BURKINI : LA MUNICIPALITÉ DANS LA TOURMENTE

 

Charger Antoine Back ( Verts/FI) de déminer la question du Burkini, c'est comme envoyer un char d'assaut repérer des grenades au sol : "Ce sera pas forcément une décision unanime mais elle sera collective. Et il va falloir qu’elle arrive vite, pour le bien de tous" déclare -t-il ( DL du 22/1/22)  . La veille dans le  DL ( 21/1/22)  il estimait que  « le débat commence tout juste au sein de notre groupe . Nous devons avancer sereinement, mais la réflexion n’est pas terminée» . 

A.BACK ( Verts/FI) : LA MUNICIPALITÉ N'A PAS EU LE TEMPS DE RÉFLÉCHIR DEPUIS 2019

Il semble qu'en deux jours une certaine panique ait saisi la municipalité Piolle face aux rebondissements de la fracassante démission de Chloé Le Bret ( Verts/FI) sur fond d'accusation  de " mépris des élus" de la part du Maire. On comprend que " le bien de tous " devient urgent. Car la malheureux Antoine Back, contraint de répéter sans marge  les éléments de langage du cabinet , doit expliquer que depuis les premières opérations de l'Alliance Citoyenne, les positions favorables très claires d'Eric Piolle sur le Burkini , la municipalité n'avait pas eu le temps de réfléchir. D'ailleurs les élus " ont eu un temps de formation sur la laïcité cet automne " (!).  Eric Piolle qui pérore dans les médias sur le sujet n'avait pas trouvé le temps de leur en parler pris par ses obligations ? 

LA FORTE OPPOSITION DE LA DROITE, UNE PARTIE de la GAUCHE et des LAÏCS 

On accélère donc pour arriver à une décision " d'ici la fin de l'hiver" . La forte opposition de la droite à laquelle notre collectif a participé, d'Alain Carignon et du groupe d'opposition qui sont monté au créneau plusieurs fois, d'une partie de la gauche dont Laetitia Rabih , Vice-Présidente ( PS ) de la Metro a pris la tête et de  nombreux laïcs sincères dont Naëm Bestandji se fait le porte parole, aura constitué un front le contraignant à tergiverser maladroitement.

PIOLLE NE DISPOSE PAS D'UNE MAJORITÉ DANS SA MAJORITÉ

De plus  la division est très forte dans la majorité municipale dont une grande partie refuse de suivre Piolle dans cette dérive. On sa rappelle que Sadok Bouzaienne, Adjoint au sports s'y était opposé et n'a pas été reconduit comme Adjoint, puis exflitré du Conseil. Ce sont les élus de JL Mélenchon qui s'opposent à la frange extrémiste des Verts. On sait qu'Elisa Martin, Alan Confesson et d'autres ne sont pas du tout sur la ligne Piolle. Pour la première fois, Il ne dispose probablement pas de majorité dans sa majorité, ce qui le contraindrait à un humiliant recul.

 

CANDIDAT PRÉSIDENT IL VOULAIT TOUT PERMETTRE AU NOM DE LA LAÏCITÉ

"On peut sans doute aucun dire que cette fois, on a touché le fond. Et que la question est en train de sérieusement patauger dans l’eau croupie" juge de son côté Patricia Cerinsek dans " L'éclaireur Rhône-Alpes" rappelant la demande croquignolesque de Piolle au Premier Ministre lui demandant de  « de fixer l’ensemble des critères d’interdiction en fonction de leur taille, de leur matière et de surface de contact avec la peau ou, à défaut, de déterminer les seuils de particules nocives que peuvent fixer ces tenues et qui ne seraient pas acceptables d’un point de vue sanitaire ». On était loin de ses déclarations flamboyantes de candidat aux présidentielles pour lequel les règles de la laïcité n'interdisaient rien dans l'espace public: des femmes en Burka envahissant nos rues devenait donc possible selon lui.

DANS L'IMPASSE DU FAIT DE  SA DUPLICITÉ AVEC L'ISLAMISME POLITIQUE 

Mais sa légèreté et sa duplicité avec l'islamisme politique le conduisent dans l'impasse . Car le lobbying de l'Alliance Citoyenne fortement financé par divers intérêts, ne va pas en rester là .Dans le cas d'une décision négative, elle a averti :« nous n’excluons pas d’activer le deuxième niveau d’interpellation,  mais surtout de reprendre nos actions sans attendre l’été prochain » ( Dl du 14/1/22) .

LA TARTUFFERIE DES "INTERPELLATIONS CITOYENNES " ÉTABLIE  

Au passage cet épisode aura démontré l'ampleur de la Tartufferie des " interpellations citoyennes" et autres billevesées qui ont chaque fois rempli leur objectif: jamais les citoyens n'ont pu faire remonter ou faire décider différemment de la municipalité!

 

L'OPPOSITION AVAIT DONNÉ LES SOLUTIONS DÉS 2019

Dès le départ des opérations , en 2019, Alain Carignon et  le groupe d'opposition lui avaient demandé de rappeler les principes, de s'appuyer sur le règlement d'hygiène existant, appliqué à tous, même aux hommes dont le short est refusé. Mais comme à son habitude Eric Piolle voulait jouer au plus malin et, renonçant aux principes et aux valeurs, glaner des suffrages dans cette frange qui veut remettre en cause les piliers de notre vivre ensemble et instrumentaliser les musulmans à des fins politiques. L'immense majorité d'entre eux s'en tient d'ailleurs éloignée. 

PIOLLE: UNE MACHINE A CRÉER DES MÉCONTENTS 

Le bilan est calamiteux: il se retrouve avec une mèche allumée qui divise sa majorité laquelle va s'opposer sur ce dossier . Mais de " façon collective" comme dirait Back. Eric Piolle  ne réussissant pas à faire à Grenoble ce qu'il proposait - rien que ça- pour la France. La crédibilité du candidat à la présidentielle de 2026 ne va pas être améliorée. Il est devenu une machine a créer des mécontents: parmi ses élus comme parmi ses électeurs .Au lieu d'additionner les suffrages,  il les soustrait. On comprend que ceux qui doivent lui succéder localement s'inquiètent et ne suivent plus.

AVANT LE PROCÉS, IL SE SERAIT BIEN PASSE DE CE TINTAMARRE

A deux jours d'une nouvelle épreuve judiciaire - celle du 26 janvier- ou le tribunal va traiter en référé  la demande de Brigitte Boer de la prise en charge illicite - ou non- de ses frais d'avocats par la ville , il se serait bien passé de ce tintamarre. Mais il aura tout créé uniquement lui-même par ses seules foucades et décisions. A qui s'en prendre?

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.