GRENOBLE N’A PAS DE MAIRE

En réalité Grenoble n'a pas de Maire. Au sens d'un chef d'équipe, d'un animateur, d'un regard, d'un intercesseur, d'un surveillant. Il manque terriblement à la ville. Eric Piolle se contente, de loin, d'annonces plus ou moins gérées par des services livrés à eux mêmes, sans référents, ni appel possible à qui que ce soit. Voilà la grande explication de l'évolution de la ville telle qu'elle est ressentie par des milliers de grenoblois.

L'ABATTAGE DES ARBRES GRANDS SUJETS EN BORDURE DE L'AUTOPONT ...

Chaque exemple peut être lu à l'aune de cette absence. Le dernier, l'abattage des arbres - des grands sujets- en bordure de l'auto-pont de Grand Place figure dans cette longue liste. On imagine parfaitement qu'un Maire attentif et présent aurait tout de suite recherché directement avec les responsables du chantier les moyens de les préserver. C'est son devoir. En particulier à lui, avec son discours sur les arbres.

... COMME à JEAN BRON, à la GARE, à VICTOR HUGO...

Mais sur ce seul sujet des arbres, l'abattage de ceux de la piscine Jean Bron au moment des travaux, des cerisiers du japon place de la gare au moment de la création de l'autoroute à vélo, ou bien d'une partie de la place Victor Hugo aurait été empêchée sans difficultés:  les mêmes travaux et aménagements auraient pu être réalisés en sauvant ces arbres. ( voir photos ci-dessous) 

 

UN MAIRE ATTENTIF NE LAISSERAIT PAS ACCOMPLIR CES ACTES

Un Maire de Grenoble attentif à la ville ne laisserait jamais accomplir ces actes. Parce qu'il les connaitrait. Echangerait avec ses Adjoints au Maire, les Présidents de SEM, suivrait leur actions dans la ville afin de coordonner, améliorer, prendre en compte les problématiques des habitants, des commerçants, exiger sans cesse des embellissements. 

DES RUES ENTIÉRES SONT BEYROUTH PENDANT DES ANNÉES 

Des rues entières - ce fut le cas de la rue Thiers- ne resteraient pas des mois et des années en travaux parce que ceux-ci se succèdent sans qu'aucune anticipation n'ait été effectuée pour contraindre les SEM à les regrouper. Actuellement la rue Voltaire est sinistrée par une pagaille sans nom au moment ou Eric Piolle a aussi choisi de fermer les accès à Notre-Dame-Sainte-Claire. Alan Confesson , Président (Verts/FI) de la Compagnie de Chauffage a probablement appris les travaux de sa société comme les habitants! En tout cas il n'a aucunement organisé leur compression avec ceux de la ville et de la Métro. Les usagers de la rue n'ont plus que leurs yeux pour pleurer afin d'échanger avec lui, Barbara Schuman ( Verts/FI) au titre de la Métropole qui se renvoient la balle de leur incompétence.

 

FERMETURE NOTRE-DAME/SAINTE-CLAIRE AVANT TOUT EMBELLISSEMENT ET ACCÉS

La vie quotidienne des grenoblois est affectée par cette carence massive de son Maire. Jamais Eric Piolle n'a manifesté d'attention particulière à la vie quotidienne des grenoblois comme ceux-ci le constatent avec la malpropreté, les poubelles qui débordent, l'insécurité endémique, la ghettoïsation des quartiers jusqu'à Hoche au centre ville. Des opérations soudaines comme la fermeture de Notre-Dame/Sainte Claire sans aucun préalable, aucun embellissement, qui produit une baisse d'activités jusqu'à moins 50 % au marché Sainte Claire comme les frères Di-Girolamo le révélaient au DL dernièrement ( (29/12/21), relèvent de la même indifférence.

AU LYS ROUGE: LE DERNIER LIEN SOCIAL VA FERMER 

L'abîme social est le même: le quartier du Lys Rouge voit menacée la seule structure d'économie sociale et solidaire qui maintenait un lien dans un secteur gangrené par la drogue. Comme l'explique au DL ( 27/1/22) son animatrice, Anouchka Michard, fondatrice de la Papothèque il manque 10 000 € pour fonctionner. Eric Piolle n'a jamais levé le petit doigt alors qu'elle est locataire d'Actis dont il était le Président. Pour comprendre le degré de son mépris, il faut rappeler qu'il consacre 110 000 € pour des WC à éolienne parc Paul Mistral, 50 000 € pour des toilettes sèches parc de Marliave. Certains internautes nous écrivent pour nous dire que nous mettons un zéro de trop à ces chiffres. Ce n'est pas le cas. 

 

 

" IL EST VRAIMENT LONG CE MANDAT MUNICIPAL "

" Il est vraiment long ce mandat municipal". En effet. Egalement pour Eric Piolle qui voulait en finir dès sa réélection en partant pour l'Elysée auquel il a consacré la première année de son second mandat. Puis il espérait partir aux législatives de juin prochain mais le procès en correctionnelle du 1 er mars vient perturber ce programme de secours. Il faudrait donc attendre un siège Européen en 2025 pour enfin se détacher officiellement de cette quotidienneté qu'il ne veut pas voir. Grenoble souffre de ce détachement hautain que rien ne justifie. 

E.PIOLLE POURRAIT CHOISIR UN BRILLANT DESTIN LÉGISLATIF

En révélant publiquement " le mépris" qu'Eric Piolle réserve aussi à ses propres élus, la férule du cabinet auquel ils doivent obéir, Chloé Le Bret ( Verts/FI), démissionnant,  a bien confirmé l'état réel des lieux que rien ne peut plus cacher. Le Roi est nu. Cela peut il encore durer 4 ans? La question évidente que doit se poser la majorité municipale aussi.  Il ne peut être exclu que certains valeureux ne fassent valoir au Grand Timonier, dans des termes suffisamment respectueux de Sa Grandeur, qu'il est temps de choisir un brillant destin législatif. 

A.S.

One Comment

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.