POLLUTION : L’ÉCHEC DE E.PIOLLE

Atmo l’organisme de contrôle de la pollution qui dépend des collectivités locales a rendu son rapport : le grand plan de circulation du Grand Timonier qui a tué l’économie locale  n’a pas fait globalement baisser la pollution. Mais elle a augmenté dans certains secteurs ou la circulation a été reportée (Championnet, grands boulevards, rue Ampère, cours Berriat…)

D.CHAPUIS : PETIT TÉLÉGRAPHISTE

Mais le directeur d’Atmo, Didier Chapuis, en zélé petit télégraphiste municipal, rappelle fortement que “globalement” aussi, comme dans toutes les agglomérations qui appliquent les réglementations Européennes la pollution baisse plutôt.

LE JOUR DU SONDAGE DE FRANCE INFO et du DL

Affirmer cela le jour ou le sondage sur le premier tour des élections municipales est publié n’est évidemment ni neutre, ni involontaire. Il démontre clairement un engagement politique totalement inapproprié . Car ce rappel crée la confusion.

DE LA 10 ÈME à la 5 ÈME PLACE POUR LES EMBOUTEILLAGES

Il permet de faire l’impasse sur la réalité des conséquences des décisions d’Eric Piolle. Ainsi le fait que l’agglomération passe en 5 ans de la 10 ème à la 5 ème place pour le temps perdu dans les embouteillages n’aurait aucune conséquence nulle part sur la pollution et la santé des grenoblois ?

La création de multiples ilots de chaleurs par la bétonisation, le macadam, la densification massive non plus ?

QUEL EST L’IMPACT “LOCAL” SUR LA SANTÉ ?

Ce que Atmo résume par ces mots : le plan de circulation « n’aurait aucun impact à part local ». Qu’est-ce à dire ? Quand on est un « local » de la place Championnet ou du bd Gambetta pourrait-on savoir ce qu’est cet impact «local » sur sa santé ? Grenoble à Coeur avait posé la question sans recevoir de réponse à notre connaissance.

5300 HABITANTS SUBISSENT UNE AUGMENTATION de POLLUTION

Car Atmo reconnaît que 5300 habitants (?) « subiraient une augmentation de leur exposition à la pollution ». Notez ce conditionnel étonnant de la part d’un organisme chargé de mesurer la pollution ! Alors que plus loin il évalue très précisément l’augmentation une “variation de 4 %”. Soit 4% de pollution supplémentaire !

PAS DE MODÉLISATION

Selon le GAM (Groupe d’Analyse Métropolitain) pourtant « on a déployé qu’une seule station de mesure à la caserne de Bonne, le reste étant des « mesures légères indicatives ». Le tout complété par une simulation de la qualité de l’air – non pas une modélisation« 

LE GAM : UN RÉSULTAT NON SCIENTIFIQUE

Ce qui, toujours selon le GAM, rend non scientifique le résultat, seules les mesures réelles comptent, pas les simulations.  D’où le conditionnel et le chiffre étonnant de 5300 grenoblois plus pollués (+ 4%) aujourd’hui qu’hier.

UNE IMPORTANTE POPULATION AFFECTÉE

Si l’on totalise le quartier Championnet, Gambetta, Ampère, une partie de Berriat, les boulevards, à l’œil nu, c’est une population beaucoup plus importante qui est affectée. S’ajoutent à elle les riverains des axes plus pollués (rocade Sud et A 480) encore par les effets de l’augmentation du temps perdu dans les bouchons depuis la mise en oeuvre des fermetures d’Eric Piolle. ça fait des dizaines de milliers de grenoblois.

DÉTERMINER LE NOMBRE DE VICTIMES

A minima la nocivité de la politique d’E.Piolle est établie en matière de pollution.

Mais demeure la nécessité d’établir  la transparence absolue sur les résultats et les conséquences sur les grenoblois afin de déterminer le nombre de ceux sont victimes.

LES GRENOBLOIS DEMANDENT DES COMPTES PRÉCIS

Les données publiées brillent par leur opacité et la confusion. Comme s’il s’agissait de camoufler à tout prix les conséquences réelles des décisions de la municipalité. Mais rien n’empêchera les grenoblois de demander des comptes précis.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

3 Comments

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *