RUE VOLTAIRE : LE ROULEAU COMPRESSEUR MUNICIPAL

«  Les travaux soudains de la rue Voltaire et le renvoi de balles entre la municipalité, la Métro, la compagnie de Chauffage démontre à nouveau qu’il n’y a pas de pilote dans l’avion de la gestion de Grenoble. Le rôle d’anticipation, de coordination appartient au  Maire et son absence de la ville du fait de son ambition nationale produit des effets délétères dans tous les quartiers » . Pour Alain Carignon , comme l’avait également dit Olivier Noblecourt (PS) au Conseil Municipal : » la ville est un canard sans tête ».

LA PAGAILLE MUNICIPALE ATTEINT SON PAROXYSME

La pagaille atteint son paroxysme avec une rue voltaire soudainement paralysée par des travaux urgents engagés par la Compagnie de Chauffage au moment ou tout le quartier aurait besoin de voie de respiration pour les accès puisque des travaux lourds sont engagés place Notre Dame et Place Sainte Claire. Ce qui frappe le plus ? Visiblement les élus ne maitrisent aucunement la machine municipale qui n’est pourtant pas trop compliquée à comprendre.

Alan CONFESSON ( Verts/FI): UN CUMUL D'INCOMPETENCE

Alan Confesson ( Verts/FI) est à la fois Président de la Compagnie de Chauffage et Adjoint au Maire chargé du secteur Voltaire/Notre Dame. Il semble avoir appris les travaux comme les grenoblois qui en sont victimes. Aucune information préalable n’a été mise en place. Evidemment aucun aménagement pour préserver un accès correct aux habitants et aux activités de la rue. Rien. 

E.PIOLLE NE FAIT PAS LE MINIMUM SYNDICAL

Le rôle du Maire dans une ville est de coordonner les Adjoints et les SEM afin d’éviter les chevauchements de travaux, leur répétition qui polluent la vie des habitants et pénalisent le commerce. Avec Eric Piolle ce travail minimum est totalement abandonné. Par exemple rue Thiers depuis deux ans la compagnie de chauffage, GEG, la ville se succédent pour des travaux divers parce que jamais Eric Piolle , Maire n’organise une coordination entre Alan Confesson ( Cie de Chauffage) Vincent Fristot ( GEG) , la ville, la Métro, le SMMAG pour que le calendrier des travaux coïncide avec celui de la ville.

DES ADJOINTS FARFELUS

D’ailleurs les Rouge/Verts ne comptent pas d’Adjoint aux Travaux. Trop vulgaire, trop simple. Un élu présent pour réduire au minimum l’impact des travaux sur la population, veiller à ce que les décisions prises pour qu’ils se déroulent concomitamment entre la ville et tous les autres intervenants, bref ce qui relève de la vie quotidienne des grenoblois,  ne les concerne pas.   Mieux vaut un Adjoint «  à la fraîcheur » un autre à « l’urbanisme transitoire » à «  la vitalité de proximité «  ou encore aux  « Risques (!), prospective, évaluation et nouveaux indicateurs, stratégie alimentaire". 

E.PIOLLE PASSE LE MUR DU SON DU CYNISME

Le résultat de cette démagogie est l’abandon du réel et la possibilité donnée à Eric Piolle d’y échapper en pérorant dans les médias, donnant des leçons à Macron sur Darmanin, ou bien accusant la gauche réunie de faire des «opérations de communication ». Venant de lui cette dernière saillie démontre à nouveau un cynisme et une mauvaise foi hors limites. Lui qui ne fait plus que de la com’ et surfe d’images en tweets sans plus jamais atterrir.

" IL N'Y A RIEN POUR LES LIVRAISONS" 

« Nous avons été mis devant le fait accompli. Quand on a demandé quels aménagements seraient possibles, on nous a réponduOn va y réfléchir”. On devait avoir un emplacement au bout de la rue pour les livraisons : or il n’y a rien » ont expliqué les malheureux commerçants de la rue Voltaire à Isabelle Calendre ( DL du 23/5/21).

S.GRONDEAU AU DL: " NOS COMMERCES DEPENDENT du PASSAGE"

Ajoutant : « il n’y a pas eu de concertation (…) Si on nous avait reçus, on aurait pu évoquer des solutions alternatives pour les commerces (déménagement temporaire dans des locaux vides en ville, compensations). Mais pour cela, il fallait anticiper », regrette Stéphanie Grondeau, présidente de l’association des Vieilles rues des Halles. Le problème touche toutes les activités : de ce tapissier qui ne peut plus réceptionner les fauteuils, à ces riverains qui doivent slalomer sur les trottoirs en évitant vélos ou trottinettes. Avec des conséquences parfois lourdes : perte de chiffres d’affaires (« Nos commerces dépendent beaucoup du passage dans la rue, des gens qui s’y garent aussi »), voire remise en cause de l’activité. »

LES LOCAUX VIDES? UN OPERATEUR POUR LES RECENSER!

Les locaux vides ? Le dernier Conseil Municipal a décidé de mettre en place un nouvel opérateur foncier à la fin 2021 ( !) pour les recenser ! Alors qu’ils appartiennent à la ville ou ses SEM, qu’ils sont connus. Qui ignore que l’ancien Musée de la Place de Verdun est abandonné depuis 20 ans ? Qui ne voit pas les locaux municipaux de la rue Jay , en plein centre- ville, qui tombent en décrépitude ? Et rue Très-Cloitres tous les locaux qui appartiennent à la ville ou à Actis ( Présidents Eric Piolle et ELisa Martin) ?

NOTRE DAME: LES ENGINS AU MILIEU DE LA PLACE 

« Slalomer sur les trottoirs en évitant vélos ou trottinettes » comme le disent les habitants est vrai partout. Place Notre-Dame Alain Carignon a fait remarquer au Conseil Municipal que l’installation des engins de chantier au milieu de la place avait réduit les espaces piétons et rendu très difficile la cohabitation des modes de déplacement. Alors qu’il existe une emplacement large et vide devant le Musée de l’Evêché bien moins gênant. Dominique Spini, Conseillère Municipale d'opposition qui a rendu visite hier aux commerçants de la rue Voltaire a recueilli leurs doléances.

A.CONFESSON PREFERE PERORER 

Pour les entendre, faudrait-il que Grenoble ait un Maire, que l’Adjoint Confesson, « le révolutionnaire » d’opérette, trop content de cumuler maintenant les postes indemnisés en échange d’une lamentable soumission au chef, soit capable de regarder autre chose que son propre nombril et de sortir de ses pseudo-analyses politiques dépourvues de toute éthique.

LA MUNICIPALITE FERME LA RUE BAYARD le 31 MAI

Rappelons qu’en parallèle la municipalité va fermer par anticipation l’accès par la rue Bayard dès le 31 mai ! Comme on le voit la réflexion intelligente est la principale matrice des Rouge/Verts grenoblois. Alain Carignon a écrit à Eric Piolle pour lui demander de revoir ce calendrier pour permettre l'accès rue Voltaire. 

O.CURTO : " AUCUN MOYEN POUR L'EMBELLISSEMENT"

La semaine dernière Olivier Curto, Président des Commerçants de la place Notre Dame s’est associé  « pleinement à la pétition lancée par l’Union Commerciale de l’Estacade et des commerçants du marché Sainte-Claire et appelle les grenoblois à signer par mail envoyé à uc.estacade@gmail.com . «  Ajoutant : « Nous sommes très inquiets des conséquences des décisions prises brutalement sans consulter personne. Il n’y a visiblement aucun moyen pour réussir un embellissement, aucune prise en compte des problèmes posés par la piétonisation des rues Brocherie et Chenoise, ni de la sécurité, ni de la cohabitation des modes de déplacements, de la protection des piétons, ni même de végétalisation puisque la municipalité n’a même pas obtenu l’engazonnement de la voie de tram entre la place Saint Claire et le Musée.

" TIRER L'ESPACE PUBLIC VERS LE BAS"

"Tirer encore  l’espace public vers le bas et appauvrir les commerces aurait des conséquences graves sur le centre-ville et nos marchés, lieux de vie et de convivialité. La municipalité ne peut pas prétendre détenir seule la vérité et vouloir passer en force. Elle doit écouter les habitants et les commerçants qui réclament la création d’une zone de rencontre avec la priorité donnée aux piétons »  conclut Olivier Curto.  

Le tweet d'hier d'Alain Carignon

A.CARIGNON: " UNE VILLE A BESOIN D'UN ANIMATEUR PASSIONNE"

«  Samedi les collectifs d’habitants de l’avenue de Washington ont remis «  le prix de la qualité de vie pourrie » au Maire et à la Métropole à la suite des travaux engagés sans avoir questionné personne » a encore rappelé Alain Carignon dans son dernier communiquéConcluant : « Eric Piolle doit se ressaisir : il ne peut pas continuer de produire des images de lui sur les terrasses des cafés dans toute la France comme mercredi encore à Poitiers pour donner des leçons au monde et laisser Grenoble en déshérence aux mains des bureaux et des logiques techniciennes . Une ville a besoin d’un chef d’équipe , d’un animateur passionné et mobilisé. Grenoble n’en dispose pas et les habitants comme son économie en sont les victimes »

LES HABITANTS PEUVENT S'EXPRIMER LES 20 et 27 JUIN

La rue Voltaire est  membre d’une longue liste de ces dysfonctionnements graves qui s’accumulent sur le sol grenoblois. Mais « Dieu se rit des créatures qui déplorent les effets dont elles chérissent les causes » (1) .

Les habitants de ces quartiers ont renouvelé leur vote à Eric Piolle ou se sont abstenus, ce qui revient au même. On ne peut pas continuer à le soutenir, voter pour ses candidats aux élections Départementales et Régionales les 20 et 27 juin (2) et se plaindre de son mépris et des effets de sa politique. 

(1) Cette citation apocryphe de Bossuet est littérairement considérée comme la plus proche de la  forme authentique. 

(2) Dans ce quartier les candidats soutenus par l'opposition municipale sont Dominique Spini et Stéphane Dupont-Ferrier pour les élections départementales et la liste de Laurent Wauquiez pour les élections régionales.

One Comment

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *