des biens alentours.

La majorité Piolle a décidé de pérenniser cette situation. Lors du dernier conseil municipal, les élus ont voté la signature d’un bail de... 40 ans pour ce local que la ville a payé 340 000 €.Le collectif anarcho-gauchiste créé pour l’occasion, qui se revendique “espace de ressources pour les luttes anti-capitalistiques et anti-autoritaires”, bénéficiera ainsi des locaux pour une somme dérisoire (un peu plus de 300 euros par mois pour 850m2 de locaux).

MARCHÉS SANS APPEL D'OFFRE, LA DIRECTION GÉNÉRALE OFFERTE à P.KERMEN (Verts/Ades) 

Une situation intolérable du point de vue de la démocratie et de l'argent public. Brigitte Boer, Conseillère Municipale d'opposition et Clément Chappet, tous deux candidats aux élections législatives dans les 1ere et 3 eme circoncription ont chargé Me Thierry Aldeguer, du barreau de Grenoble, spécialiste du droit administratif d'attaquer ce bail inique. Cette opération ressemble au copinage éhonté qui a prévalu dans le marché de la fête des tuiles sans appel d'offres, qui vaut à Éric Piolle un passage en correctionnelle. Ou bien la direction générale de la SEM Innovia  donné à Pierre Kermen ( Verts/Ades) , ex tête de liste des Verts aux municipales, sans compétence sur le sujet,  qui a couté 335 000 € au contribuable, selon la Chambre Régionale des Comptes. 

B.BOER et C.CHAPPET: LIBERTÉ D'EXPRESSION MAIS PAS SUR LE DOS du CONTRIBUABLE

Dans leur démarche, Brigitte Boer et Clément Chappet expliquent bien être "attachés à la liberté d’expression " mais ne peuvent  "se résoudre à ce que des mouvances ouvertement politiques, proches idéologiquement de la majorité municipale en place, soient ainsi logées aux frais du contribuable Grenoblois".

Me T.ALDEGUER : " RIEN NE JUSTIFIE UNE PRÉFÉRENCE PARTICULIÉRE" 

Dans on mémoire déposé au tribunal Administratif Me Aldeguer estime qu'il n'y a pas d'intérêt communal à consentir ce bail, ajoutant : "rien ne justifie localement que l’on accorde une préférence particulière à cette association qui a des visées politiques, sous couvert d’activités prétendument sociales, et là encore, l’intérêt communal est absent." Il demande donc à la justice d'annuler ce bail inique. 

 

LE PROCÉS DE PIOLLE A ENCORE ÉTÉ REPORTÉ

Quelle sera la décision? Personne ne peut évidemment en augurer compte tenu de ce que l'on sait du fonctionnement judiciaire grenoblois. Rappelons que l'instance pénale devant laquelle Éric Piolle devrait comparaitre depuis septembre 2018 , date à la quelle le rapport de la Chambre Régionale des Comptes a révélé les marchés sans appels d'offres consentis aux amis, il a fallu attendre 2021 pour qu'une date de procès soit fixée au 1 etr mars 2022. Mais le Procureur Alex Perrin, après avoir entendu les parties ( à savoir Piolle et Fristot ,partie civile) a décidé de reporter encore le procès au second semestre 2022...Il pourrait aussi le supprimer. Pourquoi le faire comparaitre? 

On verra ce qu'il en est dans l'affaire du 38 d'Alembert. Mais c'est déjà une très bonne nouvelle que Brigitte Boer et Clément Chappet se dressent pour défendre la démocratie et le contribuable grenoblois. Ils ont besoin d'eux.

2 Comments

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.