POLLUTION : LE RIDEAU DE FUMÉE CACHE L’ESSENTIEL

"Malgré le confinement de novembre, la pollution  continue de sévir dans la région avec un épisode marqué depuis dimanche en Isère"  s'étonne Jean-Benoit Vigny dans le "Dauphiné". 

Le journal donne naturellement la parole à Atmo l'organisme de contrôle de la pollution proche des élus qui dirigent la ville et l'agglomération. 

"GRENOBLE à COEUR" A RELEVÉ LE FOND du PROBLÈME

Pourtant le collectif d'Unions de Quartiers et d'associations  "Grenoble à Coeur" a effectué un travail important et déjà souligné ce fait lors du premier confinement : la baisse de la circulation n'avait pratiquement pas entrainé de baisse des polluants les plus dangereux.

LE PLAN PIOLLE N'A PAS FAIT BAISSER LA POLLUTION 

Ce qui corroborait le bilan du plan de circulation d'Eric Piolle qui avait fermé Grenoble à la circulation. A minima reconnaissait Atmo ce plan n'a pas fait baisser globalement la pollution mais il l'a augmentée pour les populations des rues ou la circulation a été reportée (Rues Hoche,  Lesdiguières, Gambetta, Championnet, Ampère, boulevards...). Ce qui fait du monde. 

LE CHAUFFAGE INDIVIDUEL PRINCIPAL RESPONSABLE

En réalité selon Atmo "le trafic contribue pour 15 % des émissions de particules fines" 

Les faits sont clairs et répétés une fois encore par le DL : "Le chauffage individuel non performant est le principal responsable des émissions de polluants".

Géraldine Guillaud d'Atmo entre dans le détail « L’épisode de pollution en cours concerne les particules fines (PM10), qui sont un polluant majoritairement émis par le chauffage, notamment les systèmes non performants alimentés en bois » explique-t-elle.

LES PARTICULES FINES SONT PLUS DIFFUSES

 « Ces particules sont plus diffuses parce que les habitats sont plus dispersés. La part du secteur résidentiel dans l’émission de particules fines est de l’ordre de 55 %. Et beaucoup de monde est actuellement chez soi… Et se chauffe."

La densification de la ville est donc bien l'un des facteurs de l'aggravation de la pollution comme l'absence d'espaces de respiration. 

DES PLANS RATAPLANS RONFLANTS ET PAS APPLIQUÉS

Mais au lieu de regarder les faits en face, Eric Piolle et son exécutant, Yann Mongaburu le tout nouveau et toujours sobre avec lui-même,"Vice Président au défi climatique" (!) de la Métro, continuent avec leurs rideaux de fumée. Ils adoptent des plans rataplan d'autant plus ronflants chaque fois qu'ils ne sont jamais appliqués dans leur totalité. 

UN VICE PRÉSIDENT PS AVAIT DÉMISSIONNÉ "PAR ÉTHIQUE"

Le Conseil Métropolitain du 20 novembre n'a pas failli à la tradition. Depuis 2004 ils votent des plans. Si efficaces que JM Uhry l'un des Vice-Présidents (PS) à l'Environnement avait démissionné "par éthique" en 2014 car le plan anti-pollution n'était pas appliqué. 

ON PASSE DE MOINS 50 à MOINS 60% des GAZ a EFFETS de SERRE ....

Le 20 novembre on a assisté un une surenchère de plan entre le PS Pierre Verri et Yann Mongaburu (Verts/Ades) qui veut prouver qu'il bouge encore. Le plan du premier prévoyant 50 % de baisse des gaz à effets de serre d'ici 2030. Le second a proposé un amendement pour les baisser de 60 % ! Suspension de séance, accord des Verts et du PS et hop le tour est joué. Ils ont voté ensemble. La question est de savoir pourquoi "seulement" 60 % ? C'est si facile d'annoncer.

.... ENTRE DEUX PORTES 

Personne n'était dupe de la grossièreté démagogique de Yann Mongaburu. "Ce n'est pas très sérieux de passer de moins 50 à Moins 60 dans la même séance. On se bourre le mou en votant des tas de trucs alors qu'il faudrait se mettre d'accord sur des actions structurantes" a lancé Laurent Thoviste un élu de la nouvelle majorité de Fontaine.

LES PROMESSES N'ENGAGENT QUE CEUX QUI LES ÉCOUTENT

Tandis que Dominique Escaron, le Maire du Sappey en Chartreuse relevait qu'on "modifie le plan Climat Air Energie entre deux portes" et sur des objectifs essentiels.  Mais c'est parce que, comme les promesses de Piolle, ce plan n'engage que ceux qui l'écoutent. C'est seulement de la com'.

GRENOBLE PREMIÈRE POUR LA POLLUTION EN 2021

Comme à son habitude Alain Carignon avait ramené la question de la pollution au triste réel : "selon les nouveaux critères d'Atmo, Grenoble va devenir en 2021 la première ville de France pour les jours de pollution avec 109 jours. Mais vous ne réagissez pas et continuez pépère les plans multiples depuis une quinzaine d'années et pas appliqués pour certains d'entre eux."

Alain Carignon est intervenu pour dénoncer la com' et l'immobilisme 

 "FAITES QUE NOTRE TERRITOIRE NE SOIT PAS LE PREMIER"

Rappelant aussi "alors qu'il était recommandé de ne pas le faire vous avez continué à construire en bordure des axes pollués, A 480 et la rocade sud. L'objectif devrait être non pas seulement 2030 et 2050 mais de faire que notre territoire ne soit pas le premier pour les jours de pollution en 2021. Prenez cet engagement et tenez-le ! il est essentiel pour la santé de notre population et limage de notre Métropole" (DL du 23/11/20) 

CONSTRUCTION EN BORDURE DES AXES POLLUÉS : L'OMERTA

Cette affaire de la construction en bordure des axes pollués est l'un de scandales à venir. Pour l'instant il est étouffé par le fait que cette politique d'urbanisme est commune aux élus Verts, PS et PC de l'agglomération. Existe donc une Omerta. 

ATMO : 700 PERSONNES EN BORDURE DES AXES POLLUÉS ?

Selon Atmo "il reste  700 personnes dans l’aire urbaine grenobloise exposées au dépassement de ces valeurs pour le NO 2 (dioxyde d’azote), ceux qui vivent à proximité des grands axes de circulation (A480, rocade sud notamment), sur une bande comprise de 50 mètres de part et d’autre de ces voies."

M.TAVEL et P.CLOUAIRE VEULENT CONTINUER

Ce chiffre parait extrêmement bas compte tenu des populations riveraines de A 480 et de la rocade Sud. Il est évident que dans ce contexte l'opération Bouchayer-Viallet est une aberration environnementale. Or il semble que la SEM Innovia présidée successivement par Maud Tavel et Pascal Clouaire, deux élus Verts/FI veulent continuer à densifier le secteur.

QU'EN EST-IL DES ÉCOLIERS DE L'ÉCOLE Joseph VALLIER ? 

Et qu'en est-il de l'école et du gymnase Joseph Vallier en bordure de A 480 ? Quelle est la responsabilité des élus qui se sont opposés pendant 20 ans à l'élargissement créant le 7 ème bouchon Français dont sont victimes les écoliers et les usagers du gymnase ? 

DES ACTIONS JUDICIAIRES COLLECTIVES 

Ces questions finiront bien par se poser avec l'acuité qu'elles méritent. Dans l'opposition dans une autre ville on imagine que les Verts auraient déjà engagé des actions judiciaires collectives en réparation des dégâts commis. 

Pas certain, malgré l'organisation très fermée du système local permettant aux élus de Verts et de gauche d'échapper à toute sanction, que cette protection perdure face à la prise de conscience qui s'accélère des méfaits de la pollution.

L'HEURE DE VÉRITÉ FINIRA PAR ARRIVER

Les "plans" et surenchères d'amendements sur des objectifs d'autant plus ambitieux qu'ils ne sont pas vérifiables, qui ont pour seul objet de créer ce rideau de fumée sur les graves manquements du passé et du présent n'y suffiront pas durablement non plus. L'heure de vérité sur ce dossier aussi finira par arriver. 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *